Objectif 8 : Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous

Objectif 8 : Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous2020-07-02T09:51:03-04:00

Une croissance économique soutenue et partagée peut entraîner des progrès, créer des emplois décents pour tous et améliorer le niveau de vie.

La COVID-19 a bouleversé des milliards de vies et mis l’économie mondiale en péril. En effet, le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une récession aussi grave ou pire encore que celle de 2009. Alors que les pertes d’emploi s’intensifient, l’Organisation internationale du Travail estime que près de la moitié de la main-d’œuvre mondiale risque de perdre ses moyens de subsistances.

Même avant l’apparition de la COVID-19, un pays sur cinq — où vivent des milliards de personnes dans la pauvreté — était susceptible de voir le revenu par habitant stagner ou baisser en 2020. Aujourd’hui, les ravages économiques et financiers provoqués par la pandémie de COVID-19 — tels que les perturbations de la production industrielle, la chute des prix des produits de base, la volatilité des marchés financiers et l’insécurité croissante — compromettent la croissance économique déjà faible et aggravent les risques accrus liés à d’autres facteurs.

COVID-19 riposte

La pandémie de COVID-19 a créé une récession historique avec des niveaux record de précarité et de chômage, ce qui provoque à son tour une crise humaine sans précédent qui frappe plus durement les personnes les plus pauvres.

En avril 2020, l’ONU a publié un Cadre pour une réponse socio-économique immédiate à la COVID-19, qui doit servir de feuille de route à l’aide apportée aux pays dans leurs efforts de reprise économique et sociale. Ce Cadre appelle à une intensification exceptionnelle du soutien international et de l’engagement politique afin de garantir que partout dans le monde, les personnes puissent avoir accès aux services essentiels et à la protection sociale. La réponse de l’ONU se concentre sur cinq volets clés :

1) Veiller à ce que les services de santé essentiels soient toujours disponibles et protéger les systèmes de santé ;

2) Aider les populations à faire face à l’adversité, grâce à la protection sociale et aux services de base ;

3) Protéger les emplois, soutenir les petites et moyennes entreprises et les travailleurs du secteur informel grâce à des programmes de relance économique ;

4) Orienter la montée en puissance nécessaire des mesures de relance budgétaire et financière pour que les politiques macroéconomiques profitent aux plus vulnérables et renforcer les réponses multilatérales et régionales ;

5) Promouvoir la cohésion sociale et investir dans des systèmes de résilience et d’action pris en main par les communautés.

Si les pays veulent mieux reconstruire, il faut veiller à ce que ces cinq volets soient soutenus par des actions visant à répondre à l’impératif de durabilité environnementale et à celui d’égalité des genres.

Le Secrétaire général de l’ONU a souligné qu’après la crise de la COVID-19, le relèvement doit ouvrir la voie à une économie différente.

Au-delà de la réponse immédiate à la crise, la pandémie de COVID-19 devrait donner l’impulsion nécessaire pour accélérer la mise en œuvre de mesures attendues depuis longtemps pour placer le monde sur une trajectoire de développement plus durable et rendre l’économie mondiale plus résiliente aux chocs futurs.

  • Le taux de chômage mondial en 2017 était de 5,6%, contre 6,4% en 2000.
  • À l’échelle mondiale, 61% des travailleurs occupaient un emploi informel en 2016. En excluant le secteur agricole, 51% de tous les travailleurs entraient dans cette catégorie d’emploi.
  • Les hommes gagnent 12,5% de plus que les femmes dans 40 pays sur 45 disposant de données.
  • L’écart de rémunération entre hommes et femmes dans le monde est de 23% et, sans action décisive, il faudra encore 68 ans pour parvenir à un salaire égal. Le taux d’activité des femmes sur le marché du travail est de 63% et celui des hommes de 94%.
  • Malgré leur présence croissante dans la vie publique, les femmes continuent de consacrer 2,6 fois plus de temps que les hommes aux tâches domestiques et non rémunérées.
  • 470 millions d’emplois par an seront nécessaires dans le monde pour les nouveaux venus sur le marché du travail entre 2016 et 2030.
8.1 Maintenir un taux de croissance économique par habitant adapté au contexte national et, en particulier, un taux de croissance annuelle du produit intérieur brut d’au moins 7 % dans les pays les moins avancés.

8.2 Parvenir à un niveau élevé de productivité économique par la diversification, la modernisation technologique et l’innovation, notamment en mettant l’accent sur les secteurs à forte valeur ajoutée et à forte intensité de main-d’œuvre.

8.3 Promouvoir des politiques axées sur le développement qui favorisent des activités productives, la création d’emplois décents, l’entrepreneuriat, la créativité et l’innovation et stimulent la croissance des microentreprises et des petites et moyennes entreprises et facilitent leur intégration dans le secteur formel, y compris par l’accès aux services financiers.

8.4 Améliorer progressivement, jusqu’en 2030, l’efficience de l’utilisation des ressources mondiales du point de vue de la consommation comme de la production et s’attacher à ce que la croissance économique n’entraîne plus la dégradation de l’environnement, comme prévu dans le cadre décennal de programmation relatif à la consommation et à la production durables, les pays développés montrant l’exemple en la matière.

8.5 D’ici à 2030, parvenir au plein emploi productif et garantir à toutes les femmes et à tous les hommes, y compris les jeunes et les personnes handicapées, un travail décent et un salaire égal pour un travail de valeur égale.

8.6 D’ici à 2020, réduire considérablement la proportion de jeunes non scolarisés et sans emploi ni formation.

8.7 Prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite d’êtres humains, interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats et, d’ici à 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes.

8.8 Défendre les droits des travailleurs, promouvoir la sécurité sur le lieu de travail et assurer la protection de tous les travailleurs, y compris les migrants, en particulier les femmes, et ceux qui ont un emploi précaire.

8.9 D’ici à 2030, élaborer et mettre en œuvre des politiques visant à développer un tourisme durable qui crée des emplois et mette en valeur la culture et les produits locaux.

8.10 Renforcer la capacité des institutions financières nationales de favoriser et généraliser l’accès de tous aux services bancaires et financiers et aux services d’assurance

8.a Accroître l’appui apporté dans le cadre de l’initiative Aide pour le commerce aux pays en développement, en particulier aux pays les moins avancés, y compris par l’intermédiaire du cadre intégré renforcé pour l’assistance technique liée au commerce en faveur des pays les moins avancés.

8.b D’ici à 2020, élaborer et mettre en œuvre une stratégie mondiale en faveur de l’emploi des jeunes et appliquer le Pacte mondial pour l’emploi de l’Organisation internationale du Travail.

L’Afrique peut renforcer son développement économique en investissant dans les énergies renouvelables, selon l’ONU

5 mai 2017 – Un nouvel atlas publié jeudi par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (ONU Environnement) et la Banque africaine de développement souligne les capacités énergétiques du continent africain. Dévoilé à l'occasion [...]

Load More Posts
Go to Top