Aide aux victimes

Zero tolerance for sexual explotation and abuse - stop, prevent, protect

La protection des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles constitue notre priorité. Les Nations Unies veilleront à ce que les victimes reçoivent le soutien et l’attention qu’elles méritent, de la réception de la plainte jusqu’à l’aboutissement de la procédure.

En 2007, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Stratégie globale d’aide et de soutien aux victimes d’actes d’exploitation ou d’atteintes sexuelles commis par des membres du personnel de l’Organisation des Nations Unies ou du personnel apparenté. Cette stratégie requiert que le système des Nations Unies fournisse de manière coordonnée une aide aux personnes qui en ont besoin suite à un incident d’exploitation ou d’atteintes sexuelles. Cette assistance peut prendre la forme, par exemple, de soins médicaux, d’un appui psychosocial, d’une aide juridique, et de besoins matériels immédiats comme de la nourriture, des vêtements et un logement sûr. Le terme « personnel apparenté » dans le titre de la stratégie globale englobe les consultants, les bénévoles, les vacataires, les employés d’organismes partenaires et les experts en mission de maintien de la paix, qu’ils soient civils ou membres du personnel en tenue.

Au fil des années, les mécanismes et la coordination au sein du système des Nations Unies pour l’assistance aux victimes se sont progressivement renforcés. Sur la base des pratiques en vigueur, le Secrétaire général a annoncé le 23 août 2017 la désignation d’un Défenseur des droits des victimes au siège de l’ONU afin d’assurer que le système des Nations Unies fournisse une aide concrète et durable aux victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles. Le Défenseur travaillera avec des institutions gouvernementales, la société civile et les institutions nationales, juridiques et de défense des droits de l’homme afin de construire des réseaux d’appui et d’aider à assurer la bonne application des effets des lois locales, y compris les recours pour les victimes.

Des défenseurs des droits des victimes ont également été nommés dans les villes où le plus d’allégations d’exploitation et d’atteintes sexuelles ont été recensées en 2016. Ils seront en charge de veiller à ce que les victimes qui se manifestent soient traitées avec le respect, la sensibilité et la compassion qu’elles méritent et que l’ONU leur apporte une aide adaptée dans un délai convenable. Les défenseurs s’assureront notablement que les victimes reçoivent des informations actualisées quant au statut de leur affaire. En cas de naissance d’un enfant à la suite d’un cas d’exploitation ou d’atteintes sexuelles par des membres du personnel de l’Organisation des Nations Unies ou du personnel apparenté, les Nations Unies font en sorte de faciliter les démarches de reconnaissance de paternité et de pension alimentaire.

En mars 2016, un Fonds d’affectation spéciale en faveur des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles a été créé par le Secrétaire général pour appuyer les services de soutien aux victimes. Ce Fonds d’affectation spéciale a notamment pour but de s’engager dans la vie communautaire et de combler les lacunes des services en matière de fourniture d’aide et de soutien aux plaignants, aux victimes et aux enfants nés suite à un cas d’exploitation ou d’atteintes sexuelles.