Trois personnes discutent dans un studio d'enregistrement TV.
Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres (à gauche), avec la Secrétaire générale adjointe à la communication globale, Melissa Fleming, dans le studio de la télévision des Nations Unies avant l'enregistrement d'un message vidéo au sujet de la pandémie de COVID-19. Photo ONU/Evan Schneider

Secrétaire général de l'ONU, António Guterres

Riposte de l'ONU

Le Secrétaire général des Nations Unies a lancé la Riposte globale du Système des Nations Unies face à la COVID-19 pour sauver des vies, protéger les sociétés, mieux récupérer. Dans le cadre de la réponse de l'ONU, le Secrétaire général publie des notes de synthèse pour fournir aux gouvernements des idées sur la manière dont ils peuvent faire face aux conséquences de cette crise.

Communication aux États Membres

Déclarations

28 mai 2020 : Déclaration prononcée à la réunion de haut niveau sur le financement du développement  | Dépêche ONU Info

30 avril 2020 : Point de presse en ligne| Dépêche ONU Info

3 avril 2020 : Point de presse en ligne : appel mondial à un cessez-le-feu | Dépêche ONU Info

31 mars 2020 : Point de presse en ligne : les conséquences socio-économiques de la COVID-19| Dépêche ONU Info 

19 mars 2020 : Point de presse en ligne | Dépêche ONU Info

Communication aux membres du personnel

Notes de synthèse

__________________

* Veuillez vous assurer que vous avez téléchargé le logiciel et les outils d'accessibilité appropriés avant de lire les notes au format électronique accessible, afin de pofiter de toutes les fonctionnalités et options spécialisées.

Message vidéo aux membres du personnel (23 avril 2020)

 

Message vidéo au personnel de l'ONU (17 mars 2020)

Déclarations  | Actualités

Le Secrétaire général, António Guterres, lors de la Réunion de haut niveau de l'Assemblée générale célébrant le 75e anniversaire de l'Organisation des Nations Unies.
António Guterres

La corruption est la trahison ultime de la confiance publique

Acte criminel et immoral, la corruption est la trahison ultime de la confiance publique. Elle cause encore plus de préjudice en temps de crise, que le monde vit actuellement avec la pandémie de COVID-19. Ensemble, nous devons créer sans délai des systèmes plus solides de responsabilité, de transparence et d’intégrité.

Une mère tient son enfant dans les bras au Costa Rica.
António Guterres

Accroître les investissements dans une couverture sanitaire universelle et dans des systèmes de santé plus robustes

Neuf mois après le signalement des premiers cas de COVID-19, la pandémie a fait plus d’un million de morts et touché plus de 30 millions de personnes dans 190 pays. Le nombre d’infections ne cesse de croître et le risque de nouvelles vagues d’infections se profile. Si l’on en sait encore peu sur ce virus, il ne fait aucun doute que le monde n’était pas préparé à une telle épreuve.

 

Une rue décorée par des parapluies colorés à Istanbul, en Turquie.
António Guterres

« Nous devons impérativement reconstruire le secteur du tourisme »

Le tourisme est l’un des secteurs économiques les plus importants au monde. Il emploie une personne sur dix sur la planète et assure des moyens de subsistance à des centaines de millions d’autres. Il stimule les économies et permet aux pays de prospérer. C’est pourquoi il a été si douloureux de voir comment le tourisme a été dévasté par la pandémie de COVID-19.

 

Des enfants font vérifier leur température et utilisent un désinfectant pour les mains
António Guterres

« Bâtir aujourd’hui l’avenir de l’éducation »

L’éducation est la clef du développement personnel et de l’avenir de nos sociétés. Elle ouvre des possibilités et réduit les inégalités. C’est le socle de sociétés éclairées et tolérantes, ainsi qu’un des principaux moteurs du développement durable. La pandémie du COVID-19 a bouleversé l’éducation comme jamais auparavant.

 

Des agents de santé montrent le lavage des mains à un enfant dans un centre de santé communautaire de la province de Java central, en Indonésie
António Guterres

« Faire participer les femmes à tous les aspects des plans de relance en Asie du Sud-Est »

Comme ailleurs dans le monde, le COVID-19 a eu de graves conséquences sanitaires, économiques et politiques en Asie du Sud-Est, frappant durement les personnes les plus exposées. La pandémie a non seulement mis à nu de profondes inégalités et des failles dans la gouvernance, mais aussi montré qu’il était impératif de suivre une voie de développement durable. Elle a également révélé de nouvelles menaces, notamment à la paix et à la sécurité.  

Des passants dans une rue de Buenos Aires, en Argentine, durant la pandémie de COVID-19.
António Guterres

L’impact du COVID-19 en milieu urbain

Les zones urbaines, où 90 % des cas ont été signalés, sont l’épicentre de la pandémie du COVID 19. Les villes supportent le poids de la crise : leurs systèmes de santé sont mis à rude épreuve et leurs services d’eau et d’assainissement restent insuffisants, entre autres problèmes. Cela est notamment le cas dans les zones pauvres, où la pandémie a révélé de profondes inégalités. Nous avons aujourd’hui l’occasion de réfléchir et de repenser la façon de vivre, d’interagir et de reconstruire les villes.

 

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, lors de la Conférence Nelson Mandela 2020
António Guterres

Lutter contre la pandémie d’inégalités : un nouveau contrat social pour une nouvelle ère

À l'occasion de la Journée internationale Nelson Mandela, le 18 juillet 2020, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a prononcé le discours de la 18e Conférence annuelle Nelson Mandela. Il a souligné combien la pandémie de COVID-19 a mis en évidence la fragilité de notre monde et ses inégalités. Il a décrit les risques à notre développement humain que représentent des sources historiques d’inégalités – notamment le colonialisme, le patriarcat, le racisme – ainsi que les tendances actuelles avec la fracture numérique. Il a formulé des recommandations concrètes pour une voie plus équitable, juste et durable, conformément aux objectifs de développement durable. 

Un bénévole livre de la nourriture à une fillette dans un quartier résidentiel de Kerbala, Iraq.
António Guterres

Le COVID-19 et la région arabe : une occasion de reconstruire en mieux

La pandémie du COVID-19 a révélé des failles, des fissures et des faiblesses dans les sociétés et les économies du monde entier, et la région arabe ne fait pas exception. Cette partie du monde est dotée d’une diversité et d’un potentiel formidables. Pourtant, tous les pays arabes – qu’ils soient riches en pétrole, qu’ils aient un revenu intermédiaire ou qu’ils fassent partie des pays les moins avancés – peinent à y faire face.  

 

Le Secrétaire général de l'ONU en visioconférence lors du 75e anniversaire de la signature de la Charte des Nations Unies.
António Guterres

Piqûre de rappel mondiale

Du COVID-19 à la perturbation du climat, de l’injustice raciale à l’aggravation des inégalités, notre monde est dans la tourmente. Dans le même temps, nous sommes une communauté internationale avec une vision durable, inscrite dans la Charte des Nations Unies, dont nous commémorons cette année le 75ème anniversaire.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s'exprime en vidéoconférence lors d'un événement sur le thème « Faire renaître l'économie mondiale pour assurer le développement durable ».
António Guterres

« Pour reconstruire en mieux, il faut transformer le modèle de développement de l’Amérique latine et des Caraïbes »

À mesure que le COVID-19 continue de se répandre dans le monde entier, l’Amérique latine et les Caraïbes sont devenues un point chaud de la pandémie. Dans un contexte d’inégalités déjà criantes, de taux élevés de travail informel et de fragmentation des services de santé, les populations et les individus les plus vulnérables sont une fois de plus les plus touchés.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, lors d'un discours.
António Guterres

« Le monde du travail ne peut pas, et ne doit pas, rester le même après cette crise »

La pandémie du COVID-19 a bouleversé le monde du travail. Aucun travailleur, aucune travailleuse, aucune entreprise sur la planète n’a été épargné.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, participe à une réunion à distance.
António Guterres

Nous devons agir maintenant si nous ne voulons pas que nos efforts pour contrôler la pandémie aient des conséquences désastreuses

Il y a plus qu’assez de nourriture dans le monde pour nourrir les 7,8 milliards de femmes et d’hommes qui peuplent la Terre. À ce jour, pourtant, plus de 820 millions de personnes ne mangent pas à leur faim. Quelque 144 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent d’un retard de croissance, soit plus d’un enfant sur cinq dans le monde. Nos systèmes alimentaires ne fonctionnent plus et la pandémie du COVID-19 aggrave la situation.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, en conversation en ligne avec un ancien réfugié syrien, le cardiologue Docteur Heval Kelli.
António Guterres

La crise engendrée par le COVID-19 est l’occasion de réinventer la mobilité humaine

Le COVID-19 continue de détruire des vies et d’avoir un effet dévastateur sur les moyens d’existence partout sur la planète, en frappant le plus durement les plus vulnérables.  Tel est le cas en particulier pour les millions de personnes en situation de déplacement – comme les réfugiés et les déplacés internes, contraints de fuir leur foyer en raison de la violence ou d’une catastrophe, ou les migrants en situation précaire.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, sur une estrade. En arrière-plan, on voit une affiche sur l'autonomisation des femmes africaines.
António Guterres

Il faut impérativement faire preuve de solidarité mondiale avec l’Afrique

Alors que le COVID-19 se propage sur le continent, l’Afrique a rapidement réagi face à la pandémie et, à ce jour, le nombre de cas signalés est plus faible que ce que l’on craignait. Malgré cela, l’enjeu reste de taille.

 

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

Les services de santé mentale sont une partie essentielle de tout plan de réponse gouvernemental lié au COVID-19

La santé mentale est au cœur de notre humanité. Elle nous permet de mener une vie riche et épanouie et de participer à la société. Mais le virus du COVID-19 ne s’attaque pas seulement à notre santé physique, il amplifie également la souffrance psychologique.

 

António Guterres

Nous devons agir maintenant pour renforcer l’immunité de nos sociétés face au virus de la haine

Le COVID-19 n’a que faire de qui nous sommes, du lieu où nous vivons, de nos croyances ou de nos différences. Pour le combattre, nous avons besoin du moindre brin de solidarité. Et pourtant, la pandémie continue de générer une avalanche de haine et de xénophobie ; on désigne des boucs émissaires ; on entretient la peur.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

L’avenir nous offre une occasion sans pareil de concevoir et de bâtir des sociétés plus inclusives et plus accessibles

La crise engendrée par le COVID-19, qui touche tous les aspects de la société, expose au grand jour le degré d’exclusion que connaissent les membres les plus marginalisés de la société. J’aimerais aujourd’hui souligner comment la pandémie affecte le milliard de personnes handicapées dans le monde.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

Notre réponse au COVID-19 doit être respectueuse des droits et de la dignité des personnes âgées

La pandémie du Covid-19 entraine pour les personnes âgées du monde entier d’innombrables peurs et souffrances. Le taux de mortalité des personnes âgées est globalement supérieur, mais, pour celles âgées de plus de 80 ans, il dépasse de cinq fois la moyenne mondiale.

 

Une femme porte des kits d'hygiène qui seront livrés aux ménages urbains pauvres du Bangladesh.
António Guterres

La pandémie expose et exacerbe les différentes formes d’inégalités, y compris l’inégalité des genres

Il semblerait que le virus COVID-19 soit plus dangereux pour les hommes, en particulier ceux d’un certain âge, que pour les femmes. Mais la pandémie expose et exacerbe les différentes formes d’inégalités qui sévissent dans le monde, y compris l’inégalité des genres. À long terme, ses retombées sur la santé, les droits et les libertés des femmes risquent de nuire à l’humanité tout entière.

 

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

Nous sommes tous dans le même bateau. Le virus nous menace tous. Les droits humains nous grandissent tous.

La pandémie de COVID-19 relève d’une situation d’urgence sanitaire publique – mais elle est bien plus que cela. C’est une crise économique. Une crise sociale. Et une crise humaine qui se transforme rapidement en crise des droits humains.

António Guterres

« Protégeons nos enfants »

Alors que la pandémie de COVID-19 se propage dans le monde, une tendance alarmante se fait jour.  Ce sont les membres les plus pauvres et les plus vulnérables de la société qui sont les plus durement touchés, tant par la maladie elle-même que par les effets des mesures prises pour y faire face.  Je m’inquiète tout particulièrement du bien-être des enfants du monde entier.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

« L’heure est à la science et à la solidarité »

Au moment où, partout dans le monde, nous luttons contre la pandémie mortelle de COVID-19, l’épreuve la plus dure que nous ayons eu à affronter depuis la Seconde Guerre mondiale, une autre dangereuse épidémie, celle de la désinformation se répand. Dans le monde entier, les gens ont peur. Ils veulent savoir quoi faire et à qui demander conseil. L’heure est à la science et à la solidarité. Pourtant, la pandémie de désinformation se propage. 

 

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

« Renouvelons notre foi les uns dans les autres »

Aujourd’hui, je souhaite lancer un appel spécial aux chefs religieux de toutes les confessions pour qu’ils unissent leurs forces afin d’œuvrer pour la paix dans le monde et se concentrer sur notre combat commun contre la COVID-19.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

COVID 19 : « Le temps est maintenant à l’unité »

La pandémie de COVID-19 est l’un des défis les plus dangereux auxquels le monde ait été confronté à notre génération.  C’est avant tout une crise humaine aux graves conséquences sanitaires et socioéconomiques. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), avec des milliers de ses employés, est en première ligne pour soutenir les États Membres et leurs sociétés, en particulier les plus vulnérables d’entre eux, dans leur lutte contre le virus.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

Violences contre les femmes: le Secrétaire général lance un appel pour la paix à la maison pendant la pandémie de COVID-19

Les souffrances humaines causées dans le monde par la pandémie du COVID-19 sont inouïes, et ses conséquences économiques catastrophiques. J’ai récemment appelé à un cessez-le-feu mondial immédiat pour que nous puissions nous consacrer à notre combat commun contre la pandémie. J’ai demandé que cesse la violence. Partout. Maintenant.

António Guterres

« Pour faire taire les armes, les voix pour la paix doivent être les plus fortes »

Dix jours après avoir lancé un appel à un cessez-le-feu mondial immédiat pour se focaliser sur la lutte contre la pandémie de Covid-19, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est félicité vendredi que des belligérants dans plusieurs zones de conflit aient entendu cet appel mais a estimé que ces mots devaient se traduire en actes.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

Tous sur le pont pour lutter contre une pandémie sans précédent

Ce n’est qu’en se rassemblant que le monde pourra faire face à la pandémie de COVID-19 et à ses bouleversantes conséquences.  Lors d’une rencontre virtuelle d’urgence qu’ils ont eue jeudi dernier, les dirigeants du G20 ont pris des mesures qui vont dans la bonne direction.  Mais nous sommes encore loin d’avoir une réponse globale bien articulée et coordonnée qui réponde à l’ampleur sans précédent du phénomène auquel nous sommes confrontés.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

« Après la crise de la COVID-19, le relèvement doit ouvrir la voie à une économie différente »

Le Covid-19 attaque les sociétés en leur sein, faisant des morts et détruisant des moyens de subsistance. Les effets potentiels à plus long terme sur l'économie mondiale et sur l’économie de chaque pays sont désastreux. Dans un nouveau rapport, le Secrétaire général de l’ONU appelle chacun à agir ensemble pour faire face à ces conséquences et atténuer le coup porté aux populations. 

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, lors d'un briefing virtuel
António Guterres

« La furie avec laquelle s’abat le virus montre bien que se faire la guerre est une folie »

Le monde entier affronte aujourd’hui un ennemi commun : le COVID-19.  Le virus n’épargne aucune nationalité, communauté ou religion. Il attaque tout le monde sur son passage, implacablement.  Pendant ce temps, les conflits armés continuent de faire rage dans le monde.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

« Une crise humaine qui fait appel à notre solidarité »

Nous sommes confrontés à une crise sanitaire planétaire comme l’Organisation des Nations Unies n’en a jamais connue en 75 ans d’histoire – une crise qui propage la souffrance dans toute l’humanité, met en péril l’économie mondiale et bouleverse la vie de tout un chacun.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
António Guterres

COVID-19 : C’est ensemble que nous surmonterons cela

Les bouleversements causés par le coronavirus - COVID 19 - sont tout autour de nous. Je sais que vous êtes nombreux à être anxieux, inquiets, déconcertés. C’est bien normal. Nous sommes face à une menace sanitaire sans précédent.