Concours de recrutement de personnel linguistique : traduction, édition et rédaction de procès-verbaux

Les traducteurs et traductrices, éditeurs et éditrices, rédacteurs et rédactrices de comptes rendus analytiques et rédacteurs et rédactrices de procès-verbaux sont recrutés au moyen d’un concours commun passé par chaque candidat(e) dans sa langue principale.

Un diplôme de premier cycle délivré par une université ou un établissement de statut équivalent est obligatoire pour présenter sa candidature. De nombreux professionnels des langues de l’ONU sont également diplômés d’une école de traduction agréée. La capacité de traduire dans sa langue principale à partir d’au moins deux des autres langues officielles est généralement requise.

 

À quoi s’attendre ?

Le concours est intégralement organisé à distance et comporte les trois parties suivantes : 

  • Partie 1 : deux ou trois exercices de traduction et, dans certains cas, un exercice d’édition et/ou de rédaction de compte rendu analytique
  • Partie 2 : deux exercices de traduction
  • Partie 3 : un entretien axé sur les compétences et, éventuellement, un autre exercice
     

À la première partie du concours, les candidats sont autorisés à utiliser les ressources en ligne et d’autres ressources à leur disposition, mais ils ne peuvent solliciter ni obtenir l’aide de personne.   

À la deuxième partie, qui est un test surveillé à distance, il peut leur être demandé de traduire un texte sans l’aide de dictionnaires, de glossaires ni d’aucune autre ressource. Cette épreuve est suivie d’un entretien axé sur les compétences.

Seules les personnes retenues à l’issue de la première partie sont invitées à la deuxième partie. De la même façon, seules celles ayant réussi l’épreuve de la deuxième partie sont invitées à la troisième.

Les lauréates et lauréats sont placés sur une liste de réserve qui sert à pourvoir les postes qui se libèrent à New York, Genève, Vienne et Nairobi, ainsi que dans les commissions régionales.  
 

Candidature

Pour chaque langue officielle, il y a un concours de recrutement de personnel linguistique tous les deux à trois ans en moyenne. Les avis de concours sont publiés sur le portail des carrières de l’ONU quelques mois avant les épreuves, ainsi que des informations sur les critères de participation et les modalités d’inscription. Il est vivement recommandé aux candidates et candidats de lire attentivement les avis de concours, car les critères de participation et les modalités d’inscription peuvent varier d’un concours à l’autre.

 

Conseils de préparation au concours

Avant de commencer

Curiosité intellectuelle et culture générale sont indispensables pour traduire à l’ONU, car les linguistes traitent des documents touchant à tous les domaines d’activité de l’Organisation. Il est donc recommandé de rester au fait de l’actualité mondiale, en particulier des nouvelles politiques, sociales et culturelles. De plus, il faut un solide sens critique pour accomplir toutes les tâches liées à la traduction et à la rédaction de comptes rendus analytiques.

Lors du concours, les candidats se démarquent par leur excellence rédactionnelle. C’est en lisant beaucoup que vous apprendrez à rédiger habilement et approfondirez vos connaissances dans certains domaines, et c’est ainsi que vous pourrez enrichir votre vocabulaire, parfaire votre style et maîtriser les structures et les expressions idiomatiques de vos langues de travail.

Pour vous préparer au concours, vous pouvez choisir un sujet d’actualité et comparer des articles de presse rédigés dans vos différentes langues de travail. Vous pouvez explorer les sources d’information de l’ONU et vous rendre sur le site multimédia de l’Organisation pour lire, regarder et écouter les documents d’archive et d’actualité. Vous pouvez également vous familiariser avec le style, le registre de langue et la terminologie des documents de l’Organisation en consultant son Système de diffusion électronique des documents (Sédoc) et comparer, pour un même document, les versions établies dans les différentes langues.

Entraînement

Un excellent moyen de s’entraîner consiste à traduire des documents officiels de l’ONU publiés sur le Sédoc, puis à comparer votre traduction à la traduction publiée sur ce site. Notez toutefois que le site Web de l'ONU, où l’on trouve d’innombrables informations sur l’Organisation et ses activités, n’est pas traduit par des traducteurs professionnels du Secrétariat et qu’il est donc moins fiable du point de vue linguistique.

N’oubliez pas que la qualité d’une traduction dépend de sa précision (pas de faux sens, d’omission, d’ajout superflu ou de glissement de sens), de son style (expression claire et idiomatique, justesse du registre, exactitude de la terminologie, correction de la grammaire, de l’orthographe et de la ponctuation) et de sa cohérence (un même terme doit être rendu de la même façon tout au long du texte). De manière générale, le format de la traduction doit aussi correspondre à celui du document original. Avant de se lancer dans la traduction ou l'édition d’un texte, il est souvent bon de le parcourir afin de l’appréhender dans son ensemble. Il est tout aussi important d’en effectuer une relecture finale avant de le rendre, pour veiller à ce qu’il soit fluide et idiomatique.

Si le concours auquel vous vous présentez comprend une épreuve de synthèse, entraînez-vous en résumant des discours publiés sur le portail eStatements de l’ONU. Vous trouverez également de précieuses informations dans la partie Ressources de la page consacrée à la rédaction de comptes rendus analytiques. Assurez-vous de n’oublier aucun des éléments importants et de rendre le ton et le style de l’original. Notez qu’il convient d’utiliser le discours indirect et que la longueur de votre résumé doit être égale au tiers environ de celle de l’original.

En général, les candidats ont accès à une plateforme de test quelques semaines avant les épreuves. Une fois cet accès octroyé, prenez le temps de vous familiariser avec la plateforme d’examen en ligne et de lire très attentivement les instructions et conseils concernant l’accès aux exercices et l’envoi des réponses.

Les candidats qui réussissent les deux premières parties sont ensuite invités à se présenter à un entretien axé sur les compétences qui fait partie intégrante du concours. Des conseils de préparation à cet entretien sont disponibles sur le portail des carrières de l’ONU.

Gestion du temps

Dès que vous recevez les informations sur les épreuves du concours, notez bien le temps qui vous sera accordé pour chacune d’elles afin de vous entraîner à traduire ou à éditer à la vitesse requise.

Chaque fois que vous vous entraînez, essayez de vous fixer un délai et de finir votre traduction dans le temps imparti. Vous devez être capable de travailler sous pression.

En cas d’échec à la première tentative

Ne vous découragez pas si vous ne réussissez pas du premier coup. Vous aurez peut-être fait du bon travail, mais il s’agit d’un concours très sélectif et il se peut que d’autres candidates ou candidats aient simplement mieux réussi cette année-là. Il y a des concours tous les deux ou trois ans. Continuez à étudier, à pratiquer et à vous perfectionner, et retentez votre chance la prochaine fois !

Des renseignements sur les concours à venir et sur le travail des linguistes sont régulièrement affichés sur le portail des carrières de l’ONU et sur les médias sociaux, notamment Facebook, Twitter et LinkedIn. Toutes les vidéos sont disponibles sur la chaîne YouTube du Département.