Des enfants forment une ronde
Des enfants du Collège du Léman et de l'École internationale de Genève se sont produits lors de l'événement de la Journée mondiale contre le travail des enfants (12 juin 2017) à l'occasion de la 106e session de la Conférence internationale du travail.
Photo :© Crozet / Pouteau

Agir maintenant : mettre fin au travail des enfants !

La Journée mondiale contre le travail des enfants se concentre sur l’action menée en 2021, Année internationale de l’élimination du travail des enfants. Il s'agit de la première Journée mondiale depuis la ratification universelle de la convention no. 182 de l'OIT sur les pires formes de travail des enfants, et elle a lieu au moment où la crise de la COVID-19 menace d’anéantir des années de progrès dans la lutte contre ce fléau.

Cette Journée mondiale a été l’occasion de promouvoir une semaine d’action autour du 12 juin 2021.  Les activités et initiatives représentaient pour les partenaires l'occasion de souligner les progrès accomplis dans la réalisation de leurs « promesses d’action 2021 ». Toutes les promesses prises par les parties prenantes au niveau régional et national ont été publiées sur le site web de l’Année internationale 2021.

 

World Day Against Child Labour logo

Éradiquer le travail des enfants d’ici à 2025

152 millions d’enfants (64 millions de filles et 88 millions de garçons) sont astreints au travail à travers le monde, ce qui représente presque un enfant sur dix à l’échelle mondiale. Il faut redoubler d'efforts pour atteindre la cible 8.7 des objectifs de développement durable (ODD), qui appelle à l’interdiction et à l’élimination immédiates des pires formes de travail des enfants.

Estimations du travail des enfants par région

Le travail forcé des enfants s’entend de tout travail accompli par un enfant sous une contrainte exercée par un tiers (autre que ses parents) sur l’enfant lui-même ou sur ses parents, ou de tout travail accompli par un enfant comme conséquence directe du fait que l’un de ses parents ou les deux sont eux-mêmes victimes de travail forcé, explique l'Organisation internationale du Travail. La coercition peut s’exercer lors du recrutement de l’enfant, afin de contraindre ce dernier ou ses parents à accepter le travail. Elle peut également se produire une fois que l’enfant travaille, afin de le contraindre à accomplir des tâches qui ne font pas partie de ce qui était convenu lors du recrutement ou pour l’empêcher de quitter son poste.

Le nombre et le pourcentage d’enfants astreints au travail des enfants varient considérablement d’une région à l’autre.

L’Afrique figure au premier rang des régions à la fois en termes de prévalence (soit 1/5) et de nombre absolu (72 millions) d’enfants astreints au travail des enfants.

La région Asie-Pacifique la suit à la deuxième place pour les deux critères : 7 pour cent en matière de prévalence, soit 62 millions d’enfants astreints au travail des enfants dans la région. Les régions Afrique et Asie-Pacifique concentrent près de neuf enfants astreints au travail des enfants sur dix.

Le reste de la population astreinte au travail des enfants se répartit entre les Amériques (11 millions), l’Europe et Asie centrale (6 millions) et les États arabes (1 million). En termes d’incidence, 5 pour cent des enfants sont astreints au travail des enfants dans les Amériques, 4 pour cent en Europe et Asie centrale et 3 pour cent dans les États arabes.

En outre, l'OIT constate que l’incidence du travail des enfants est plus élevée dans les pays à bas revenu (à hauteur de 19 %) mais est également loin d’être négligeable dans les pays des autres niveaux de revenu.

Neuf pour cent de tous les enfants des pays à revenu moyen inférieur et sept pour cent de ceux des pays à revenu moyen supérieur sont astreints au travail des enfants. Les statistiques portant sur le nombre absolu d’enfants astreints au travail des enfants pour chaque tranche de revenu national indiquent en effet que 84 millions d’enfants astreints au travail des enfants, représentant 56 % de tous ceux qui y sont astreints, vivent dans des pays à revenu moyen et 2 autres millions dans des pays à haut revenu.

 

Des rêves d’or

Le tournage d’un film en réalité virtuelle sur le travail des enfants dans les mines d’or du Ghana a exposé le réalisateur vidéo de l'Organisation internationale du Travail (OIT), Damien Riunaud, aux réalités de ce travail brutal et dangereux et à l’importance de la campagne menée par l’OIT pour y mettre fin.

Lire son témoignage

Faisons de 2021 une année d'action pour les enfants !

 

Mettre fin au travail des enfants exige une action immédiate, une motivation accrue et des partenariats de collaboration à tous les niveaux - maintenant. Faisons la différence. Faisons en sorte que notre monde post-pandémique soit exempt de travail des enfants. Visitez le site de l'Année internationale pour l'élimination du travail des enfants pour découvrir comment vous pouvez vous impliquer.

Le saviez-vous ?

  • Le nombre d’enfants victimes du travail des enfants s’élève à 160 millions dans le monde – soit une augmentation de 8,4 millions d’enfants au cours des quatre dernières années.
  • Le secteur de l’agriculture représente 70 pour cent des enfants astreints au travail des enfants (112 millions), puis viennent le secteur des services, avec 20 pour cent (31,4 millions) et l’industrie avec 10 pour cent (16,5 millions).
  • Le travail des enfants est plus répandu chez les garçons que chez les filles, quelle que soit la tranche d’âge. Si l’on prend en compte les tâches ménagères effectuées pendant 21 heures ou plus par semaine, l’écart entre les sexes se réduit.
  • La prévalence du travail des enfants dans les zones rurales (14 pour cent) est près de trois fois supérieure à celle des zones urbaines (5 pour cent).

La COVID-19 a plongé le monde dans une crise sanitaire sans précédent. Les effets néfastes de cette pandémie n'ont pas le même impact à travers le monde. On s'attend à ce que la pandémie affecte les pays les plus pauvres et ceux qui se trouvent déjà dans des situations défavorisées ou vulnérables, comme les enfants qui travaillent - victimes du travail forcé et de la traite des êtres humains -, en particulier les femmes et les filles.

Students in a rural area of Colombia

En juillet 2019, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté à l’unanimité une résolution proclamant l’année 2021 Année internationale de l’élimination du travail des enfants  et a demandé à l’Organisation internationale du Travail (OIT) de diriger sa mise en œuvre. Cette année permettra notamment d'accentuer les efforts et les progrès afin d’avancer, jour après jour, vers un monde où aucun enfant ne sera exploité ou contraint de travailler.

A crowd of women sitting and laughing

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.