Fonds d’affectation spéciale en faveur des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles

Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres, considère que l’assistance et le soutien aux victimes sont au cœur de notre réponse à l’exploitation et aux atteintes sexuelles commises par des membres du personnel des Nations Unies.

Notre ambition

Nous nous efforçons de transformer les projets, dont l’exécution est soutenue par des fonds de démarrage afin de favoriser des activités génératrices de revenus et une autonomisation économique durable, avec l’appui des acteurs du développement, notamment les fonds et programmes des Nations Unies présents sur le terrain et d’autres partenaires internationaux et locaux. Le fonds d’affectation spéciale, qui bénéficie du soutien des partenaires, permet de mieux faire entendre la voix des victimes et de recueillir leurs commentaires sur les projets auxquels elles participent, ainsi que leurs contributions concernant les projets qui pourraient être nécessaires à l’avenir. 

En mars 2016, le Secrétaire général a créé le fonds d’affectation spéciale en faveur des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles, comme indiqué dans son rapport sur les Dispositions spéciales visant à prévenir l’exploitation et les atteintes sexuelles (A/69/779). Le fonds permet de soutenir les entités et organismes des Nations Unies ou extérieurs qui fournissent des services d’assistance et de soutien aux victimes.

Objectifs

Le fonds d’affectation spéciale permet de financer les activités et services suivants :

  • Des services spécialisés, qui fournissent l’assistance et le soutien nécessaires aux victimes et aux enfants nés à la suite d’actes relevant de l’exploitation ou d’atteintes sexuelles, notamment des soins médicaux, des services juridiques et un accompagnement psychosocial ;
  • Des prestations visant à combler le déficit de services en matière de prise en charge et d’accompagnement ;
  • Des actions de sensibilisation au niveau local ; 
  • Un soutien supplémentaire et des communications pour les plaignant·e·s, les victimes et les enfants nés à la suite d’actes relevant de l’exploitation ou d’atteintes sexuelles.