Articles

Le Département de la communication globale propose, ici, des articles détaillant un axe clé de l'action du système des Nations Unies dans la lutte contre la pandémie de COVID-19.

Pour la couverture complète de l’actualité des Nations Unies, veuillez consulter ONU Info.

La sculpture du hashtag #UNGA au Siège de l'ONU, à New York.
Département de la communication globale

75 ans de l’ONU : un programme complet pour une Assemblée générale virtuelle en raison de la COVID-19

La 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, a débuté mardi 15 septembre 2020. Cette année, la session ne ressemblera à aucune autre dans les trois quarts de siècle d’existence de l’ONU en raison de la pandémie de COVID-19 en cours.

Un travailleur humanitaire de l'UNICEF aide une fille à attacher son masque. UNICEF/Alessio Romenzi

La riposte de l'ONU face à la pandémie : un plan pour sauver des vies, protéger les sociétés et reconstruire de manière durable

Cette mise à jour du rapport sur la Riposte globale des Nations Unies face à la COVID-19 fournit un aperçu des données, des analyses, des recommandations politiques et du soutien concret que l'ONU a mis à la disposition des États et des communautés pour faire face aux conséquences sanitaires, socio-économiques, humanitaires et aux questions liées aux droits humains face à la crise.

Une rue décorée par des parapluies colorés à Istanbul, en Turquie.
António Guterres

« Nous devons impérativement reconstruire le secteur du tourisme »

Le tourisme est l’un des secteurs économiques les plus importants au monde. Il emploie une personne sur dix sur la planète et assure des moyens de subsistance à des centaines de millions d’autres. Il stimule les économies et permet aux pays de prospérer. C’est pourquoi il a été si douloureux de voir comment le tourisme a été dévasté par la pandémie de COVID-19.

 

Des enfants font vérifier leur température et utilisent un désinfectant pour les mains
António Guterres

« Bâtir aujourd’hui l’avenir de l’éducation »

L’éducation est la clef du développement personnel et de l’avenir de nos sociétés. Elle ouvre des possibilités et réduit les inégalités. C’est le socle de sociétés éclairées et tolérantes, ainsi qu’un des principaux moteurs du développement durable. La pandémie du COVID-19 a bouleversé l’éducation comme jamais auparavant.

 

Un petit garçon fait le signe de la victoire.
Département de la communication globale

COVID-19 : le plaidoyer de l’ONU pour une meilleure relance

Avec la pandémie de COVID-19, le monde fait face à un choc sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette crise à la fois sanitaire, économique et humanitaire a aussi de graves conséquences en matière de sécurité et de droits de l’homme. En sortir nécessite d’agir ensemble, solidairement et à tous les niveaux de la société, en tenant compte des impacts socioéconomiques sur les plus vulnérables et des enjeux de durabilité.

Des agents de santé montrent le lavage des mains à un enfant dans un centre de santé communautaire de la province de Java central, en Indonésie
António Guterres

« Faire participer les femmes à tous les aspects des plans de relance en Asie du Sud-Est »

Comme ailleurs dans le monde, le COVID-19 a eu de graves conséquences sanitaires, économiques et politiques en Asie du Sud-Est, frappant durement les personnes les plus exposées. La pandémie a non seulement mis à nu de profondes inégalités et des failles dans la gouvernance, mais aussi montré qu’il était impératif de suivre une voie de développement durable. Elle a également révélé de nouvelles menaces, notamment à la paix et à la sécurité.  

Des passants dans une rue de Buenos Aires, en Argentine, durant la pandémie de COVID-19.
António Guterres

L’impact du COVID-19 en milieu urbain

Les zones urbaines, où 90 % des cas ont été signalés, sont l’épicentre de la pandémie du COVID 19. Les villes supportent le poids de la crise : leurs systèmes de santé sont mis à rude épreuve et leurs services d’eau et d’assainissement restent insuffisants, entre autres problèmes. Cela est notamment le cas dans les zones pauvres, où la pandémie a révélé de profondes inégalités. Nous avons aujourd’hui l’occasion de réfléchir et de repenser la façon de vivre, d’interagir et de reconstruire les villes.

 

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, lors de la Conférence Nelson Mandela 2020
António Guterres

Lutter contre la pandémie d’inégalités : un nouveau contrat social pour une nouvelle ère

À l'occasion de la Journée internationale Nelson Mandela, le 18 juillet 2020, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a prononcé le discours de la 18e Conférence annuelle Nelson Mandela. Il a souligné combien la pandémie de COVID-19 a mis en évidence la fragilité de notre monde et ses inégalités. Il a décrit les risques à notre développement humain que représentent des sources historiques d’inégalités – notamment le colonialisme, le patriarcat, le racisme – ainsi que les tendances actuelles avec la fracture numérique. Il a formulé des recommandations concrètes pour une voie plus équitable, juste et durable, conformément aux objectifs de développement durable. 

Des techniciens installent des panneaux solaires sur le toit d'un bâtiment.
Département de la communication globale

L’ONU en soutien des stratégies vertes de relance post-COVID-19 en Afrique

La pandémie de COVID-19 poursuit inexorablement sa progression en Afrique, menaçant des vies, des moyens de subsistance et des années de développement. Mais des risques plus graves encore se profilent, liés en particulier aux impacts du changement climatique. Pour répondre à cette autre urgence aux implications à long terme, les Nations Unies soutiennent les initiatives africaines visant à une reconstruction « verte » du continent.

Un bénévole livre de la nourriture à une fillette dans un quartier résidentiel de Kerbala, Iraq.
António Guterres

Le COVID-19 et la région arabe : une occasion de reconstruire en mieux

La pandémie du COVID-19 a révélé des failles, des fissures et des faiblesses dans les sociétés et les économies du monde entier, et la région arabe ne fait pas exception. Cette partie du monde est dotée d’une diversité et d’un potentiel formidables. Pourtant, tous les pays arabes – qu’ils soient riches en pétrole, qu’ils aient un revenu intermédiaire ou qu’ils fassent partie des pays les moins avancés – peinent à y faire face.  

 

Bâtiment du Secrétariat de l'ONU.
Département de la communication globale

COVID-19 : à la découverte, pas à pas, de la phase 1 au Siège de l'ONU

Depuis la mi-mars, le Siège de l'ONU n’accueillait plus que 200 à 300 personnes par jour au maximum, la grande majorité du personnel de l'Organisation travaillant à distance en raison de la pandémie de COVID-19.

Une femme travaille sur son ordinateur dans son appartement.
Département de la communication globale

Le travail à distance, préfiguration du monde post-COVID-19, selon l’ONU

Le monde post-COVID-19 sera-t-il celui du travail à distance, de la dématérialisation des tâches et du 100 % numérique ? Pour les Nations Unies, ces changements provoqués par la pandémie de coronavirus sont le signe annonciateur de nouveaux modes de travail qu’il reste à encadrer, même s’ils ne concernent qu’une minorité de travailleurs dans le monde, le plus souvent dans les pays développés.  

Une femme portant un casque avec un microphone est assise devant deux ordinateurs portables.
Département de la communication globale

COVID-19 : comment les interprètes de l’ONU adaptent leurs méthodes de travail

Lorsque la pandémie de coronavirus a transformé New York en ville fantôme, le personnel du Siège des Nations Unies affecté aux séances publiques a dû s’adapter à une nouvelle configuration dictée par la nécessaire distanciation physique. Soudain privés de leurs cabines et de leurs équipements, les interprètes de l’ONU ont relevé le défi, explorant de nouvelles méthodes de travail, y compris depuis leur domicile.

Une jeune agent de santé dans un site de dépistage de la COVID-19.
Département de la communication globale

COVID-19 : l’OMS confirme le risque d’une transmission aérienne du virus

Le SARS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, se propage-t-il plus largement dans l’air que ne le laissaient croire les premières études ?  Après l’alarme sonnée par plus de 200 scientifiques internationaux, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a reconnu que de nouvelles preuves confirment le potentiel de transmission aérienne du nouveau coronavirus, un aspect crucial à prendre en compte dans tout dispositif de réouverture des lieux publics.   

Un pangolin.
Département de la communication globale

L’ONU s’active pour cerner l’origine de la COVID-19 et prévenir les zoonoses

Prévenir les prochaines pandémies implique de réduire les possibilités d’émergence des zoonoses, les maladies infectieuses transmissibles de l’animal à l’homme, mais aussi d’en savoir davantage sur l’origine de la COVID-19, dernière en date de ces affections émergentes. Les Nations Unies explorent ces deux versants, d’une part en identifiant les risques zoonotiques, d’autre part en mettant en place une étude internationale sur la source animale du nouveau coronavirus.