Union Africaine : le retour du Maroc

Août - Novembre 2019

Get our app.

Download app from Android Download app from Apple

Union Africaine : le retour du Maroc

Le royaume chérifien est de retour à l’Union africaine après s’être progressivement érigé en une force économique majeure en Afrique subsaharienne,
Franck Kuwonu
Afrique Renouveau: 
Moroccan King Mohammed VI is welcomed by President John Pombe Magufuli on a visit to Tanzania in October 2016. Photo credit: Presidency of Tanzania
Le Roi du Maroc Mohammed VI accueilli par le président John Pombe Magufuli durant sa visite en Tanzanie en octobre 2016. Photo: Présidence de Tanzanie

"Il est bon le jour où l'on rentre chez soi après une longue absence", a affirmé Mohammed VI, le roi du Maroc après que son pays a été réadmis à l’Union Africaine en janvier dernier.

La décision du sommet d’Addis-Abeba marque l’aboutissement d’un remarquable et rapide processus dès que le royaume notifia formellement au sommet de Kigali, l’année dernière, son intention de rentrer au bercail. Trente-neuf des 54 membres de l’l’UA ont voté en faveur de la réadmission.

Le Maroc avait quitté l'ancienne Organisation de l'unité africaine (OUA, prédécesseur de l'UA) en 1984 pour protester contre l’attribution de sièges au Front Polisario, admis comme représentant de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), une ancienne colonie espagnole à l'ouest du Sahara. Le Maroc considère cette partie comme partie intégrante de son territoire. La RASD conteste la position du Maroc et 30 ans plus tard, le conflit n'a toujours pas été réglé.

En expliquant la décision du Maroc de rejoindre l'UA, le roi avait déclaré: « Quand un corps est malade, il est plus facile de le soigner de l'intérieur que de l'extérieur.  »

Mais en son absence de l’organisation panafricaine, le royaume a développé des liens économiques avec de nombreux pays du continent, principalement par le biais du commerce et des investissements. Il semble désormais qu’il ait réussi à faire jouer de son influence économique en faveur de son retour.

Ambition continentale

« Nous sommes Arabes, mais aussi Berbères et Maghrébins », expliquait Brahim Fassi Fihri, président et fondateur de l'institut Amadeus, un think-tank marocain, à Afrique Renouveau.

Évoquant l'identité multiculturelle de son pays, essentiellement composé de groupes ethniques berbères et maghrébins, il soutient que la décision du Maroc de quitter l'organisme régional il y a trois décennies avait été une  « erreur stratégique ». Pourtant, « l'Afrique est notre patrie  naturelle, poursuit-il. Nous avions peut-être quitté une organisation, mais nous n'aurions jamais pu quitter le continent. »

En signe de solidarité politique avec l'Afrique, la compagnie aérienne nationale, Royal Air Maroc, a maintenu ses vols réguliers vers l'Afrique de l'Ouest au plus fort de l'épidémie d'Ébola, il y a deux ans, alors même qu’à l'exception de Brussels Airlines, toutes les compagnies aériennes suspendaient leurs vols vers les pays touchés – Guinée, Libéria et Sierra Leone – par crainte de la contagion.

La décision s'appuyait  sur des raisons humanitaires et non commerciales – une solidarité confraternelle « reflétant l'engagement constant du royaume envers l'Afrique », a déclaré à l'époque un porte-parole de la compagnie à l'Agence france-presse (AFP).

La compagnie aérienne a élargi son réseau à travers le continent. Au cours de la dernière décennie, ses vols vers les destinations africaines sont passés de 14 en 2007 à 32 en 2016.

Dans une certaine mesure, l'histoire du transporteur aérien marocain illustre de manière éloquente  l'ambition d'expansion économique du pays en Afrique.

Entre  2004 et 2014, le commerce du Maroc avec le reste du continent a augmenté en moyenne de 13 % par an (3,7 milliards de dollars), dont 42 % avec l'Afrique subsaharienne. Cela ne représente que 6,4 % du commerce global du royaume sur cette même période, selon un rapport du gouvernement intitulé Relations Maroc-Afrique : l'ambition d'une nouvelle frontière.

Premier investisseur 

Le changement le plus remarquable a cependant été l'investissement direct du Maroc en Afrique. Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2016 de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), le royaume y a investi quelque 600 millions de dollars en 2015. Le Mali voisin se taille la part du lion, suivi de la Côte d'Ivoire, du Burkina Faso, du Sénégal et du Gabon.

Au cours de la décennie qui s'est achevée en 2016, les investissements marocains en Afrique subsaharienne représentaient 85 % de l'ensemble de ses stocks d'investissements étrangers directs (IED), selon les données du Ministère marocain des finances et de la Banque africaine de développement.

« Les Marocains se sont affirmés comme investisseurs sur le continent en lançant 13 investissements intra-africains, ce qui représente le plus haut niveau d’investissement du continent en plus d'une décennie », soulignait en 2015 un rapport d'enquête du cabinet de conseil financier Ernst & Young.

Pour Ernst & Young,  l'intérêt croissant porté par le  Maroc à l'Afrique subsaharienne s'explique par le fait que « les entreprises marocaines regardent vers l'Afrique subsaharienne alors même que  leur pays devient une plateforme d'exportation vers d'autres pays africains ».

Les investissements marocains se concentrent principalement dans les secteurs de la banque et des télécommunications – secteurs qui, en 2013, représentaient 88 % de ses stocks d'IED en Afrique subsaharienne.

La principale banque du pays, le groupe Attijariwafa Bank, ainsi qu'une partie de la Société nationale d'investissement (SNI), qui compte 7,4 millions de clients et plus de 16 000 employés, interviennent dans 10 pays d'Afrique subsaharienne : le Cameroun, la République du Congo, la Côte d'Ivoire, le Gabon, la Guinée-Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Le groupe Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) est présent dans 18 pays, principalement en Afrique de l'Ouest, du Centre et de l'Est, à travers la Banque d'Afrique, sa filiale. Maroc Telecom, la première compagnie marocaine de téléphonie, a des activités sous différents noms (dont Moov en Afrique de l'Ouest francophone) dans 11 pays africains, comme le Burkina Faso et le Mali. 

Destination privilégiée

Au-delà de ces secteurs traditionnels, les entreprises marocaines se sont également lancées  dans l'assurance. Le Saham Insurance Group a ainsi commencé à mener des activités dans 10 pays africains en 2010 et continue de se développer sur toute l’Afrique, plus récemment avec l'acquisition en 2015 de Continental Reinsurance Plc, au Nigéria.

Pendant de nombreuses années, ce sont les pays d'Afrique de l'Ouest et dans une certaine mesure, les pays d'Afrique centrale qui ont été privilégiés par les investissements marocains en Afrique subsaharienne. Dans une lettre à l'UA, le roi  expliquait que « l'implication importante des opérateurs marocains et leur engagement fort dans les domaines de la banque, de l'assurance, du transport aérien, des télécommunications et du logement sont tels que le royaume est aujourd'hui le premier investisseur en Afrique de l'Ouest ». Il ajoute : « Mon pays est déjà le deuxième plus grand investisseur du continent et nous avons pour  ambition  d'être le premier ».

En octobre dernier, le roi s'est rendu en Afrique de l'Est et en Éthiopie alors que le Rwanda et la Tanzanie s'apprêtaient  à signer des accords commerciaux. Pour certains observateurs, les motivations de cette incursion marocaine sur le continent sont strictement économiques. « Plusieurs entreprises marocaines parient sur leur croissance en Afrique subsaharienne », explique Brahim Fassi Fihri à Afrique Renouveau. 

Poids politique

Mais pour d'autres analystes comme Amine Dafir, l'intérêt économique croissant généré par le Maroc sur le continent permet de renforcer l'influence perdue par le pays du fait de son retrait  de l'UA.

Le Maroc était soutenu dans sa demande de rejoindre l'UA par un groupe de 28 pays africains, qui représentent plus de la moitié des suffrages nécessaires (27) pour être admis au sein de l'organisation. Les pays favorables à l'admission du Maroc avaient écrit une lettre à l'UA demandant la suspension de l'adhésion de la RASD jusqu'à ce que les questions relatives à la légalité de son existence soient résolues par le Conseil de sécurité des Nations Unies. « Notre demande s’appuie sur le droit international », expliquait ainsi le président sénégalais Macky Sall, dont le pays était l'un des signataires de la lettre.

Ces trois dernières années, le Roi du Maroc, qui voyage souvent avec un entourage d'hommes d'affaires, s'était rendu dans plusieurs pays africains, dont la Côte d'Ivoire, le Gabon, la Guinée-Bissau, le Mali et le Sénégal.

En plus d'être d’ardents défenseurs du royaume, ces pays étaient aussi les cinq premières destinations de l'IED marocain en Afrique subsaharienne.

Une « victoire diplomatique issue d'une stratégie délibérée qui privilégie l'action  » avait prédit Jawad, le directeur de l'Institut marocain des relations internationales, Jawad Kerdoudi, La réadmission du Maroc par un vote majoritaire de 39 voix contre 54 semble en être la preuve.

 

*Article mis à jour

 

Magazine

  • Août - Novembre 2019

    Magazine actuel : Août - Novembre 2019

    Thème : Changement climatique

    Les effets des changements climatiques sont ressentis en Afrique ; en groupe ou à titre individuel, des actions sont en cour pour les contrer. Dans cette édition, nous vous présentons certaines des initiatives les plus remarquables portées par de jeunes Africains.

    Télécharger la version PDF : PDF icon AR_33_2_Francais.pdf