Une scène de destruction d'armes saisies à Juba, au Soudan du Sud.

Historique

Depuis sa fondation, l'Organisation des Nations Unies a cherché à éliminer les armes nucléaires et toutes les autres armes de destruction massive au niveau mondial. Les armes nucléaires représentent une menace unique et existentielle pour l'humanité en raison de leur pouvoir destructeur sans précédent. Une seule arme nucléaire peut détruire une ville entière, tuer des millions de personnes et mettre en danger l'environnement naturel et la vie des générations futures par ses effets catastrophiques à long terme. Bien que les armes nucléaires n'aient été utilisées que deux fois en temps de guerre - lors des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, au Japon, en 1945 -, il en resterait environ 13 080 dans le monde aujourd'hui et plus de 2 000 essais nucléaires ont été effectués à ce jour.  La meilleure protection contre de tels dangers est la poursuite d'un monde sans armes nucléaires, mais atteindre cet objectif a été un défi extrêmement difficile.

Le tabou international contre les armes biologiques et chimiques est né des horreurs de la Première Guerre mondiale. Leur utilisation a longtemps été établie comme contraire aux lois de l'humanité et aux exigences de la conscience publique. Les efforts déployés depuis longtemps pour éliminer globalement ces armes de destruction massive ont finalement porté leurs fruits avec la conclusion, en 1972, de la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou a toxines et sur leur destruction et, en 1993, de Convention sur l’interdiction des armes chimiques.

Les armes conventionnelles restent au centre des conflits mondiaux et ce sont les civils qui continuent à faire les frais de cette violence armée. La disponibilité généralisée des armes légères et de petit calibre et de leurs munitions est un facteur clé de la violence armée et des conflits. Les niveaux élevés d'armes et de munitions en circulation contribuent à l'insécurité, facilitent les violations des droits de l'homme et entravent l'accès humanitaire. Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 reconnaît de manière importante la relation symbiotique entre la paix et le développement durable. L'objectif 16 du développement durable, en particulier, reconnaît qu'une réduction significative des flux d'armes illicites est nécessaire pour des sociétés pacifiques, justes et inclusives. Au-delà de l'objectif 16, la lutte contre le commerce illicite des armes légères et de petit calibre est nécessaire à la réalisation de nombreux objectifs, notamment ceux qui concernent la réduction de la pauvreté, la croissance économique, la santé, l'égalité des sexes et la sécurité des villes et des communautés.

Poussés par des considérations humanitaires et de droits de l'homme, un certain nombre de traités et d'instruments multilatéraux ont été établis dans le but de réglementer, de restreindre ou d'éliminer certaines armes classiques et de réguler le commerce international des armes. Il s'agit notamment Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction,  de la Convention sur les armes à sous-munitions et la Convention sur l'interdiction ou la limitation de l'emploi de certaines armes classiques qui peuvent être considérées comme produisant des effets traumatiques excessifs ou comme frappant sans discrimination. Le traité sur les armes réglemente le transfert international des armes conventionnelles en fixant des normes internationales communes, tandis que Programme d’action en vue de prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects agit aux niveaux national, régional et mondial pour lutter contre ce fléau. Des efforts internationaux sont également en cours pour traiter les conséquences humanitaires de l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées.

Alors que les progrès scientifiques et technologiques continuent de révolutionner la vie humaine, de nombreux développements permettent également, à un rythme accéléré, la conception et l'acquisition de nouvelles technologies d'armement, dont les applications ne sont pas claires ou sont potentiellement dangereuses. Dans une perspective de paix et de sécurité, on s'inquiète de la capacité des nouvelles armes à déstabiliser les relations de sécurité, par exemple les armes hypersoniques. Face à l'autonomie croissante en matière d'armement, de nouvelles mesures sont nécessaires pour garantir que l'homme garde toujours le contrôle de l'utilisation de la force. Les États doivent également chercher à prendre des mesures pour prévenir une course aux armements dans l'espace et favoriser une culture de la responsabilité et du respect des normes, règles et principes pour un comportement responsable dans le cyberespace.

Divers organes des Nations Unies, dont l'Assemblée générale et le Conseil de sécurité, s'emploient à faire progresser la paix et la sécurité internationales, en s'efforçant d'éliminer les armes nucléaires et autres armes de destruction massive, de réglementer les armes conventionnelles et de garantir une innovation et une utilisation responsables des progrès scientifiques et technologiques. Le Bureau des Nations unies pour les affaires de désarmement (UNODA), créé en 1983, soutient ces organes, le Secrétaire général, les États Membres et les groupes de la société civile dans la poursuite de ces objectifs. Le Bureau assure la promotion des questions suivantes :

  • Le désarmement et la non-prolifération nucléaires; 
  • Le renforcement des régimes de désarmement en ce qui concerne les autres armes de destruction massive, telles que les armes chimiques et biologiques;
  • Les efforts de désarmement et de maîtrise des armements dans le domaine des armes conventionnelles, telles que les mines terrestres, les armes à sous-munitions, le commerce illicite des armes légères et de petit calibre et l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées, ainsi que par une transparence accrue via le registre des armes conventionnelles des Nations Unies;
  • Garantir une innovation et une utilisation responsables des progrès scientifiques et technologiques et s'attaquer aux technologies d'armement émergentes, telles que les systèmes d'armes autonomes.