Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les femmes sont efficaces dans la construction de la paix et de l'unité

Get monthly
e-newsletter

Les femmes sont efficaces dans la construction de la paix et de l'unité

-Jackline Urujeni du Rwanda, servant au Soudan du Sud
19 Mai 2020
Jackline Urujeni from Rwanda, serving in South Sudan
Jackline Urujeni du Rwanda, servant au Soudan du Sud

Le 29 mai est la Journée internationale des Casques bleus de l'ONU - une journée pour rendre hommage à notre personnel civil et en uniforme. Alors que nous commémorons le 20e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité, nous dresserons le profil des femmes soldats de la paix et les entendrons raconter leur histoire. Le Casque bleu du jour est originaire du Rwanda.

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Je m'appelle Jackline Urujeni et je suis originaire du Rwanda. J'ai 39 ans, je suis mariée et j'ai trois enfants. Je suis officier de police depuis 19 ans et j'ai le grade de commissaire principal.

Où êtes-vous basée ?

Je suis le commandant de l'unité de police constituée rwandaise à Juba, au Soudan du Sud.

Quelles sont vos responsabilités dans le cadre de cette mission ? 

Mes responsabilités sont nombreuses. Notre unité se compose de 160 policiers, dont la moitié sont des femmes. Je gère et supervise leur travail au quotidien. Je coordonne et je planifie des patrouilles de renforcement de la confiance en ville et dans les sites de protection des personnes déplacées à l'intérieur du pays (IDP). Sur ces sites, je gère les entrées, j'escorte les humanitaires en visite et le personnel des Nations unies, et je mène des opérations de recherche pour confisquer les armes, les drogues et autres objets interdits dans les locaux. Nous participons également à différentes sessions de renforcement des capacités et de sensibilisation avec les personnes hébergées sur le site de protection, en particulier les femmes. 

À quoi ressemble votre journée type ?

Je commence ma journée à 5 heures du matin avec une course de 4 km au moins trois fois par semaine. Au bureau, je préside une réunion d'information quotidienne à 7h30 où nous passons en revue ce qui s'est passé au cours des dernières 24 heures, discutons et résolvons les problèmes qui peuvent entraver notre travail, passons en revue les tâches de la journée à venir et attribuons les tâches.

Je consacre une heure par jour, généralement entre 10 et 11 heures, à assister les agents qui souhaitent me rencontrer en personne pour discuter de toutes sortes de questions, allant du professionnel au particulier.

Je passe beaucoup de temps à mon bureau, mais je surveille toujours ma radio et j'écoute la façon dont nos activités se déroulent et je prends des décisions lorsque cela est nécessaire.

Comment occupez-vous votre temps libre ? 

Quand j'ai un peu de temps libre, j'aime aller à la salle de sport ou communiquer avec ma famille au pays. J'aime aussi socialiser avec mes collègues et participer à des sports, des événements sociaux et d'autres jeux récréatifs organisés pour nous remonter le moral, pour améliorer notre bien-être mental.

Depuis combien de temps êtes-vous un soldat de la paix des Nations unies et comment êtes-vous devenu un tel soldat ?

Je suis ici à Juba depuis juin 2019, mais avant de venir au Soudan du Sud, j'ai effectué ma première mission de maintien de la paix des Nations Unies au Darfour en 2016-2017. J'avais vu beaucoup de souffrance dans mon propre pays et j'ai également observé et admiré comment des individus, notamment nos dirigeants nationaux, ont fait une réelle différence, ont transformé le pays et ont amélioré la vie de nombreuses personnes. Ces actions m'ont inspiré et j'ai décidé que je voulais faire ma part en faisant quelque chose de significatif pour les autres. En tant que femme, je veux aussi montrer à quel point nous pouvons être forts et efficaces pour construire la paix et l'unité.

Qu'ont pensé votre famille et vos amis dans votre pays d'origine de votre décision de quitter votre pays et de travailler pour une mission de maintien de la paix des Nations unies ?

Quand je l'ai dit à ma famille, ils n'ont pas pu y croire. Ils étaient choqués, confus et pas du tout contents de ma décision. Il a fallu les convaincre pour qu'ils acceptent. J'ai dû leur dire "écoutez, beaucoup de gens ont fait la même chose avant moi et tout s'est bien passé". Je leur ai expliqué que je considérais cela [partir en mission de maintien de la paix] comme faisant partie de mon travail, et après un certain temps, ils ont commencé à me comprendre. Maintenant, ils sont heureux et fiers de moi et de ce que je fais.

Quels sont les points forts de votre service dans votre mission actuelle de maintien de la paix ?

J'aime le fait que je puisse faire une différence tangible dans la vie des gens ; je vais vous donner un exemple. Peu après notre arrivée en juin 2019, nous avons été déployés sur l'un des sites de protection et je peux vous dire qu'il n'y avait pas d'unités d'ablutions, surtout pour les filles et les femmes. Alors, mes collègues et moi avons décidé de leur construire une latrine à fosse. Elle est toujours utilisée aujourd'hui.

Quelles sont les trois choses que vous aimez le plus dans la mission et le pays ?

J'admire la résilience et l'esprit d'accueil des habitants du Soudan du Sud. Malgré une très longue période de conflit et de violence, ils sont toujours amicaux et parviennent à rester positifs. J'aime nos interactions avec les femmes déplacées à l'intérieur du pays. Sentir à quel point ces femmes ont confiance en nous est quelque chose de très spécial. Souvent, elles ne nous considèrent même pas comme des officiers de police - nous sommes plutôt comme des amies ou des sœurs. En fait, plusieurs d'entre elles nous appellent "sœurs", et un petit garçon insiste pour m'appeler "maman". 

Quelle est la partie de votre travail que vous trouvez la plus difficile, et pourquoi ?

Le plus grand défi est lorsqu'un collègue soldat de la paix est attaqué ou blessé. Nous sommes ici pour faire le bien, donc quand quelqu'un est attaqué, cela nous met dans une situation difficile, et cela me rend triste. La violence contre les collègues est l'une des raisons pour lesquelles nous (les soldats de la paix), et peut-être les femmes en particulier, devons être courageux et impliquer les personnes que nous servons dans des activités d'engagement communautaire. Si nous pouvons établir des liens, nous pouvons gagner leur cœur et leur esprit et faire comprendre à tout le monde pourquoi nous sommes au Soudan du Sud en général et dans les sites de protection en particulier.

Pensez-vous que les femmes soldats de la paix servent de modèles pour la population locale ?

Nous jouons un rôle important pour inspirer les filles et les femmes d'ici. La plupart des pays et cultures africains sont dominés par les hommes. Beaucoup de gens, hommes et femmes, pensent qu'une femme ne peut pas être officier de police, ne peut pas porter d'équipement lourd ou manipuler une arme. Les femmes d'ici m'ont posé beaucoup de questions, surtout quand elles comprennent que je suis le commandant d'un grand groupe de policiers. Elles me demandent : "Comment pouvez-vous être un commandant ? Vous n'avez pas d'hommes dans votre pays ?" Je remarque que les filles et les femmes d'ici prennent peu à peu conscience de leur droit à devenir ce qu'elles veulent être. Elles comprennent que les filles n'existent pas seulement pour se marier et avoir des bébés. Nous leur ouvrons les yeux sur de nouvelles possibilités, sur de nouveaux choix qu'elles devraient être autorisées à faire.

Que diriez-vous aux femmes qui envisagent une carrière dans le maintien de la paix ?

J'encourage toujours les femmes à devenir des gardiennes de la paix parce que je peux voir de mes propres yeux que nous sommes nécessaires et que nous pouvons faire une réelle différence. Dans de telles situations, il y a des choses que nous pouvons gérer et que nos collègues masculins ne peuvent pas ou auront plus de mal à faire, par exemple gagner la confiance de jeunes filles et de femmes vulnérables. Cette confiance permet d'obtenir des informations utiles, qui nous permettent de mieux les protéger et d'améliorer leur vie.