Une fresque sur un mur de Kaboul rend hommage aux 35 journalistes tués en Afghanistan depuis 2001.
Une fresque sur un mur de Kaboul rend hommage aux 35 journalistes tués en Afghanistan depuis 2001.
Photo :Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA)/Fardin Waezi

Lutter contre les menaces de violence et de crimes à l’encontre des journalistes pour protéger la liberté d’expression pour tous

Mettre fin à l'impunité des crimes contre les journalistes constitue l'un des enjeux les plus pressants pour garantir la liberté d'expression et l'accès à l'information pour tous les citoyens.  Entre 2006 et 2020, plus de 1 200 journalistes ont été tués dans le monde et près de 9 cas sur 10 n’ont pas été élucidés, selon l'Observatoire de l’UNESCO des journalistes assassinés.  Ce cycle de violence à l’encontre des journalistes est souvent révélateur d’un affaiblissement de l'État de droit et du système judiciaire.

Ce chiffre n’inclut pas les nombreux autres journalistes qui, quotidiennement, subissent des agressions non mortelles, y compris la torture, la disparition forcée, la détention arbitraire, l’intimidation et le harcèlement, que ce soit en situation de conflit ou non. En outre, il existe, pour les femmes journalistes, des risques spécifiques, notamment les agressions sexuelles.

Si les meurtres constituent la forme la plus extrême de censure des médias, les journalistes sont également confrontés à d'innombrables menaces, allant de l'enlèvement, de la torture et d'autres agressions physiques au harcèlement, notamment dans la sphère numérique. Les menaces de violence et les attaques contre les journalistes en particulier créent un climat de peur parmi les professionnels des médias, entravant la libre circulation des informations, des opinions et des idées au sein de la population.

Dans de nombreux cas, les menaces de violence et les attaques contre les journalistes ne font pas l'objet d'enquêtes appropriées, ce qui conduit trop souvent à des agressions plus graves, voire à des meurtres.

Lorsqu’elles restent impunies, l’UNESCO s’inquiète que les agressions de journalistes envoient aux gens ordinaires un message très négatif selon lequel s’ils diffusent une « vérité embarrassante » ou des « opinions indésirables », ils s’attireront des problèmes. En outre, la société perd confiance dans son propre système judiciaire, censé défendre les droits de chacun. Les auteurs de crimes contre des journalistes s’enhardissent donc lorsqu’ils se rendent compte qu’ils peuvent agresser leurs cibles sans jamais être traduits en justice.

En outre, les systèmes judiciaires qui enquêtent fermement sur toutes les menaces de violence à l'encontre des journalistes envoient un message fort, à savoir que la société ne tolèrera pas les attaques contre les journalistes et contre le droit à la liberté d'expression pour tous.

L’édition 2021 de la Journée internationale contre l'impunité pour les crimes contre les journalistes met en lumière le rôle déterminant des services de poursuite judiciaire dans les enquêtes et les poursuites, non seulement des meurtres, mais  également  des  menaces de violence contre les journalistes. La campagne de cette année souligne notamment le traumatisme psychologique vécu par les journalistes victimes de menaces et sensibilise à l'importance d'enquêter sur ces menaces et d'engager des poursuites afin de mettre fin à l'impunité dont jouissent ceux qui s'en prennent aux professionnels des médias.

Les  commémorations  de  la journée cette année introduiront également le 10e anniversaire  du  Plan d'action  des  Nations Unies  sur  la  sécurité  des  journalistes  et  la  question  de  l'impunité, qui sera marqué par l’édition 2022 de la journée. 

 

Événement

Le principal événement commémorant la Journée internationale en 2021 est une table ronde de haut niveau organisée par Ossigeno per l'informazione et soutenue par l'UNESCO. L'événement se tiendra en format hybride le 3 novembre 2021 à l'Institut international de Syracuse pour la justice pénale et les droits de l'homme à Syracuse, en Italie.

La table ronde offrira une plateforme de dialogue entre les procureurs et les journalistes sur les mesures de prévention et de protection visant à assurer la sécurité des journalistes, et mettra en évidence le rôle déterminant des services de poursuite dans les enquêtes et les poursuites non seulement des meurtres, mais aussi des menaces de violence contre les journalistes.

Découvrez toutes les manifestations organisées à travers le monde.

Historique

En décembre 2013, lors de sa 68e session, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution intitulée « La sécurité des journalistes et la question de l’impunité » (A/RES/68/163), qui a proclamé à la date du 2 novembre la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes. Cette résolution a exhorté les États Membres à prendre des mesures précises pour combattre la culture actuelle d’impunité. La date de cette journée internationale a été choisie en mémoire de deux journalistes français, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, assassinés le 2 novembre 2013 au Mali.

Cette résolution historique condamne toutes les attaques et violences perpétrées contre des journalistes et des travailleurs des médias. Elle exhorte également les États Membres à faire tout leur possible pour prévenir cette violence, en faire rendre compte, traduire en justice les auteurs des crimes commis contre des journalistes et des travailleurs des médias, et veiller à ce que les victimes disposent de recours appropriés. Elle demande, en outre, aux États de promouvoir un environnement sûr et propice dans lequel les journalistes puissent effectuer leur travail de manière indépendante et sans ingérence indue.

Le saviez-vous ? 

  • Les meurtres de journalistes sont en baisse au niveau mondial, avec une diminution de 20% au cours des 5 dernières années (2016-2020) par rapport à la période des 5 années précédentes (2011-2015).
  • Le niveau d'impunité pour les crimes contre les journalistes reste extrêmement élevé dans le monde, avec un taux d'impunité de 87%, représentant un taux aussi élevé que les années précédentes.
  • Sur les 139 meurtres de professionnels des médias observés en Amérique latine entre 2011 et 2020, la moitié de ces derniers avaient reçu des menaces dans le cadre de leur travail, selon une étude récente réalisée grâce au soutien du Fonds mondial pour la défense des médias
  • La majorité des journalistes tués le sont dans leur pays de nationalité. Parmi les 400 journalistes tués de 2016 à 2020, 22 (6%) étaient des étrangers.

Source : UNESCO 2021

Deux journalistes récompensés pour leurs efforts visant à préserver la liberté d’expression

Dmitry Muratov and Maria Messa

Dmitry Muratov, un des fondateurs et rédacteur-en-chef du journal russe Novaïa Gazeta, - défenseur depuis des décennies de la liberté d’expression en Russie et Maria Ressa - qui a fondé en 2012 le média Rappler aux Philippines et utilise la liberté d’expression pour exposer les abus de pouvoir et l’autoritarisme croissant dans son pays natal, ont reçu le Prix Nobel de la paix 2021. Pour le Secrétaire général de l'ONU, « aucune société ne peut être libre et juste sans des journalistes capables d'enquêter sur les actes répréhensibles, d'informer les citoyens, de demander des comptes aux dirigeants et de dire la vérité au pouvoir. »

Ressources

Documents

hands holding book and journalist with gas mask

En tant qu’organisme des Nations Unies avec un mandat spécifique de promouvoir « la libre circulation des idées par le mot et par l’image », l’UNESCO vise à favoriser la mise en place de médias libres, indépendants et pluralistes sous formes imprimées, diffusées ou en ligne. Ainsi, le développement des médias encourage la liberté d’expression et contribue au renforcement de la paix, du développement durable, des droits de l’homme et de la lutte contre la pauvreté.

journalists in danger

Ce rapport est un mécanisme unique dans le système des Nations Unies permettant d’assurer le suivi des assassinats de journalistes. Sa première publication date de 2008 et il est soumis tous les deux ans au Conseil Intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication de l’UNESCO (PIDC). Combattre l’impunité est une étape importante pour faire face aux chiffres élevés des assassinats de journalistes. 

 

 

A crowd of women sitting and laughing

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.