Depuis toujours, l’humanité a été en mouvement. Certaines personnes se déplacent pour trouver un travail ou d'autres perspectives économiques, pour rejoindre leur famille ou pour étudier. D’autres se déplacent pour fuir un conflit, des persécutions, le terrorisme ou des violations des droits humains. D’autres encore n’ont d’autre choix que de se déplacer face aux conséquences des changements climatiques, aux catastrophes naturelles ou à d’autres facteurs environnementaux.

Aujourd’hui, il n’y a jamais eu autant de personnes vivant dans un autre pays que celui dans lequel elles sont nées, selon le rapport de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), « État de la migration dans le monde 2022 ».  En 2020, le nombre de migrants dans le monde était d'environ 281 millions de personnes, soit 51 millions de plus qu'en 2010, 128 millions de plus qu’en 1990 et plus de trois fois plus qu’en 1970.  Quant à la proportion de migrants au sein de la population mondiale, elle s'eleve à 3,6 % en 2020.

Si de nombreux individus font le choix d’émigrer, de nombreux autres n'ont pas le choix. Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), on dénombre 79,5 millions de personnes déracinées à travers le monde à la fin de 2019, parmi lesquelles 26 millions de réfugiés, 4,2 millions de demandeurs d’asile et plus de 45,7 millions de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays et 3,6 millions étaient des Vénézuéliens déplacés à l'étranger.

Que signifie le terme « migrant.e » ?

Selon l’OIM, un « migrant » s’entend de toute personne qui, quittant son lieu de résidence habituelle, franchit ou a franchi une frontière internationale ou se déplace ou s’est déplacée à l’intérieur d’un Etat, quels que soient : 1) le statut juridique de la personne ; 2) le caractère, volontaire ou involontaire, du déplacement ; 3) les causes du déplacement ; ou 4) la durée du séjour.

Pacte mondial pour la migration : pour une migration sûre, ordonnée et régulière (durée de la vidéo 2:28)

Les migrants et les objectifs de développement durable

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 reconnaît pour la première fois la contribution de la migration au développement durable. Onze des 17 objectifs de développement durable (ODD) contiennent des cibles et des indicateurs liés à la migration et à la mobilité. Le principe qui est au cœur du Programme est « Ne laisser personne de côté », y compris les migrants.

La principale référence à la question des migrations se trouve dans la cible 10.7: Faciliter la migration et la mobilité de façon ordonnée, sans danger, régulière et responsable, notamment par la mise en œuvre de politiques de migration planifiées et bien gérées. D’autres cibles font également référence aux migrations, notamment celles relatives au trafic d’êtres humains, les envois de fonds familiaux, la mobilité internationale des étudiants. La question des migrations est également indirectement liée à de nombreuses autres cibles.

La migration et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 (durée de la vidéo 2:35)

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM)

Fondée en 1951, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) est la principale organisation intergouvernementale dans le domaine de la migration. L'OIM a pour mandat d'aider à assurer la gestion humaine et ordonnée des migrations, à promouvoir la coopération internationale sur les questions de migration, et participe à la recherche de solutions pratiques aux problèmes de migration. En 2016, l’OIM a conclu un accord avec les Nations Unies et est devenu l’une de ses organisations affiliées.

L'OIM a lancé une campagne, intitulée « Je suis migrant », qui offre aux migrants une plateforme pour raconter leurs témoignages de migration ; son objectif est de promouvoir la diversité et l'inclusion des migrants dans les sociétés. La plateforme permet de dresser le tableau des différentes origines des migrants et de toutes les raisons qui poussent une personne à migrer.

Statistiques

En 2019, le nombre de migrants internationaux – c'est-à-dire des personnes qui résident dans un pays dans lequel elles ne sont pas nées – a atteint 272 millions d'individus. Les femmes représentent 48 % du total des migrants. Selon les dernières données, on estime à 38 millions le nombre d’enfants migrants. Trois migrants sur quatre sont en âge de travailler et ont entre 20 et 64 ans. Environ 31 % de l’ensemble des migrants internationaux résident en Asie, 30 % en Europe, 26 % sur les continents américains, 10 % en Afrique et 3 % en Océanie. [Source: Portail des données migratoires mondiales]

Il est parfois difficile d’exploiter les données relatives aux migrations, en raison de leur morcèlement entre différentes agences et organisations. Le Centre d’analyse des données migratoires mondiales de l’OIM gère le Portail des données migratoires mondiales. Ce portail est un point d’accès unique à des informations et des statistiques fiables et complètes. Il présente des données de différentes sources et a été conçu pour aider les décideurs politiques, les services de statistiques nationaux, les journalistes et le grand public intéressé par les questions de migration.

Action mondiale

Les déplacements forcés massifs de populations constituent aujourd’hui une crise mondiale qui appelle une action collective de la part de la communauté internationale. En 2016, l’Assemblée générale des Nations Unies a convoqué une réunion plénière de haut niveau sur la gestion des déplacements massifs de réfugiés et de migrants. Le Secrétaire général a publié ses recommandations dans un rapport intitulé « Sûreté et dignité : gérer les déplacements massifs de réfugiés et de migrants ».

Lors de cette réunion de haut niveau, les États Membres sont parvenus à un consensus pour aboutir à un document fort, la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants. Ce consensus démontre la volonté politique des dirigeants mondiaux de sauver des vies, de protéger les droits de l'Homme et de partager la responsabilité à l'échelle mondiale. La Déclaration de New York reconnaît la contribution positive des migrants au développement durable et inclusif et s'engage à protéger la sécurité, la dignité et les droits de l'Homme et les libertés fondamentales de tous les migrants, quel que soit leur statut migratoire.

Réfugiés et migrants : loin de chez eux (durée de la vidéo 12:22)

En mars 2017, le Secrétaire général de l’ONU a annoncé la nomination de Mme Louise Arbour, du Canada, en tant que sa Représentante spéciale pour les migrations afin d’assurer le suivi des aspects liés à la migration du Sommet de haut niveau de septembre 2016 pour la gestion des déplacements massifs des réfugiés et des migrants.

À la suite de la Déclaration de New York, les États Membres des Nations Unies ont accepté de coopérer à l'élaboration d'un Pacte mondial pour des migrations sûres ordonnées et régulières, qui fut adopté lors d'une conférence intergouvernementale sur les migrations internationales, en décembre 2018, au Maroc.  Le Pacte mondial (PMM) couvre 7 thèmatiques, dont le renforcement des droits du travail des migrants, l'amélioration des données migratoires comme base de politiques fondées sur des preuves, le sauvetage de vies et la mise en place d'efforts internationaux sur les migrants disparus. La mise en œuvre du PMM constituera un progrès dans la gouvernance de la migration au niveau global.

Journée internationale des migrants

La Journée internationale des migrants a été proclamée par l'Assemblée générale le 4 décembre 2000 (résolution A/RES/55/93). Elle commémore l'adoption de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Ressources