Une femme prépare des galettes avec de la terre d’argile, qui sont consommées en Haïti, l’un des pays les plus pauvres au monde.
Une femme prépare des galettes avec de la terre d’argile, qui sont consommées en Haïti, l’un des pays les plus pauvres au monde.
Photo : © ONU / Logan Abassi

Dans un monde caractérisé par un niveau sans précédent de développement économique, de moyens technologiques et de ressources financières, le fait que des millions de personnes vivent dans l’extrême pauvreté suscite une profonde indignation morale.

En outre, les personnes qui vivent dans la pauvreté doivent faire face à de nombreuses disciminations, notamment :

  • des conditions de travail dangereuses;
  • des conditions de logement insalubres;
  • des carences en aliments nutritifs;
  • un accès inégal à la justice;
  • une absence de participation politique, et
  • un manque d'accès aux soins de santé.

Cette année marque le 27e anniversaire de la résolution A/RES/47/196 de l’Assemblée générale des Nations Unies, instituant une Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.

2020 marque également le 32e anniversaire de l'appel à l’action du Père Joseph Wresinski  (1917 – 1988), fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, à la suite duquel le 17 octobre 1987, à Paris, plus de 100 000 personnes ont exprimé la nécessité de s’unir pour éliminer la pauvreté et faire respecter les droits de l’homme, en se rassemblant autour du parvis du Trocadéro à Paris, à l’endroit où fut signée la Déclaration universelle des droits de l’homme

Thème 2020 : Agir ensemble pour gagner la justice sociale et environnementale pour tous

 

Cette année, le thème de la journée met l’accent sur la justice sociale et environnementale pour tous. La reconnaissance croissante de la multidimensionnalité de la pauvreté signifie que ces deux problèmes sont liées et que la justice sociale ne peut être pleinement réalisée sans corriger les injustices environnementales. La pauvreté est multidimensionnelle, c’est-à-dire qu’elle relève d’une multiplicité de dimensions différentes. Alors que des progrès ont été accomplis dans la lutte contre la pauvreté matérielle, les succès ont été plus lents dans la lutte contre les autres dimensions importantes, notamment les conséquences environnementales de plus en plus importantes. 

Les personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté sont souvent les plus touchées par les changements climatiques et environnementaux. Alors qu’elles agissent déjà pour résister à la pauvreté, aujourd’hui, elles font également face aux conséquences de ces nouveaux défis.

Cependant, leurs efforts et expériences passent souvent inaperçus ; leur capacité à poser des actes positifs est ignorée et leur voix n’est pas entendue, notamment dans les instances internationales.

Le 17 octobre, les Nations Unies se mobilisent pour que leurs savoirs, leurs contributions et leur expérience soient reconnues et célébrées. Cette année, une commémoration mondiale en ligne partagera des messages vidéo de personnes et communautés vivant dans la pauvreté et confrontées aux effets néfastes de la dégradation de l'environnement et du changement climatique et se mobilisant pour y faire face. Leurs expériences rappellent que l’injustice sociale et l’injustice environnementale vont souvent de pair. Des lors, les solutions qu’elles appellent sont elles aussi étroitement liées. Les mettre en œuvre nécessite la mobilisation de tous.

Sea turtle

Mobilisation mondiale contre la pauvreté

Rejoindre les personnes en grande pauvreté dans leur combat, c’est chercher à bâtir avec elles des relations d’égalité. C’est chercher avec elles des réponses face à l’exclusion, à partir de leur vie et de leurs savoirs. Tout le monde peut participer. La journée du 17 octobre est commémorée dans le monde entier par un nombre croissant de personnes et d’organisations publiques et de la société civile, en ligne ou sur les médias sociaux.

 

Les chiffres de la pauvreté

  • 736 millions de personnes vivaient en-dessous du seuil international de pauvreté fixé à 1,90 dollar par jour en 2015.
  • En 2018, près de 8 % des travailleurs et leurs familles dans le monde vivaient avec moins de 1,90 dollar par personne et par jour
  • La plupart des personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté sont réparties entre deux régions : l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne.
  • Les taux de pauvreté élevés se trouvent le plus souvent dans des petits pays, fragiles et touchés par des conflits armés.
  • En 2018, environ 55 % de la population mondiale bénéficie bénéficiait d’au moins un type de prestation de protection sociale en espèces.

Liens utiles

Une pile de documents des Nations Unies.

Tandis que la communauté internationale est entrée dans la troisième Décennie pour l’élimination de la pauvreté (2018-2027), on estime que 783 millions de personnes vivaient avec moins de 1,90 dollar par jour en 2013, contre 1,867 milliard en 1990. Les pays en développement connaissent depuis l’an 2000 une croissance économique remarquable, l’augmentation du produit intérieur brut (PIB) par habitant y étant plus rapide que dans les pays développés. Cette croissance a contribué à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration des conditions de vie. Des progrès ont en outre été enregistrés dans des domaines tels que la création d’emplois, l’égalité des sexes, l’éducation et la santé, les mesures de protection sociale, l’agriculture et le développement rural ou encore l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. 

 

Un père et son fils portent des masques de protection dans une rue du Queens, à New York, lors de l'épidémie de COVID-19.

Un demi-milliard de personnes, soit 8 % de la population mondiale, risquent de tomber dans la pauvreté en raison des retombées économiques de la pandémie de COVID-19, avertissent les Nations Unies. Face à cette catastrophe annoncée, des experts onusiens plaident pour une transformation d’urgence de notre modèle afin de réduire les inégalités et d’universaliser la protection sociale.  Pour la première fois depuis 1990, la pauvreté pourrait donc augmenter au niveau mondial, mettant en péril les objectifs 1 (pas de pauvreté) et 2 (faim « zéro ») du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Tel est le constat alarmant d’une étude publiée le 8 avril 2020 par l’Institut mondial de recherche sur l’économie du développement de l’Université des Nations Unies (UNU-WIDE)

 

 Illustration : perspective du bâtiment du Secrétariat de l‘ONU et titre, les journées internationales.

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.