Bannière de la Journée mondiale contre le travail des enfants 2020
Photo :OIT
La pandémie de COVID-19 et le choc économique et du marché du travail qui en résulte ont des conséquences énormes sur la vie et les moyens de subsistance des populations. Malheureusement, les enfants sont souvent les premiers à en souffrir.

COVID-19 : Protégeons les enfants contre le travail des enfants, maintenant plus que jamais !

En 2020, la Journée mondiale contre le travail des enfants se concentrera sur les conséquences de la crise actuelle sur le travail des enfants. La pandémie de COVID-19 et ses chocs socio-économiques ont des conséquences énormes sur la vie et les moyens de subsistance des populations. Malheureusement, les enfants sont souvent les premiers à en souffrir.

La crise peut pousser des millions d'enfants vulnérables au travail des enfants. On estime déjà à 152 millions le nombre d'enfants astreints au travail des enfants, dont 72 millions effectuent des travaux dangereux. Ces enfants courent désormais un risque encore plus grand de faire face à des circonstances encore plus difficiles et à avoir des journées de travail encore plus longues.

Cette année, la Journée mondiale se déroulera comme une campagne virtuelle et est organisée conjointement avec la Marche mondiale contre le travail des enfants et le Partenariat international pour la coopération sur le travail des enfants dans l'agriculture (IPCCLA).

Soutenez la Journée mondiale contre le travail des enfants sur les réseaux sociaux !

World Day Against Child Labour logo

Éradiquer le travail des enfants d’ici à 2025

152 millions d’enfants (64 millions de filles et 88 millions de garçons) sont astreints au travail des enfants dans le monde, ce qui représente presque un enfant sur dix à l’échelle mondiale. Il faut redoubler d'efforts pour atteindre la cible 8.7 des objectifs de développement durable (ODD), qui appelle à l’interdiction et à l’élimination immédiates des pires formes de travail des enfants.

Estimations du travail des enfants par région

Le travail forcé des enfants s’entend de tout travail accompli par un enfant sous une contrainte exercée par un tiers (autre que ses parents) sur l’enfant lui-même ou sur ses parents, ou de tout travail accompli par un enfant comme conséquence directe du fait que l’un de ses parents ou les deux sont eux-mêmes victimes de travail forcé, explique l'Organisation internationale du Travail. La coercition peut s’exercer lors du recrutement de l’enfant, afin de contraindre ce dernier ou ses parents à accepter le travail. Elle peut également se produire une fois que l’enfant travaille, afin de le contraindre à accomplir des tâches qui ne font pas partie de ce qui était convenu lors du recrutement ou pour l’empêcher de quitter son poste.

Le nombre et le pourcentage d’enfants astreints au travail des enfants varient considérablement d’une région à l’autre.

L’Afrique figure au premier rang des régions à la fois en termes de prévalence (soit 1/5) et de nombre absolu (72 millions) d’enfants astreints au travail des enfants.

La région Asie-Pacifique la suit à la deuxième place pour les deux critères : 7 pour cent en matière de prévalence, soit 62 millions d’enfants astreints au travail des enfants dans la région. Les régions Afrique et Asie-Pacifique concentrent près de neuf enfants astreints au travail des enfants sur dix.

Le reste de la population astreinte au travail des enfants se répartit entre les Amériques (11 millions), l’Europe et Asie centrale (6 millions) et les États arabes (1 million). En termes d’incidence, 5 pour cent des enfants sont astreints au travail des enfants dans les Amériques, 4 pour cent en Europe et Asie centrale et 3 pour cent dans les États arabes.

En outre, l'OIT constate que l’incidence du travail des enfants est plus élevée dans les pays à bas revenu (à hauteur de 19 %) mais est également loin d’être négligeable dans les pays des autres niveaux de revenu.

Neuf pour cent de tous les enfants des pays à revenu moyen inférieur et sept pour cent de ceux des pays à revenu moyen supérieur sont astreints au travail des enfants. Les statistiques portant sur le nombre absolu d’enfants astreints au travail des enfants pour chaque tranche de revenu national indiquent en effet que 84 millions d’enfants astreints au travail des enfants, représentant 56 % de tous ceux qui y sont astreints, vivent dans des pays à revenu moyen et 2 autres millions dans des pays à haut revenu.

 

Des rêves d’or

Le tournage d’un film en réalité virtuelle sur le travail des enfants dans les mines d’or du Ghana a exposé le réalisateur vidéo de l'Organisation internationale du Travail (OIT), Damien Riunaud, aux réalités de ce travail brutal et dangereux et à l’importance de la campagne menée par l’OIT pour y mettre fin.

Lire son témoignage

Le saviez-vous ?

  • 152 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans sont astreints au travail des enfants, dont 73 millions effectuent des travaux dangereux.
  • Près de la moitié de ces enfants (48 %) ont entre 5 et 11 ans, 28 % sont âgés de 12 à 14 ans et 24 % sont âgés de 15 à 17 ans.
  • L’agriculture est de loin le secteur le plus important pour le travail des enfants. Il représente 71 % de l’ensemble des enfants astreints au travail des enfants, devant le secteur des services (17 %) et celui de l'industrie (12 %).

Table ronde virtuelle de haut niveau

Preguntas frecuentes

Le COVID-19 et le travail des enfants : perspectives d'avenir en temps de crise

Le 12 juin 2020, une table ronde virtuelle de haut niveau favorisera le dialogue sur l'importance de protéger les plus jeunes contre le travail des enfants dans les programmes de réponse et de reprise face à la pandémie de COVID-19. Les participants présenteront les points de vue des agences des Nations Unies, des gouvernements, des organisations d'employeurs et des travailleurs, de la société civile et des jeunes. Envoyez vos questions aux intervenants avant le débat, au plus tard le 10 juin à childlabour@ilo.org !

À suivre sur ILO TV sur YouTube 

Un enfant porte un masque.

Le 12 juin 2020, un document conjoint de l'Organisation internatioanle du Travail (OIT) et du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) sur les conséquences de la pandémie de COVID-19 sur le travail des enfants sera publié par les deux entités.  Il examinera certains des principaux canaux par lesquels la pandémie est susceptible d'affecter les progrès enregistrés en faveur de l'élimination du travail des enfants.

En juillet 2019, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté à l’unanimité une résolution proclamant l’année 2021 Année internationale de l’élimination du travail des enfants  et a demandé à l’Organisation internationale du Travail (OIT) de diriger sa mise en œuvre. Cette année permettra notamment d'accentuer les efforts et les progrès afin d’avancer, jour après jour, vers un monde où aucun enfant ne sera exploité ou contraint de travailler.

 Illustration : perspective du bâtiment du Secrétariat de l‘ONU et titre, les journées internationales.

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.