Une Casque bleu du contingent chinois de la Mission des Nations Unies au Libéria, dont le mandat a pris fin en 2018. Photo ONU/Albert Gonzalez Farran

Récits

 

Le maintien de la paix est une pierre angulaire du travail de paix et de sécurité des Nations Unies, et les femmes soldats de la paix sont la clé de son succès. Aujourd'hui, plus de femmes que jamais auparavant occupent des postes de direction au sein du maintien de la paix des Nations Unies. Les femmes servent sous les couleurs des Nations Unies en tant que membres de l'armée, de la police et en tant que civiles. Les femmes soldats de la paix ont un meilleur accès aux populations, y compris les femmes et les enfants, permettant ainsi d'obtenir et de partager des informations essentielles. Découvrez ces quelques témoignages de différentes missions :

 

Portrait de Jackline Urujeni, du Rwanda, servant au Soudan du Sud

MINUSS

Jackline Urujeni : « Ouvrir les yeux sur de nouvelles possibilités »

« Les femmes d'ici m'ont posé beaucoup de questions, surtout quand elles comprennent que je suis le commandant d'un grand groupe de policiers. Je remarque que les filles et les femmes d'ici prennent peu à peu conscience de leur droit à devenir ce qu'elles veulent être. Elles comprennent que les filles n'existent pas seulement pour se marier et avoir des bébés. Nous leur ouvrons les yeux sur de nouvelles possibilités, sur de nouveaux choix qu'elles devraient être autorisées à faire. » À 39 ans, Jackline Urujeni est commandant de l'unité de police constituée rwandaise à Juba, au Soudan du Sud.

Lilia Budiyanti, servant au sein du Bataillon indonésien de la MONUSCO

MONUSCO

Lilia Budiyanti : « Servir comme Casque bleu est un honneur pour moi et pour mon pays, l'Indonésie ».

La capitaine de la Marine Lilia Budiyanti, est en même temps chargée de l’Information Publique et Cheffe de l’Équipe d’Engagement au sein du Bataillon indonésien basé à Kalemie, en République démocratique du Congo. La capitaine Lila estime que les femmes Casques bleus servent de modèles et rassurent les femmes locales ; leur présence au sein de la Mission crée un sentiment de confiance dans le cadre des activités de consolidation de la paix.  Elle en fait l’expérience dans la mise en œuvre du processus de désarmement, démobilisation, et réintégration des ex-combattants « Mai-Mai » en cours dans le Tanganyika.

Portrait de Karina Cissé, administratrice nationale à la Division des droits de l’homme et de la protection de la MINUSMA

MINUSMA

Karina Cissé : « Mon vœu : que les femmes puissent être réellement impliquées dans les processus en cours pour que la paix revienne au Mali ».

Karina Cissé, jeune malienne d'une trentaine d'années, explique son attachement à la paix et son engagement d’administratrice nationale à la Division des droits de l’homme et de la protection de la MINUSMA. Elle œuvre à la promotion et au respect des droits de l’homme auprès des acteurs étatiques, des organisations de la société civile, des professionnels des médias et du grand public. Elle contribue à renforcer les institutions et mécanismes de promotion de l’Etat de droit, ainsi que le processus de justice transitionnelle. Et ce, en soutenant notamment la Commission Vérité Justice et Réconciliation et la lutte contre l’impunité des violations graves et abus des droits de l’homme.

MINUSMA

Une pilote du Salvador au service de la paix au Mali

Valentina Iglesias est la deuxième femme pilote de combat de la MINUSMA, elle survole le vaste désert du nord du Mali pour la surveillance et la protection des missions de civils. Elle fait partie des 200 Casques bleus du Salvador basés au Mali, qui exploitent et entretiennent une flotte de plusieurs hélicoptères.

MONUSCO

« Vous êtes une clé pour la paix et je compte sur vous »

Leila Zerrougui, Représentante spéciale et Chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo, a salué la formidable énergie et l’enthousiasme dont fait montre le personnel féminin au sein de la MONUSCO. Elle a aussi réaffirmé son admiration, son soutien et sa solidarité aux femmes congolaises qui font encore, selon elle, face à beaucoup de difficultés.

MINUSCA

Soutien aux femmes détenues

L’unité pénitentiaire de la MINUSCA se rend à la prison de Bimbo, à Bangui, pour aider les femmes détenues à mieux affronter leurs conditions carcérales.