Une mère et sa fille rendent visite à une personne âgée, en respectant les gestes barrières. Un homme Navajo réconforte son épouse.
À gauche : Une mère et sa fille rendent visite à une personne âgée, en respectant les gestes barrières derrière une vitre. - À droite : Un homme Navajo réconforte son épouse qui a perdu son emploi et ses revenus à cause des fermeture liées à la COVID-19.
Photo :Gauche : ©Getty Images/RyanJLane - Droite : ©Getty Images/grandriver

 

Après tout, où commencent les droits de l’homme universels ? Ils commencent près de chez soi, en des lieux si proches et si petits qu’on ne peut les voir sur aucune carte du monde. (…) Si dans ces lieux les droits sont dénués de sens, ils n’en auront guère davantage ailleurs. Si chacun ne fait pas preuve du civisme nécessaire pour qu’ils soient respectés dans son entourage, il ne faut pas s’attendre à des progrès à l’échelle du monde. »

Eleanor Roosevelt, qui présidait la Commission des droits de l’homme de l’ONU à ses débuts | Extrait de son discours prononcé le 27 mars 1958 à l’occasion du 10e anniversaire de la proclamation de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

La Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre, jour anniversaire de l’adoption en 1948 par l’Assemblée générale des Nations Unies de la Déclaration universelle des droits de l’homme, un document fondateur qui a proclamé les droits inaliénables de chaque individu en tant qu’être humain, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. Cette déclaration est la première reconnaissance universelle du fait que les libertés et les droits fondamentaux sont inhérents à tout être humain, qu’ils sont inaliénables et s’appliquent également à tous, que nous sommes tous nés libres et égaux en dignité et en droits. Ce document fondateur - traduit dans plus de 500 langues différentes - continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l'exercice universel des droits de l'homme.

Thème 2020 : Reconstruire en mieux – Défendons les droits de l’homme

Le thème de la Journée des droits de l’homme de cette année est lié à la pandémie de COVID-19 et met l’accent sur la nécessité de reconstruire en mieux, en veillant à ce que les droits de l’homme soient au cœur des efforts de relèvement. Nous n’atteindrons nos objectifs mondiaux communs que si nous sommes capables de créer l’égalité des chances pour tous, de remédier aux échecs qui ont été mis en lumière par la COVID-19 et qui ont favorisé la crise, et d’appliquer les normes relatives aux droits de l’homme pour lutter contre les inégalités, l’exclusion et la discrimination profondément ancrées, systématiques et intergénérationnelles.

Le 10 décembre est l’occasion de réaffirmer l’importance des droits de l’homme dans la reconstruction du monde auquel nous aspirons, d’insister sur la nécessité d’une solidarité mondiale et de rappeler notre interconnexion et l’humanité que nous partageons en tant qu’êtres humains.

Dans le cadre de l’appel à l’action général « Défendez les droits de l’homme » de l’ONU, nous souhaitons inciter le grand public, nos partenaires ainsi que la famille des Nations Unies à promouvoir des actions porteuses de transformation et à présenter des exemples pratiques et inspirants, susceptibles de nous aider à mieux nous remettre de la crise et à créer des sociétés plus résilientes et plus justes.

Droits de l’homme et objectifs de développement durable

Les droits de l’homme sont au cœur des objectifs de développement durable : sans dignité humaine, nous ne pouvons espérer générer un développement durable. Les droits de l’homme sont favorisés par les progrès dans la réalisation de tous les objectifs de développement durable, et cette dernière est favorisée par les avancées en matière de droits de l’homme. Découvrez comment les entités des Nations Unies s’efforcent de placer les droits de l’homme au cœur de leurs travaux.

 

 

Les droits de l’homme doivent être au centre du monde d’après la COVID-19.

La crise de la COVID-19 a été alimentée par l’aggravation de la pauvreté, par l’augmentation des inégalités, par la discrimination structurelle et profondément ancrée ainsi que par d’autres lacunes dans la protection des droits de l’homme. Seules des mesures visant à combler ces inégalités et à faire progresser les droits de l’homme nous permettront de nous rétablir pleinement et de reconstruire un monde meilleur, plus résilient, plus juste et plus durable.

  • Mettre fin à toute forme de discrimination : La discrimination structurelle et le racisme ont alimenté la crise de la COVID-19. L’égalité et la non-discrimination sont des exigences fondamentales pour la reconstruction du monde après cette pandémie.
  • Lutter contre les inégalités : Pour sortir de la crise, nous devons également nous attaquer à la pandémie des inégalités. Nous devons pour cela promouvoir et protéger les droits économiques, sociaux et culturels. Il nous faut un nouveau contrat social pour une nouvelle ère.
  • Encourager la participation et la solidarité : Nous sommes tous dans le même bateau. Des individus aux gouvernements, de la société civile et des communautés au secteur privé, chacun a un rôle à jouer dans la construction d’un monde d’après la COVID-19 qui soit meilleur pour les générations actuelles et futures. Nous devons faire en sorte que les voix des personnes les plus touchées et les plus vulnérables soient prises en compte dans les efforts de relèvement.
  • Promouvoir le développement durable : Nous avons besoin du développement durable, pour les peuples et pour la planète. Les droits de l’homme, le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Accord de Paris constituent la pierre angulaire d’un relèvement qui ne laisse personne pour compte.

 

Découvrez les affiches de la campagne 2020 !

Visuel de la campagne pour la Journée des droits de l'homme 2020
Mme Eleanor Roosevelt des États-Unis, à droite, est accompagnée de deux représentantes, Mme Minerva Bernadinon, de la République dominicaine, à gauche, et Mme Ana Figueroa du Chili.

Le rôle prépondérant qu’a joué Eleanor Roosevelt en tant que Présidente du Comité de rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'homme a été amplement démontré. Mais d’autres femmes ont également contribué de manière substantielle à façonner ce texte. Découvrez leur histoire !

Couverture de l'édition illustrée de la Déclaration universelle des droits de l'homme

L’édition illustrée, créée et conçue dans le cadre d'un partenariat entre l’artiste Yacine Ait Kaci (YAK), le dessinateur du personnage Elyx, le Centre régional d’information des Nations Unies (UNRIC) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, est disponible en arabe, chinois, anglais, français, russe et espagnol. 

 

 Illustration : perspective du bâtiment du Secrétariat de l‘ONU et titre, les journées internationales.

Chaque journée internationale représente une opportunité d’informer le grand public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont l’occasion pour les pouvoir publics mais aussi la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.