Des experts techniques de la FAO et des membres du ministère péruvien de la Production mesurent la taille des filets de pêche lors d'une inspection à bord d'un navire de pêche dans le port de Callao, au Pérou.
Des experts techniques de la FAO et des membres du ministère péruvien de la Production mesurent la taille des filets de pêche lors d'une inspection à bord d'un navire de pêche dans le port de Callao, au Pérou.
Photo :© FAO / Ernesto Benavides
 

Les conséquences de la pêche illégale, non déclarée et non réglementée

Loisir ou activité commerciale, la pêche fournit nourriture et emplois et contribue au bien-être économique de nombreuses personnes à travers le monde. Avec une population mondiale qui ne cesse de croître et des pénuries alimentaires qui persistent, les produits de la pêche sont indispensables à la réalisation de la sécurité alimentaire. Cependant, malgré les efforts de la communauté internationale pour assurer la durabilité des ressources halieutiques (ressources animales et végétales vivant en eau de mer ou en eau douce), celles-ci sont mises en danger par la pêche illégale, non déclarée et non réglementée.

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la pêche illégale, non déclarée et non réglementée serait responsable de la prise annuelle de 11 à 26 millions de tonnes de poisson, privant ainsi l'économie mondiale de 10 à 23 milliards de dollars. Pour pallier ce problème et rétablir les stocks de poissons disponibles, l'objectif 14 du Programme de développement durable, adopté en 2015 par l'Assemblée générale de l'ONU, encourage la communauté internationale à conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable.

Cet objectif ambitieux ne pourra être atteint qu'avec des efforts accrus pour communiquer clairement au grand public les effets négatifs de la pêche illégale, non déclarée et non réglementée. La FAO s'y est déjà engagée activement.

En 1995, la Conférence de la FAO a adopté un Code de conduite pour une pêche responsable. Ce Code fixe des principes et des normes applicables à la conservation, à l'aménagement et à la mise en valeur de toutes les pêcheries. Il fournit ainsi un cadre juridique pour une exploitation durable des ressources bioaquatiques.

En 2009, la Conférence de la FAO a ensuite adopté l'Accord relatif aux mesures du ressort de l'État du port. Entré en vigueur le 5 juin 2016, il s'agit du premier accord juridiquement contraignant stipulant des mesures minimales à mettre en place afin de « prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée ». Cet accord contribue sensiblement à la protection de nos océans pour que leurs richesses soient transmises aux futures générations. Il s'inscrit ainsi dans l'esprit des objectifs de développement durable.

 
 

Historique

En 2015, à sa 32e session, le Comité des pêches de la FAO a approuvé la proposition visant à proclamer une Journée internationale de la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée. Il a retenu comme date le 5 juin, pour rappeler l'entrée en vigueur, le 5 juin 2016, de l'Accord relatif aux mesures du ressort de l'État du portvisant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (adopté par la FAO en 2009).

Le projet de résolution a ensuite été soumis à la 40ème session de la Conférence de la FAO en juillet 2017.

En décembre de la même année, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé, dans sa résolution annuelle sur la pêche durable, le 5 juin Journée internationale de lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée et l'année 2022 comme Année internationale de la pêche et de l'aquaculture artisanales (A/RES/72/72). Ces deux initiatives ont comme objectif de sensibiliser le public à l'importance d'une pêche durable, tout en attirant l'attention sur les difficultés rencontrées par les petits pêcheurs et les femmes qui constituent 90 % de la main-d'œuvre du secteur halieutique au niveau mondial.

Deux responsables de l'application des lois sur la pêche et de la documentation et certification des captures sur une embarcation.

La pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) est un terme général qui englobe une grande variété d'activités liées à la pêche. Présente dans tous les types de pêche et ayant plusieurs dimensions, la pêche INN a lieu à la fois en haute mer et dans les zones relevant de la juridiction nationale. Elle concerne tous les aspects et toutes les étapes de la capture et de l'utilisation du poisson, et elle peut parfois être associée au crime organisé. Cette pêche entrave les efforts nationaux et régionaux de conservation et de gestion des stocks de poissons et freine ainsi les progrès vers la réalisation des objectifs de durabilité et de responsabilité à long terme.

Des pêcheurs déchargent leur navire

En 2016, la production halieutique mondiale a atteint une valeur record d’environ 171 millions de tonnes. La production de la pêche de capture étant relativement stable depuis la fin des années 1980, c'est à l'aquaculture que l'on doit la croissance continue et impressionnante de l'offre de poisson destiné à la consommation humaine. Depuis 1961, la croissance annuelle mondiale de la consommation de poisson est le double de la croissance démographique, ce qui montre que le secteur de la pêche est déterminant dans la réalisation de l’objectif de la FAO, libérer le monde de la faim et de la malnutrition.

 Illustration : perspective du bâtiment du Secrétariat de l‘ONU et titre, les journées internationales.

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.