Transaction entre une vendeuse et un consommateur dans un supermarché ; tous les deux ont le visage couvert comme mesure de prévention contre la COVID-19.

Un point de départ difficile

Réduire les pertes et les gaspillages alimentaires réduit la pauvreté et la faim dans le monde, et contribue à la lutte contre les changements climatiques. Les pertes et gaspillages alimentaires sont actuellement responsables d'environ 7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), avec 30 % des terres agricoles mondiales qui sont à présent occupées pour produire des aliments qui ne seront désormais jamais consommés ! Il ne s'agit ici que de quelques exemples illustrant l'ampleur de ce phénomène.

Un camion transporte de la nourriture.

Les pertes alimentaires

Elles ont lieu...
  • à la ferme - en raison d'un temps de récolte inadéquats, des conditions climatiques, de pratiques appliquées lors de la récolte, d'une mauvaise gestion, et de défis dans la commercialisation des produits;
  • à l'entrepôt - en raison d'un stockage inadéquat, de décisions prises à des stades précoces de la chaîne d'approvisionnement causant une durée de conservation des produits plus courte;
  • pendant l'acheminement - de bonnes infrastructures et une logistique commerciale efficace sont essentielles pour éviter les pertes alimentaires. La transformation et l'emballage jouent aussi un rôle clé dans la conservation des aliments, et les pertes sont souvent causées par des installations inadéquates, un dysfonctionnement technique ou par l'erreur humaine.
Étalages de magasin achalandés de fruits et légumes.

Le gaspillage alimentaire

Il a lieu...
  • dans le magasin - en raison du gaspillage alimentaire au niveau de la vente au détail sont liées à une durée de conservation limitée, à la nécessité pour les produits alimentaires de répondre à certaines normes esthétiques - et souvent infondées - se basant sur la couleur, la forme et la taille, et à la variabilité de la demande.
  • à la maison - le gaspillage des consommateurs est souvent causé par une mauvaise planification des repas, des achats excessifs (influencés par des portions et des emballages trop volumineux), une confusion et/ou mauvaise interprétation des étiquettes (par exemple autour de 'meilleur avant' et 'à utiliser avant') ainsi qu'un mauvais stockage au domicile.

L'ONU et ses agences dans la lutte contre les pertes et les gaspillages alimentaires

Nous devons être conscients de l’importance de la question des pertes et gaspillages alimentaires et promouvoir des efforts mondiaux pour y répondre. C'est pourquoi, en 2019, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 29 septembre Journée internationale de la sensibilisation aux pertes et gaspillages alimentaires (résolution 74/209), reconnaissant le rôle fondamental que joue une production alimentaire durable dans la promotion de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde entier.

La Principauté d'Andorre et la République de Saint-Marin ont joué un rôle clé dans la proposition de la Journée internationale de la sensibilisation aux pertes et gaspillages alimentaires. La journée offre l'occasion de mettre en avant la nécessité de réduire les pertes et les gaspillages de nourriture dans le monde et se concentrer sur la manière dont cela peut activement contribuer au développement durable.

Compte tenu d'une population mondiale qui continue de croître, les Nations Unies considèrent qu'il y a un besoin urgent de s'attaquer aux grandes quantités de nourriture qui sont régulièrement perdues et gaspillées dans le monde, rappelant les autres questions qui sont intrinsèquement liées à cet enjeu, comme les changements climatiques, la durabilité de l'agriculture, les moyens de subsistance humains et les approvisionnements alimentaires. La réduction des pertes et gaspillages alimentaires est aussi clairement énoncée dans le Programme de développement durable à l'horizon 2030, et plus particulièrement dans la Cible 12.3, appelant à réduire de moitié le gaspillage alimentaire mondial par habitant au niveau de la vente au détail et des consommateurs, ainsi qu'à réduire les pertes alimentaires le long des chaînes de production et d'approvisionnement.

La FAO et ONU Environnement, les principaux organismes chargés de faciliter la célébration de la journée, sont actuellement en train de mesurer les progrès faits jusqu'à présent sur la réalisation de ces objectifs. La FAO dirige les efforts concernant l'Indice des pertes alimentaires et fournit des orientations pour les interventions politiques, en présentant un argumentaire commercial et économique avec des incitations au profit de la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires. Parallèlement, ONU Environnement, en charge de l'Indice du gaspillage alimentaire (FWI), s'est engagé à accélérer l'action à travers son programme d'activités sur les systèmes alimentaires durables, visant à sensibiliser et à catalyser l'action au niveau local, régional et international.

Le saviez-vous ?

  • Lorsque la réduction des pertes alimentaires se produit à proximité de l'exploitation agricole, elle est plus efficace pour lutter contre l'insécurité alimentaire et atténuer les pressions sur la terre et l'eau.
  • Lorsque la réduction du gaspillage alimentaire intervient en aval de la chaîne d'approvisionnement et au niveau du consommateur, elle est essentielle pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
  • Les emballages contribuent à présent à environ 5,4 pour cent des émissions du système alimentaire mondial, plus que tout autre facteur dans la chaîne d’approvisionnement, y compris le transport.

Source

 

La carte de la honte

Découvrez quelle est la situation de la sous-alimentation dans votre pays et pensez-y chaque fois que vous jetez de la nourriture dans votre poubelle !

 Globe montrant des points géographiques représentant des régions où sévit la sous-alimentation.