Logo 2020 : Les femmes dans le maintien de la paix : une clef pour la paix
Les femmes Casques bleus apportent une contribution inestimable au maintien de la paix. Elles permettent d’améliorer l’efficacité des missions, ont un plus grand accès aux communautés locales, en particulier aux femmes et permettent de cette façon une meilleure promotion des droits de l’homme et de la protection des civils. Photo ONU

Thème de 2020 : « Les femmes dans le maintien de la paix : une clef pour la paix »

Célébrée le 29 mai, la Journée internationale des Casques bleus de l’ONU rend hommage au personnel civil, policier et militaire pour sa contribution inestimable au travail de l’ONU. Elle constitue aussi l’occasion d’honorer la mémoire de plus de 3 900 Casques bleus qui ont perdu la vie en servant sous le drapeau des Nations Unies depuis 1948, dont 102 hommes et femmes en 2019.

Cette année, nos Casques bleus sont confrontés à des défis et menaces sans précédent, et comme la plupart d’entre nous à travers le monde, doivent faire face à la pandémie de la COVID-19 et protéger les populations civiles dans les pays où ils sont déployés. Ils continuent d’accomplir leur mission du mieux qu’ils peuvent et soutiennent les gouvernements et les populations locales malgré les risques que pose la COVID-19.

La Journée internationale 2020 met en lumière le rôle des femmes sous le thème « Les femmes dans le maintien de la paix : une clef pour la paix » afin de célébrer le 20e anniversaire de l’adoption de la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité.

 

 

 

À travers la résolution 1325 et les résolutions ultérieures, ainsi que la Déclaration d’engagements communs dans le cadre de l’initiative « Action pour le maintien de la paix », l’ONU a appelé à un rôle plus important et une contribution accrue des femmes à ses opérations, y compris les femmes Casques bleus en uniforme.

Les femmes Casques bleus apportent une contribution inestimable au maintien de la paix. Elles permettent d’améliorer l’efficacité des missions, ont un plus grand accès aux communautés locales, en particulier aux femmes et permettent de cette façon une meilleure promotion des droits de l’homme et de la protection des civils. Elles encouragent, par ailleurs, une participation plus active des femmes aux processus de paix et de décision politique. Il a été montré que lorsque davantage de femmes font parties des négociations de paix, celles-ci sont plus inclusives et produisent des résultats plus durables. Lorsque des femmes sont formellement signataires d’accord de paix, les études ont prouvé qu’il y a une plus grande chance qu’ils soient mis en œuvre.

La première opération de maintien de la paix de l’ONU a été créée le 29 mai 1948, quand le Conseil de sécurité a autorisé le déploiement au Proche-Orient d’observateurs militaires de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST) entre Israël et ses voisins arabes.

Depuis cette date, plus d’un million d’hommes et de femmes ont servi dans 72 opérations de maintien de la paix de l’ONU, contribuant à la sécurité et sauvant la vie de millions de personnes. Plus de 95 000 personnels militaires, de police et personnels civils sont actuellement déployés à travers 13 missions de maintien de la paix.

La Journée internationale des Casques bleus de l’ONU sera célébrée au Siège de l’ONU, à New York. Le Secrétaire général déposera une gerbe en l’honneur de tous les Casques bleus qui ont perdu la vie sous le drapeau de l’ONU au cours des sept décennies passées. De plus, la médaille Dag Hammarskjöld sera décernée à titre posthume aux Casques bleus tombés au champ d’honneur en 2019. Le prix de la Lauréate de la promotion de l’Egalité de genre dans le maintien de la paix sera attribué au cours d’une visio-conférence.

 

Affiche : Les femmes dans le maintien de la paix : une clef pour la paix

Cliquez sur l'image pour ouvrir une version PDF de l'affiche

Deux femmes Casques bleus du Nigéria lors d'une inspection de leur base.

Dans tous les domaines du maintien de la paix, les femmes Casques bleus ont prouvé qu’elles pouvaient jouer les mêmes rôles, selon les mêmes normes et dans les mêmes conditions difficiles, que leurs homologues masculins. Il est impératif de recruter des femmes Casques bleus. En 1993, elles représentaient 1% du personnel en uniforme déployé. En 2019, sur environ 95 000 soldats de la paix, les femmes ont constitué 4,7% des contingents militaires et 10,8% des unités de police au sein des missions de maintien de la paix des Nations Unies. Plus de femmes dans le maintien de la paix signifie un maintien de la paix plus efficace.

Pour lutter contre la propagation de la COVID-19, les agents de la Police des Nations Unies en République démocratique du Congo portent des masques pour se protéger et protéger les autres.

Les Casques bleus de l'ONU sont confrontés à l'un de leurs plus grands défis à ce jour : la pandémie de COVID-19. Ils aident les gouvernements et les communautés locales à faire face à la pandémie et continuent d'adapter leurs activités pour exécuter leurs mandats, notamment en protégeant les communautés vulnérables. Les femmes soldats de la paix sont en première ligne dans cette lutte et font partie intégrante de la réponse à la COVID-19 dans les limites des contraintes actuelles et en prenant toutes les mesures de précaution.

 

 Illustration : perspective du bâtiment du Secrétariat de l‘ONU et titre, les journées internationales.

Chaque journée internationale représente une opportunité d’informer le grand public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont l’occasion pour les pouvoir publics mais aussi la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.