Objectif 12 : Établir des modes de consommation et de production durables

Objectif 12 : Établir des modes de consommation et de production durables2019-05-29T15:33:16-05:00

La consommation et la production durables encouragent à utiliser les ressources et l’énergie de manière efficace, à mettre en place des infrastructures durables et à assurer à tous l’accès aux services de base, des emplois verts et décents et une meilleure qualité de la vie. Elles contribuent à mettre en œuvre des plans de développement général, à réduire les coûts économiques, environnementaux et sociaux futurs, à renforcer la compétitivité économique et à réduire la pauvreté.

Puisque la consommation et la production durables visent à « faire plus et mieux avec moins », les bénéfices en matière de bien-être découlant des activités économiques peuvent augmenter en réduisant l’utilisation des ressources, la dégradation et la pollution. Il faut également mettre l’accent sur le fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement, en impliquant tout le monde, du producteur au consommateur final. Cela comprend l’éducation des consommateurs sur la consommation durable et les modes de vie, en leur fournissant des informations adéquates par le biais de normes et d’étiquettes et en s’engageant dans des marchés publics durables, entre autres.

  • Si la population mondiale atteint 9,6 milliards de personnes d’ici à 2050, l’équivalent de près de trois planètes pourrait être nécessaire pour fournir les ressources nécessaires pour maintenir les modes de vie actuels.
  • L’augmentation de l’utilisation des minéraux non métalliques dans les infrastructures et la construction s’est traduite par une amélioration sensible du niveau de vie matériel. L’empreinte matérielle par habitant des pays en développement est passée de 5 tonnes en 2000 à 9 tonnes en 2017.
  • 93% des 250 plus grandes entreprises du monde rendent compte de la durabilité.

Eau

  • Moins de 3 % des ressources en eau de la planète existent sous la forme d’eau douce, dont 2,5 % sont gelées dans l’Antarctique, l’Arctique et les glaciers. L’être humain ne dispose donc que de 0,5 % de ces ressources pour l’ensemble de ses écosystèmes et ses besoins en eau douce.
  • L’être humain pollue l’eau plus vite que le temps nécessaire à la nature pour recycler et purifier l’eau dans les lacs et les rivières.
  • Plus d’1 milliard d’individus n’ont pas accès à l’eau potable. L’utilisation excessive de l’eau contribue au stress hydrique qui touche la planète. L’eau est une ressource gratuite mais les infrastructures nécessaires à son acheminement coûtent cher.

Énergie

  • Si les consommateurs du monde entier optaient pour des ampoules à haut rendement énergétique, le monde économiserait 120 milliards de dollars par an.
  • Malgré des progrès technologiques qui ont permis de favoriser les rendements énergétiques dans les pays de l’OCDE, la consommation en énergie devrait à nouveau augmenter de 35 % d’ici à 2020. La consommation énergétique du secteur commercial et la consommation domestique enregistrent les taux de progression les plus importants, derrière le transport.
  • En 2002, on comptait 550 millions de véhicules à moteur dans les pays de l’OCDE (dont 75 % étaient des voitures particulières). Selon les prévisions, ce nombre devrait croître de 32 % d’ici à 2020. Dans le même temps, les distances parcourues par les véhicules motorisés devraient également augmenter de 40 %, tandis que le transport aérien mondial devrait tripler au cours de la même période.
  • Les ménages consomment 29 % de l’énergie mondiale et contribuent par conséquent à 21 % des émissions de CO2 qui en résultent.
  • La part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie a atteint 17,5 % en 2015.

Alimentation

  • Bien que la plupart des incidences de l’environnement sur l’alimentation se produisent dans la phase de production (agriculture ou transformation des aliments), les ménages influencent également ces effets à travers leurs choix et leurs habitudes alimentaires.
  • Chaque année, on estime qu’un tiers de tous les aliments produits, soit l’équivalent de 1,3 milliard de tonnes finit par se décomposer dans les poubelles des consommateurs et des détaillants ou se détériore en raison de mauvaises pratiques de transport et de récolte.
  • Deux milliards de personnes dans le monde sont en surpoids ou souffrent d’obésité.
  • La dégradation des sols, le déclin de leur fertilité, l’utilisation excessive de l’eau, la surpêche et la détérioration des fonds marins sont autant de facteurs qui amenuisent les ressources naturelles et leurs capacités à produire des aliments.
  • Le secteur alimentaire représente environ 30 % de la consommation énergétique mondiale et près de 22 % des gaz à effet de serre.
12.1 Mettre en œuvre le Cadre décennal de programmation concernant les modes de consommation et de production durables avec la participation de tous les pays, les pays développés montrant l’exemple en la matière, compte tenu du degré de développement et des capacités des pays en développement

12.2 D’ici à 2030, parvenir à une gestion durable et à une utilisation rationnelle des ressources naturelles

12.3 D’ici à 2030, réduire de moitié à l’échelle mondiale le volume de déchets alimentaires par habitant au niveau de la distribution comme de la consommation et réduire les pertes de produits alimentaires tout au long des chaînes de production et d’approvisionnement, y compris les pertes après récolte

12.4 D’ici à 2020, instaurer une gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques et de tous les déchets tout au long de leur cycle de vie, conformément aux principes directeurs arrêtés à l’échelle internationale, et réduire considérablement leur déversement dans l’air, l’eau et le sol, afin de minimiser leurs effets négatifs sur la santé et l’environnement

12.5 D’ici à 2030, réduire considérablement la production de déchets par la prévention, la réduction, le recyclage et la réutilisation

12.6 Encourager les entreprises, en particulier les grandes et les transnationales, à adopter des pratiques viables et à intégrer dans les rapports qu’elles établissent des informations sur la viabilité

12.7 Promouvoir des pratiques durables dans le cadre de la passation des marchés publics, conformément aux politiques et priorités nationales

12.8 D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les personnes, partout dans le monde, aient les informations et connaissances nécessaires au développement durable et à un style de vie en harmonie avec la nature

12.a Aider les pays en développement à se doter des moyens scientifiques et technologiques qui leur permettent de s’orienter vers des modes de consommation et de production plus durables

12.b Mettre au point et utiliser des outils de contrôle des impacts sur le développement durable, pour un tourisme durable qui crée des emplois et met en valeur la culture et les produits locaux

12.c Rationaliser les subventions aux combustibles fossiles qui sont source de gaspillage, en éliminant les distorsions du marché, selon le contexte national, y compris par la restructuration de la fiscalité et l’élimination progressive des subventions nuisibles, afin de mettre en évidence leur impact sur l’environnement, en tenant pleinement compte des besoins et de la situation propres aux pays en développement et en réduisant au minimum les éventuels effets pernicieux sur le développement de ces pays tout en protégeant les pauvres et les collectivités concernées

La FAO se félicite d’une percée pour écarter les prises illégales de poisson des chaînes d’approvisionnement

12 avril 2017 – L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) s'est félicitée mercredi d'une percée importante pour convenir de normes internationales en vue d'élaborer des programmes de documentation des prises visant à [...]

Afficher plus d’articles