Vous êtes ici

LIVRE : Vivre ensemble, vivre séparément ? La cohésion sociale dans l’Afrique du Sud de demain

LIVRE : Vivre ensemble, vivre séparément ? La cohésion sociale dans l’Afrique du Sud de demain

Sous la direction de Christopher Ballantine, Michael Chapman, Kira Erwin et Gerhard Maré
Afrique Renouveau: 

Un quart de siècle après la fin du tristement célèbre système de ségrégation raciale de l’apartheid, les Sud-Africains gardent toujours en eux les séquelles de l’inégalité et de l’injustice. Leurs dirigeants reviennent souvent sur la nécessité de la construction d’une « cohésion sociale », pour une société nouvelle et plus inclusive capable de surmonter les divisions persistantes liées à la race, à la langue, au revenu, au sexe, à la culture et à la position sociale. Cependant, ils ne parlent en général qu’en termes vagues et ont tendance à proposer des solutions plus symboliques que pratiques.

Les 20 collaborateurs sud-africains de ce recueil (publié en 2017 par l’Université du KwaZulu-Natal à Durban, en Afrique du Sud), en leurs qualités d’universitaires, juristes, scientifiques et militants des droits des femmes, posent une question fondamentale : «Plutôt que de vivre séparément, comment pouvons-nous envisager un avenir commun? »

L’un des rédacteurs du livre, le spécialiste des sciences sociales Gerhard Maré, note que si les identités raciales restent les marqueurs les plus visibles de la différence, les clivages économiques sont tout aussi répandus. L’inégalité est moins liée à la race qu’autrefois – comme on peut le voir à travers l’émergence de quelques Noirs fortunés. Cependant, l’inégalité demeure une caractéristique prédominante de la société sud-africaine, avec des racines structurelles qui ne peuvent être éliminées par la simple charité envers les plus démunis.

Les auteurs abordent également la question des différences dans une variété de domaines, du logement et de l’éducation à la langue et à la culture, et explorent les moyens possibles de rapprocher les gens à  travers l’art, la musique, ou le sport.

Les concepts liés à l’identité peuvent être à la fois fluides et complexes. Associés à la privation, ils peuvent devenir explosifs, à l’instar des attaques xénophobes récentes contre les immigrés africains. Pour l’écrivain Njabulo S. Ndebele, il est donc vital d’agir non seulement comme des citoyens, mais surtout comme des “êtres humains”.

L’héritage de l’apartheid est peut-être propre à l’Afrique du Sud, mais les thèmes abordés dans ce livre, à savoir vaincre l’inégalité et l’exclusion, concernent toute l’Afrique.  

— Ernest Harsch