L’Accord de Paris

 

Les changements climatiques constituent une urgence mondiale qui dépasse les frontières nationales. Il s’agit d’un problème qui appelle des solutions coordonnées à tous les niveaux ainsi qu’une coopération internationale pour que les pays soient en mesure de passer à une économie à faible émission de carbone.

En vue de lutter contre les changements climatiques et leurs effets néfastes, les dirigeants mondiaux réunis à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) à Paris ont réussi une percée le 12 décembre 2015 : ils ont adopté l’historique Accord de Paris

L’Accord énonce des objectifs à long terme destinés à orienter l’ensemble des nations :

  • Réduire considérablement les émissions mondiales de gaz à effet de serre dans le but de limiter à 2 °C le réchauffement planétaire au cours du siècle présent, tout en poursuivant l’action menée pour le limiter encore davantage à 1,5 °C ;
  • Réévaluer les engagements nationaux tous les cinq ans ; 
  • Fournir aux pays en développement des ressources financières pour atténuer les changements climatiques, renforcer la résilience et accroître les capacités d’adaptation aux effets produits par ces changements. 

L’Accord consiste en un traité international juridiquement contraignant et est entré en vigueur le 4 novembre 2016. À ce jour, 193 Parties (192 pays ainsi que l’Union européenne) y ont adhéré.

L’Accord définit les engagements de tous les pays à réduire leurs émissions et à coopérer en vue de s’adapter aux effets des changements climatiques, tout en les appelant à renforcer leurs engagements au fil du temps. Il offre aux pays développés la possibilité d’aider les pays en développement dans leurs efforts d’atténuation des changements climatiques et d’adaptation à ceux-ci tout en instaurant un cadre de suivi et de communication transparent des objectifs climatiques nationaux.

Il s’agit d’un cadre à long terme permettant d’orienter les efforts déployés à l’échelle mondiale au cours des décennies à venir. L’Accord de Paris marque le début d’une transition vers un monde à zéro émission nette. Sa mise en œuvre est en outre essentielle à la réalisation des objectifs de développement durable.

 

Fonctionnement

 

L’Accord de Paris fonctionne sur un cycle quinquennal, au cours duquel les pays mènent des actions climatiques toujours plus ambitieuses. Tous les cinq ans, chaque pays doit en principe présenter un plan d’action national révisé, que l’on appelle « contribution déterminée au niveau national » ou « CDN ».

Dans leur CDN, les pays communiquent les mesures qu’ils prendront pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre afin d’atteindre les objectifs fixés dans l’Accord de Paris. Ils y communiquent également les mesures qu’ils prendront pour renforcer leur résilience afin de s’adapter aux effets de la hausse des températures.

Pour mieux encadrer les efforts consentis en vue de l’objectif à long terme, les pays sont invités, en vertu de l’Accord de Paris, à formuler et à communiquer des stratégies à long terme. Contrairement aux CDN, celles-ci ne sont pas obligatoires.

Les modalités opérationnelles qui régissent la mise en œuvre concrète de l’Accord de Paris ont été fixées lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24) à Katowice, en Pologne, en décembre 2018, dans ce qui est communément appelé le règlement de l’Accord de Paris. Elles ont été arrêtées définitivement lors de la COP26 à Glasgow, en Écosse, en novembre 2021.

Pour de plus amples informations sur l’Accord de Paris, cliquez ICI.

 

Aspects clés de l'Accord de Paris

Aidan Gallagher: L'Accord de Paris contre la crise climatique

Il est grand temps de se mobiliser en faveur du climat