Une femme pose avec ses enfants
La plupart des populations qui connaissent la croissance la plus rapide se trouvent dans le groupe des pays les moins avancés, qui ont connu collectivement une croissance annuelle d'environ 2,4 % entre 2000 et 2020.
Photo :PNUD

Un monde à 8 milliards d'individus :

En 2011, le monde avait atteint une population de 7 milliards d’individus. Cette année, ce nombre s’établira à 8 milliards, ce qui déclenchera sans aucun doute beaucoup de réactions. Certain·e·s s’émerveilleront des progrès dans la santé qui ont fait augmenter l’espérance de vie, réduit la mortalité maternelle et infantile, et permis le développement de vaccins en un temps record. D’autres feront l’éloge des innovations technologiques qui nous facilitent la vie et nous connectent plus que jamais les un·e·s aux autres. D’autres encore annonceront des progrès en matière d’égalité des genres.

Toutefois, le progrès n’est pas universel et fait au contraire nettement apparaître les inégalités. Des femmes meurent encore en couches. Les écarts entre les genres restent béants. La fracture numérique déconnecte plus que les autres les femmes et les personnes vivant dans des pays en développement. Plus récemment, on a pu constater la distribution toujours inégale des vaccins contre la COVID-19. Les préoccupations et difficultés déjà abordées il y a 11 ans restent d’actualité et ont parfois empiré : changements climatiques, violences, discriminations. En mai dernier, la planète a atteint le sinistre record de plus de 100 millions de personnes dans le monde déplacées de force.

Dans un monde idéal, 8 milliards de personnes signifieraient 8 milliards d’opportunités pour des sociétés plus saines, autonomisées par leurs droits et leurs choix. Toutes et tous n’ont pourtant jamais été à armes égales. Que ce soit sur la base de leur genre, de leur appartenance ethnique, de leur classe sociale, de leur religion, de leur orientation sexuelle, de leur handicap ou de leur origine (entre autres), trop de personnes sont encore exposées à des discriminations, du harcèlement et de la violence. Négliger celles et ceux qui sont laissé·e·s pour compte nous porte préjudice.

Aucun titre alarmiste ne doit nous détourner du travail qui nous reste à faire : investir dans le capital humain et physique, pour des sociétés inclusives et productives qui défendent les droits humains et reproductifs. Ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons faire face aux énormes difficultés qui attendent notre planète, et construire un monde où la santé, la dignité et l’éducation sont des droits et des réalités, pas seulement des privilèges et des promesses creuses. Dans un monde aux 8 millions d’individus, la place doit être faite aux possibilités.

 

Des jeunes femmes

Tableau de bord de la population mondiale

Le tableau de bord de la population mondiale présente des données sur le taux de fécondité, la parité entre les sexes dans la scolarisation, des informations sur la santé sexuelle et reproductive, et bien plus encore. Ensemble, ces données mettent en lumière la santé et les droits des personnes dans le monde, en particulier des femmes et des filles. Les chiffres présentés fournis par l'UNFPA et d'autres agences des Nations Unies sont mis à jour chaque année.

Tendances démographiques

Il a fallu des centaines de milliers d'années pour que la population mondiale atteigne 1 milliard d'habitants, mais seulement 200 ans pour être multipliée par sept. En 2011, la population mondiale a franchi la barre des 7 milliards d'individus, et elle devrait atteindre 9,7 milliards d'ici à 2050.

Cette croissance spectaculaire est en grande partie imputable à l'augmentation du nombre d'individus en âge de procréer, et s'est accompagnée d'une évolution marquante des taux de fécondité, d'une urbanisation grandissante et d'une accélération des migrations. Ces tendances auront d'importantes répercussions sur les générations à venir.

D'énormes changements se sont produits récemment en ce qui concerne les taux de fécondité et l'espérance de vie. Au début des années 1970, chaque femme avait en moyenne 4,5 enfants. En 2014, le taux de fécondité au niveau mondial a chuté à environ 2,5 enfants par femme.

Parallèlement, l'espérance de vie globale moyenne a augmenté, passant de 64,8 ans au début des années 1990 à 70 ans aujourd'hui. De plus, le monde est confronté à des taux d'urbanisation élevés et à une accélération des flux migratoires. L'année 2007 a été la première année marquée par une prévalence de la population urbaine par rapport à la population rurale, et d'ici à 2050, environ 66 % de la population mondiale vivra dans des villes.

Ces mégatendances ont de lourdes implications. Elles ont des conséquences sur le développement économique, l'emploi, la répartition des revenus, la pauvreté et les protections sociales. Elles ont également une incidence sur les initiatives visant à garantir l'accès universel aux soins de santé, à l'éducation, au logement, à l'assainissement, à l'eau, à l'alimentation et à l'énergie. Afin de répondre plus durablement aux besoins des individus, les responsables politiques doivent comprendre comment de nombreuses personnes vivent sur la planète, où elles se trouvent, quel âge elles ont, et combien de personnes leur succéderont.

La croissance effrénée de la population mondiale au cours des deux derniers siècles tient en grande partie aux progrès de la médecine moderne et à l'amélioration du niveau de vie. Ces progrès ont permis de réduire considérablement la mortalité infantile, juvénile ou maternelle et d'accroître l'espérance de vie. Ces tendances auront toutefois d'importantes répercussions sur les générations à venir. Le système des Nations Unies se penche depuis longtemps sur ces questions complexes et intimement liées, notamment dans le cadre des activités du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et de la Division de la population des Nations Unies du Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (UNDESA).

profile of two women back to back

L'édition 2022 du rapport phare de l'UNFPA sur l'état de la population mondiale met en lumière le chiffre alarmant selon lequel près de la moitié des grossesses dans le monde ne sont pas planifiées et explore les liens entre la santé, les droits humains, les aspects humanitaires et socio-économiques des grossesses non planifiées, notamment la question de la violence sexiste, les obstacles accrus auxquels les femmes sont confrontées pour accéder aux services de santé reproductive dans les situations de conflit et les risques liés aux avortements à risque. Le rapport comprend également de nouvelles données sur le mariage des enfants et la grossesse des adolescentes.

A crowd of women sitting and laughing

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.