Carrières linguistiques

Les fonctionnaires des services linguistiques du Secrétariat de l’ONU viennent du monde entier et constituent une communauté multilingue unique en son genre, unie dans la recherche de l’excellence, l’exaltation d’être au cœur des affaires internationales et l’aspiration à servir les buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies en facilitant la communication et la prise de décisions.

Le personnel linguistique de l’ONU en chiffres

Riche de plusieurs centaines de spécialistes des langues travaillant pour le Département de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences du Secrétariat à New York, Genève, Vienne et Nairobi, ou pour ses commissions régionales à Addis-Abeba, Bangkok, Beyrouth, Genève et Santiago, l’Organisation des Nations Unies est l’un des plus gros employeurs de linguistes au monde.

Qu’entend-on par « personnel linguistique » ?

Les membres du personnel linguistique de l’ONU font des métiers variés et peuvent être interprètes, traducteurs, éditeurs, rédacteurs de procès-verbaux, terminologues, assistants aux références multilingues et préparateurs de copie/correcteurs d’épreuve/éditeurs de publication.

Qu’entend-on par « langue principale » ?

À l’ONU, on entend généralement par « langue principale » la langue dans laquelle quelqu’un a suivi ses études supérieures et obtenu un diplôme. En dehors de l’Organisation, les spécialistes des langues emploient le plus souvent le terme « langue principale » pour désigner leur « langue cible », celle qu’ils manient dans leurs tâches quotidiennes.

Comment est recruté le personnel linguistique ?

C’est en passant le concours de recrutement de personnel linguistique, principale voie d’accès, que l’on peut entrer à l’ONU en tant que spécialiste des langues. Les lauréats sont inscrits sur une liste de réserve et sont ensuite recrutés à mesure que des postes se libèrent. Les linguistes de toutes les régions du monde qui satisfont les critères d’inscription au concours sont encouragés à se présenter. Les candidates et candidats ne sont évalués que sur leurs qualifications, universitaires ou autres, et leurs résultats aux épreuves du concours. La nationalité n’entre pas en ligne de compte.

Quels sont les profils recherchés ?

Les personnes recrutées ne sont pas issues des seules filières linguistiques. Certaines viennent d’autres disciplines telles que le journalisme, le droit et l’économie, voire les sciences de l’ingénieur ou la médecine. C’est une richesse pour l’Organisation, qui traite de sujets très variés.

Quelle est la raison d’être du programme de collaboration avec les universités ?

Du fait de la diversité et de la sensibilité politique des questions dont l’ONU s’occupe, de la qualité et de la productivité attendues du personnel et de la concurrence entre organisations internationales cherchant à s’attacher des linguistes qualifiés, il est difficile de trouver des candidats ayant le profil requis, en particulier pour certaines combinaisons de langues. C’est pourquoi le Département a lancé en 2007 un programme de collaboration avec les universités, grâce auquel il compte renforcer les partenariats existants, en nouer de nouveaux et attirer les spécialistes des langues les plus qualifiés afin de continuer à offrir des services de conférences de qualité aux Nations Unies.