18 novembre 2020

Une déclaration conjointe sur la protection des données et le respect de la vie privée dans le cadre de la riposte à la COVID-19 a été publié aujourd’hui après avoir été adoptée par les organisations du système des Nations Unies.

La déclaration soutient une utilisation des données et de la technologie respectueuse de l’intimité de la vie privée dans le cadre de la riposte de l’ONU à la pandémie. Elle a été élaborée sur la base des Principes des Nations Unies pour la protection des données personnelles et le respect de la vie privée, ainsi que sur les recommandations de la Stratégie du Secrétaire général en matière de données.

Pour le Directeur de Global Pulse (l’initiative du Secrétaire général des Nations Unies sur le big data et l’intelligence artificielle), M. Robert Kirkpatrick, cette déclaration renforce l’engagement de l’ONU visant à utiliser les données et les technologies dans le cadre de la riposte à la COVID-19 en respectant le droit à la vie privée et les autres droits de l’homme et en promouvant le développement économique et social.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié des considérations éthiques pour orienter l’utilisation des technologies numériques de traçage de proximité pour la recherche des contacts des cas de COVID-19, a rappelé de son côté la Sous‑Directrice générale chargée de la Division Données, analyse et application à l’OMS, la Dre Samira Asma.

Bien que la déclaration vise à faire face aux problèmes que pose la pandémie actuelle de COVID-19, elle peut servir de précédent et de référence pour utiliser des données dans le but de faire face rapidement à toute crise future d’une ampleur analogue tout en respectant la protection des données et la vie privée.

Pour le Sous-Secrétaire général par intérim pour l'informatique et les communications, M. Patrick Carey, cette déclaration met en lumière les avantages et les défis liés à l’utilisation des données et des technologies dans les contextes d'interventions d'urgence. Elle vise à faire en sorte que les droits humains et les libertés fondamentales soient préservés, pendant et après la pandémie.