Farah Chahine (à droite), enseignante volontaire auprès des Nations Unies, discute avec l’une de ses élèves pendant la récréation, tandis qu'une autre enfant embrasse Layal Ammar (à gauche), également enseignante volontaire à l'école Ramallah
Farah Chahine (à droite), enseignante volontaire auprès des Nations Unies, discute avec l’une de ses élèves pendant la récréation, tandis qu'une autre enfant embrasse Layal Ammar (à gauche), également enseignante volontaire à l'école Ramallah
Photo :VNU
Farah Chahine (à dr.), enseignante volontaire auprès des Nations Unies, discute avec l’une de ses élèves pendant la récréation, tandis qu'une autre élève embrasse Layal Ammar (à g.), également enseignante volontaire à l'école Ramallah, dans le camp de réfugiés palestiniens de Chatila, situé au sud de Beyrouth, au Liban. Photo VNU (Programme des Volontaires des Nations Unies)

Le rôle moteur et multiforme que jouent ces femmes et ces hommes dans la promotion des objectifs de développement durable mérite le soutien sans faille des gouvernements et des autres parties prenantes. En cette Journée internationale, je remercie les Volontaires de tout ce qu’ils font pour que personne ne soit laissé de côté. »

 Extrait du message du Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à l'occasion de la Journée

Le volontariat est un moyen efficace pour s’attaquer aux défis du développement. Il profite à la fois à l’ensemble de la société et à la personne qui se porte volontaire. On estime que 1 milliard de volontaires donnent librement de leur temps pour résoudre les problèmes qui les touchent, eux ou leurs communautés, souvent dans des circonstances extrêmement difficiles.

Le Programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) s'inspire de la conviction que le volontariat peut changer le rythme et la nature du développement et de l'idée que chacun ou chacune d'entre nous peut donner de son temps et de son énergie pour améliorer les conditions de vie de millions d'autres.

Tous les ans, les volontaires des Nations Unies déploient plus de 7 000 professionnels (dont 83 % sont issus des pays du Sud), et fait appel à plus de 17 000 volontaires en ligne, au service de 38 entités des Nations Unies dans plus de 140 pays. En 2018, 137 volontaires ont notamment participé à des tâches liées à la coordination, à la paix et au développement, ainsi qu’à la mise en oeuvre des Objectifs de développement durable (ODD) dans 62 bureaux de coordonnateurs résidents (*). Les VNU encouragent également les individus à participer au développement de leur propre communauté, ainsi qu’à renforcer leur sentiment d’adhésion et les résultats obtenus.

(*) Source : Rapport sur l'état du volontariat dans le monde 2018 (PDF)

 

 Illustration : perspective du bâtiment du Secrétariat de l‘ONU et titre, les journées internationales.

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources. 

 

Logo 2019 de la Journée internationale des Volontaires

Le thème de la Journée 2019, « Volontariat pour un avenir inclusif », a permis de mettre en lumière celles et ceux qui offrent leur temps et leurs compétences pour un avenir où personne n'est laissé de côté. Le thème s’inscrivait leinement dans l’ODD n°10, qui vise à réduire les inégalités dans les pays, et d’un pays à l’autre. Le volontariat offre la possibilité de participer concrètement et de jouer un rôle constructif dans les communautés. Grâce au volontariat, les communautés du monde entier font l'expérience d'une solidarité et d'une inclusion renforcées.

Rapport sur l'état du volontariat dans le monde 2018

Le Rapport sur l'état du volontariat dans le monde 2018, intitulé « Le fil qui nous relie : Volontariat et résilience communautaire », examine les caractéristiques du volontariat local et la manière dont celui-ci aide les communautés en crise. Pour la première fois, le rapport s'appuie sur des recherches menées sur le terrain par des volontaires, dont 1 200 participants dans 15 communautés différentes. Ce rapport explore également la manière dont les gouvernements et d'autres acteurs du développement peuvent s'associer à des solutions locales pour renforcer la résilience communautaire.