Objectif 4 : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie

Objectif 4 : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie2020-07-02T09:49:41-04:00

L’éducation favorise la mobilité socio-économique et constitue un moyen d’échapper à la pauvreté. Au cours de la dernière décennie, des progrès majeurs ont été réalisés pour améliorer l’accès à l’éducation et accroître les taux de scolarisation à tous les niveaux, en particulier pour les filles. Néanmoins, plus de 260 millions d’enfants et d’adolescents n’étaient pas scolarisés en 2018 — soit près d’un cinquième de la population mondiale dans ce groupe d’âge. En outre, plus de la moitié de tous les enfants et adolescents du monde n’ont pas le niveau minimal de compétence en lecture et en mathématiques.

En 2020, alors que la pandémie de COVID-19 se propageait dans le monde entier, une majorité de pays a imposé la fermeture temporaire des écoles ; plus de 91 % des élèves dans le monde ont été concernés. En avril 2020, la fermeture des écoles a touché près de 1,6 milliard d’enfants et de jeunes. Près de 369 millions d’enfants qui dépendent normalement des repas scolaires comme source fiable de nutrition quotidienne ont dû se tourner vers d’autres sources.

Jamais dans l’histoire, autant d’enfants n’ont été déscolarisés en même temps ; cette situation a perturbé leur apprentissage et bouleversé leur vie, notamment en ce qui concerne les enfants les plus vulnérables et les plus marginalisés. La pandémie mondiale a de graves conséquences qui peuvent mettre en péril les progrès durement acquis dans le domaine de l’amélioration de la qualité de l’éducation au niveau mondial.

COVID-19 riposte

Afin d’encourager la collaboration internationale et d’assurer la continuité de l’apprentissage, l’UNESCO a mis en place une série d’initiatives qui comprennent le suivi au niveau mondial des fermetures nationales ou localisées des établissements scolaires.

En mars 2020, soucieuse d’assurer le bien-être des enfants ainsi que la continuité de l’apprentissage, l’UNESCO a lancé la Coalition mondiale pour l’éducation COVID-19, un partenariat multisectoriel réunissant des organismes de l’ONU, des organisations de la société civile, des médias et des partenaires des technologies de l’information visant à concevoir des solutions innovantes et à les mettre en œuvre. Ensemble, ils s’efforcent d’aider les pays à relever les défis de la connectivité et du contenu et à faciliter les possibilités d’apprentissage inclusives pour les enfants et les jeunes en cette période de perturbation soudaine et sans précédent de l’éducation.

Plus précisément, la Coalition mondiale pour l’éducation vise à :

  • Aider les pays à mobiliser des ressources et à mettre en œuvre des solutions innovantes et adaptées au contexte pour dispenser l’enseignement à distance, en tirant parti des approches de haute technologie, de basse technologie et sans technologie ;
  • Rechercher des solutions équitables et un accès universel ;
  • Assurer des réponses coordonnées et éviter le chevauchement des efforts ;
  • Faciliter le retour des élèves à l’école lors de la réouverture des établissements afin d’éviter une hausse des taux d’abandon.

L’UNICEF a également renforcé ses activités dans 145 pays à faible revenu et à revenu intermédiaire en vue d’aider les gouvernements et les partenaires dans le domaine de l’éducation à élaborer des plans d’intervention rapide à l’échelle du système, notamment des programmes d’apprentissage alternatif et un soutien en matière de santé mentale.

  • Les inscriptions dans l’enseignement primaire dans les pays en développement ont atteint 91%, mais 57 millions d’enfants n’ont toujours pas accès à la scolarité
  • Plus de la moitié des enfants qui ne sont pas inscrits à l’école vivent en Afrique sub-saharienne
  • On estime que 50 % des enfants en âge de fréquenter l’école primaire qui ne sont pas scolarisés vivent dans des zones touchées par un conflit
  • 617 millions de jeunes dans le monde manquent de compétences de base en mathématiques et en alphabétisation.
4.1 D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité, qui débouche sur un apprentissage véritablement utile

4.2 D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons aient accès à des activités de développement et de soins de la petite enfance et à une éducation préscolaire de qualité qui les préparent à suivre un enseignement primaire

4.3 D’ici à 2030, faire en sorte que les femmes et les hommes aient tous accès dans des conditions d’égalité à un enseignement technique, professionnel ou tertiaire, y compris universitaire, de qualité et d’un coût abordable

4.4 D’ici à 2030, augmenter considérablement le nombre de jeunes et d’adultes disposant des compétences, notamment techniques et professionnelles, nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat

4.5 D’ici à 2030, éliminer les inégalités entre les sexes dans le domaine de l’éducation et assurer l’égalité d’accès des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées, les autochtones et les enfants en situation vulnérable, à tous les niveaux d’enseignement et de formation professionnelle

4.6 D’ici à 2030, veiller à ce que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes, hommes et femmes, sachent lire, écrire et compter

4.7 D’ici à 2030, faire en sorte que tous les élèves acquièrent les connaissances et compétences nécessaires pour promouvoir le développement durable, notamment par l’éducation en faveur du développement et de modes de vie durables, des droits de l’homme, de l’égalité des sexes, de la promotion d’une culture de paix et de non-violence, de la citoyenneté mondiale et de l’appréciation de la diversité culturelle et de la contribution de la culture au développement durable

4.a Faire construire des établissements scolaires qui soient adaptés aux enfants, aux personnes handicapées et aux deux sexes ou adapter les établissements existants à cette fin et fournir un cadre d’apprentissage effectif qui soit sûr, exempt de violence et accessible à tous

4.b D’ici à 2020, augmenter considérablement à l’échelle mondiale le nombre de bourses d’études offertes aux pays en développement, en particulier aux pays les moins avancés, aux petits États insulaires en développement et aux pays d’Afrique, pour financer le suivi d’études supérieures, y compris la formation professionnelle, les cursus informatiques, techniques et scientifiques et les études d’ingénieur, dans des pays développés et d’autres pays en développement

4.c D’ici à 2030, accroître considérablement le nombre d’enseignants qualifiés, notamment au moyen de la coopération internationale pour la formation d’enseignants dans les pays en développement, surtout dans les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement

Éducation de qualité : pourquoi est-ce important ? [PDF]

ADDIS-ABEBA : l’UNICEF met les Etats au défi de traduire leurs promesses en actions

16 juillet 2015 – Lors de la Conférence sur le financement du développement cette semaine à Addis-Abeba, en Ethiopie, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a mis la communauté internationale au défi de traduire ses promesses en actions concrètes en faveur des enfants et des jeunes pour réduire les inégalités mondiales.

Load More Posts