Composition avec différentes personnes autochtones.
Une marginalisation séculaire et un ensemble de vulnérabilités différentes exposent les peuples autochtones aux graves effets de la crise.
Photo :Composition de l'ONU avec des photographies de l'Organisation panaméricaine de la santé (à gauche), Martine Perret (au centre) et UNICEF Equateur-Arcos (à droite).

Le rôle des femmes autochtones dans la préservation et la transmission du savoir traditionnel

Les femmes sont la colonne vertébrale des communautés autochtones et sont le pivot de la préservation et la transmission des connaissances ancestrales traditionnelles. Elles jouent un rôle collectif et communautaire intégral en tant que gardiennes des ressources naturelles et des connaissances scientifiques. Elles sont aussi nombreuses à prendre la tête de la défense des terres et territoires des peuples autochtones et défendent les droits collectifs de leurs communautés dans le monde entier.

Cependant, malgré le rôle crucial qu'elles jouent dans leurs communautés, les femmes autochtones souffrent souvent de discrimination fondée sur le sexe, la classe, l'ethnie et le statut socio-économique.

Les femmes autochtones souffrent particulièrement de la pauvreté, d'un accès inégal à l'éducation et d'analphabétisme, des limitations de l'accès à la santé, à l'assainissement de base, au crédit et à l'emploi ; elles ne participent pas pleinement à la vie politique ; elles sont victimes de la violence domestique et sexuelle. En outre, leurs droits à l'autodétermination, à l'autonomie gouvernementale et au contrôle des ressources et des terres ancestrales ont été bafoués au fil des siècles.

Des progrès modestes mais significatifs dans les processus de prise de décision dans certaines communautés ont été réalisés par les femmes autochtones, qui ont pu obtenir un leadership dans des rôles communautaires et nationaux, et se sont tenues en première ligne des protestations pour défendre leurs terres et la diminution de la biodiversité de la planète. La réalité, cependant, demeure que les femmes autochtones sont largement sous-représentées, affectées négativement de manière disproportionnée par les décisions prises en leur nom, et sont trop souvent victimes de multiples expressions de discrimination et de violence.

En cette Journée internationale des peuples autochtones, faisons que le rôle de ces femmes soit reconnu.

Diffusons le message le plus largement possible grâce au matériel de communication pour les médias sociaux préparé par le Département des affaires économiques et sociales

Portrait d'une personne autochtone

Commémoration virtuelle 2022

9 août 2022, de 9 à 11 heures (heure de New York)

Participez au dialogue virtuel au cours duquel les peuples autochtones, les États Membres et les agences des Nations Unies partageront leurs connaissances et leur expérience sur la transmission des connaissances ancestrales traditionnelles dans des domaines tels que le changement climatique et la protection des ressources naturelles.

Le saviez-vous ?

  • Dans le monde, 47 % des populations autochtones actives n’ont pas fait d’études, contre 17 % des non autochtones. Cet écart est encore plus important chez les femmes.
  • Plus de 86 % des populations autochtones travaillent dans l’économie informelle, contre 66 % des non autochtones.
  • Les populations autochtones sont près de trois fois plus exposés à la pauvreté extrême que les autres peuples.

Source: OIT

Le respect, pas la déshumanisation

portraits de deux femmes autochtones

 

La campagne « NON au racisme » propose une section consacrée aux peuples autochtones comprenant de nombreuses ressources produites par les Nations Unies, parmi lesquelles une vidéo sur le problème de la discrimination, une exposition photo et une formation gratuite en ligne (proposée par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme).

 

A masai boy with a security helmet

Résultat d'un exercice de collecte de données collectif et communautaire dans 11 pays, ce rapport de l'OIT démontre que les peuples autochtones sont confrontés à de nombreux obstacles dans l'exercice de leurs métiers traditionnels et dans l'accès à des opportunités de travail décent, à l'éducation et à la protection sociale. Cette situation est aggravée par la pandémie de COVID-19. À partir des avis exprimés et des priorités mises en avant par les peuples autochtones eux-mêmes, l'étude examine également comment soutenir les travailleurs, les coopératives, les entrepreneurs et les économies des peuples autochtones.

A family from the Hunza Gujal ethnic group in North Pakistan

Les données actuelles indiquent qu'au moins 40 % des 7 000 langues utilisées dans le monde sont plus ou moins menacées. Bien qu'il soit difficile d'obtenir des chiffres fiables, les experts s'accordent à dire que les langues autochtones sont particulièrement vulnérables car nombre d'entre elles ne sont pas enseignées à l'école ou utilisées dans la sphère publique. S'appuyant sur les enseignements tirés de l'Année internationale des langues autochtones (2019), la Décennie des langues autochtones (2022-2032) donnera la priorité à l'autonomisation de leurs utilisateurs.

A crowd of women sitting and laughing

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.