Un thon sur une planche enroulé dans une ficelle.
Les espèces de thon représentent 20 % de la valeur de toutes les pêches et plus de 8 % de la production mondiale de produits de mer.
Photo :Engin_Akyurt / Pixabay

Le thon dans notre assiette est-il durable ?

Le thon en conserve a été plébiscité dans les garde-manger pendant la pandémie. La consommation de thon en conserve, bon marché et conservé simplement sur nos étagères, a augmenté dans le monde entier en 2020. La demande de thon sous forme congelée a également augmenté. En revanche, le marché du thon frais est resté stagnant, paralysé par les fermetures dans le secteur de la restauration.

Mais, quelles que soient les particularités du marché dues à la pandémie, on ne peut ignorer que, depuis longtemps, ce produit est en quelque sorte victime de son succès nutritionnel.

En plus de constituer une importante source de nourriture, le thon et les espèces apparentées sont très importants sur le plan économique, aussi bien pour les pays développés que pour les pays en développement.

Sur le plan nutritionnel, ils sont riches en Oméga-3 et contiennent entre autres des minéraux, des protéines et de la vitamine B12.

C’est bien en raison de ces incroyables qualités que le thon fait face aujourd’hui à une demande de plus en plus massive. D’après les dernières estimations, 33,3 pour cent des
stocks des sept principales espèces de thon étaient exploités à un niveau biologiquement non durable.

Afin de sensibiliser le public à la valeur de ce poisson et à la nécessité d’en assurer la conservation à long terme, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 2 mai Journée mondiale du thon dans une résolution adoptée en 2016.

Depuis lors, cette journée encourage la communauté internationale à utiliser les stocks de thon de manière durable, en tirant la sonnette d’alarme sur les conséquences néfastes que son déclin apporterait non seulement à la biodiversité mais aussi aux communautés du monde entier.

De nombreux pays sont en effet fortement tributaires des ressources thonières pour la sécurité alimentaire et la nutrition, le développement économique, l'emploi, les recettes publiques, les moyens de subsistance, la culture et les loisirs.

L’exemple du thon montre encore une fois à quel point il est important d’atteindre l’objectif de développement durable n°14, consacré à la conservation et à l’exploitation durable des océans, des mers et des ressources marines. Une gestion prudente de ces ressources vitales, pour nous et notre planète, est un élément clé pour un avenir durable.

Logo de l'Objectif de développement durable 14

Découvrez l'objectif de développement durable sur les océans

Si les acteurs du commerce de thon ne parviennent pas à contrôler la surpêche, c’est bien plus que la biodiversité qui sera menacée. Découvrez l'objectif de développement durable lié à cet enjeu et son importance pour une industrie qui emploie plus de 200 millions de personnes !

La situation à l’heure actuelle

Les deux principaux produits consommés sont le thon en boîte, le sashimi et le sushi. Cependant, ces produits présentent des différences en termes d'espèces utilisées, de critères de qualité, et de systèmes de production. Pour les conserves, les poissons maigres – tel le listao et l’albacore – sont prédominants.

En ce qui concerne les marchés du sushi et du sashimi, qui se concentrent majoritairement au Japon, des thons plus gras, comme le thon obèse ou autres espèces de thon rouge, sont privilégiés.

Plus de 7 millions de tonnes de thonidés et espèces apparentées sont capturées chaque année. Les thons grands migrateurs, et les espèces apparentées, représentent 20% de la valeur marchande de toutes les pêches de capture marines et plus de 8% de la production mondiale de produits de mer. Ces poissons jouent ainsi un rôle critique au niveau du développement durable, de la sécurité alimentaire, des opportunités économiques et des moyens de subsistance pour les populations du monde entier.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) constate que la demande du marché pour le thon reste élevée et que la surcapacité des flottilles thonières persiste aussi. Dans son dernier rapport, la FAO avait indiqué que les captures de thon ont continué d’augmenter, atteignant en 2018 leur niveau le plus élevé, soit environ 7,9 millions de tonnes.

Face au déclin des stocks de thonidés résultant de la surpêche dans les océans, le Conseiller juridique des Nations Unies souligne l'importance cruciale de la mise en œuvre effective du cadre juridique international, tel que reflété dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Cette convention a été renforcée à plusieurs niveaux, notamment par le Code de conduite pour une pêche responsable, par l'Accord des Nations Unies sur la pêche et les stocks de poissons, avec les recommandations de sa deuxième Conférence d'examen, mais aussi par les résolutions annuelles de l'Assemblée générale sur la pêche durable et par d'autres efforts déployés par la communauté internationale aux niveaux mondial, régional et national.

À l'heure actuelle, plus de 96 pays sont impliqués dans la conservation et la gestion du thon qui a une valeur annuelle de près de 10 milliards USD. Certains programmes de la FAO ont de plus commencé à donner des résultats positifs en réduisant la surpêche. Ce n’est cependant qu’en redoublant d’efforts que nous pourrons finalement parvenir à une gestion durable de ces ressources. Notre survie dépend aussi de celle des autres espèces, et aujourd’hui plus que jamais nous devons ajuster nos modes de vie pour qu’ils soient en harmonie avec la nature.

Le saviez-vous ?

  • Le thon et les espèces apparentées comprennent environ 40 espèces présentes dans les océans Atlantique, Indien et Pacifique et en mer Méditerranée.
  • En raison des nombreuses qualités du thon, parmi lesquelles ses importants bénéfices pour la santé, ces poissons sont menacés de disparition face à une demande croissante. Plus de 7 millions de tonnes de thon et d'espèces apparentées sont pêchés chaque année.
  • Les espèces de thon représentent 20% de la valeur de toutes les pêches de capture marines et plus de 8% de la production mondiale de produits de mer.
  • D’après les estimations, 33,3 pour cent des stocks des sept principales espèces de thon étaient exploités à un niveau biologiquement non durable en 2017.
A man shows a bucket full of tuna

Créé en 1984, GLOBEFISH est un projet financé par plusieurs donateurs au sein du Département des pêches et de l'aquaculture de la FAO, chargé de fournir des informations sur le commerce de poisson et les produits de la pêche. GLOBEFISH encourage et facilite l'échange d'informations entre l'industrie des produits de la mer, les gouvernements, les universités et les parties prenantes du monde entier. Consultez le site officiel pour plus d'informations sur le marché du thon !

 

Tuna fishing

Entre 2014 et 2019, le nombre des plus gros stocks de thon faisant l'objet d'une surpêche est passé de 13 à cinq. Ce qui signifie que huit stocks de poisson sont désormais en train de se reproduire et atteindront un niveau salutaire. Pour y arriver, le Programme ZHJN des Océans communs a réuni des experts et des spécialistes des pêches chargés d'élaborer des stratégies et des procédures de récolte du thon durables et transparentes, en s'appuyant sur des exercices de simulation informatique. À partir de là, ils ont pu définir et appliquer des règles de limitation pour un pêche au thon plus durable. En savoir plus sur le programme

 

 

A crowd of women sitting and laughing

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.