Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Après la COVID-19, les femmes africaines doivent retrouver de meilleurs emplois

Get monthly
e-newsletter

Après la COVID-19, les femmes africaines doivent retrouver de meilleurs emplois

— Ahunna Eziakonwa, Directrice du Bureau Régional du PNUD pour l'Afrique
Ahunna Eziakonwa, Director, UNDP Regional Bureau for Africa
Afrique Renouveau: 
26 Juin 2020
Kinanata Sali Yaya, 27, is an entrepreneur...
PNUD République Centrafricaine
Kinanata Sali Yaya, 27 ans, est une entrepreneuse qui a lancé une entreprise de fabrication de masques avec sa sœur et son frère en réponse à la pandémie de COVID-19 en République Centrafricaine.

Alors que les femmes des marchés poussent un soupir de soulagement collectif au Ghana, le premier pays à assouplir les restrictions de mouvement liées à la COVID-19, la preuve de la nouvelle normalité est partout : dans le port du masque, la distanciation sociale et les jours variables pour la vente de différents produits.

Quelque 80 % des revenus du secteur informel africain ont été perdus dès le premier mois de la COVID-19 et tout le monde ne peut pas encore retourner au travail.

Les 6,2 millions d'Africains travaillant dans l'industrie aérienne et les millions d'autres dans des secteurs connexes (hôtels, conférences, festivals, activités religieuses et sportives) sont toujours enfermés et attendent leur tour, sans aucune perspective de fin. Selon l'UNESCO, plus de 330 millions d'apprenants africains sont scolarisés et n'ont pas accès à une éducation alternative, tout comme les quelque 8,5 millions d'enseignants.

Les recherches du PNUD confirment que nous assistons au premier renversement mondial du développement humain depuis 1990. Et alors que les économies africaines continuent de se contracter, les emplois et les moyens de subsistance se tarissent, provoquant une montée en flèche de la pauvreté, de la faim et des difficultés.

Selon les estimations, si la consommation des ménages subsahariens diminue de 5 à 20 %, le nombre de personnes à faibles revenus augmentera de 28 à 120 millions, les travailleurs des secteurs de l'hébergement et de la restauration, de la fabrication, du commerce de gros et de détail, de l'immobilier et d'autres activités commerciales étant les plus touchés.

Les secteurs dans lesquels les femmes sont deux fois plus susceptibles de travailler, comme la santé, le travail social, l'hôtellerie et la restauration, sont les plus touchés par les nouveaux protocoles sur la distanciation sociale.

Pourtant, la nature indépendante de la plupart des entreprises à prédominance féminine (80 % d'entre elles sont indépendantes ou travaillent dans une entreprise familiale contre 60 % pour les hommes) limite leur capacité à faire face, en particulier dans les situations où les services publics sont limités.

Même si les femmes d'Afrique orientale, centrale et occidentale sont principalement employées dans le secteur agricole, les vulnérabilités associées à leur emploi font d'elles les travailleurs pauvres. Pour les femmes qui travaillent dans le secteur formel, généralement en Afrique du Nord et en Afrique australe, l'aide nécessite une attention particulière à la protection des emplois dans l'industrie manufacturière, le tourisme, l'hébergement et l'hôtellerie.

Protéger les emplois

Les réalités du travail dans le contexte de la COVID-19 exigent des investissements importants dans la technologie numérique et mobile pour élargir les marchés.

La commercialisation numérique de biens et de services d'origine locale ouvre des perspectives aux femmes. Au Kenya, des entreprises de commerce électronique, de fourneaux propres et de micro-distribution ont créé Safe Hands Kenya, qui distribue gratuitement du savon, du désinfectant pour les mains, des nettoyants, des désinfectants et des masques aux Kenyans par le biais de centaines de points de distribution.

L'exploitation des services de paiement électronique aide les femmes entrepreneurs ougandaises à utiliser les transactions numériques par téléphone portable pour améliorer l'accès au crédit et promouvoir les marchés de la maison. Les vendeuses des marchés utilisent l'application Market Garden pour vendre et livrer en toute sécurité des fruits et légumes aux clients. Le PNUD a soutenu les initiatives spécifiques de la COVID dans ce domaine pour sauvegarder les moyens de subsistance.

Ahunna Eziakonwa, Director, UNDP Regional Bureau for Africa
Ahunna Eziakonwa, directrice du bureau régional du PNUD pour l'Afrique

Un programme de retour à de meilleurs emplois pour les femmes africaines

Pour aider les femmes à se remettre sur pied, il faut à la fois protéger les emplois et accroître les capacités d'adaptation. Les cinq piliers suivants pourraient nous aider à aller de l'avant :

  1. Adopter l'informalité.

La COVID-19 a démontré que nous ne pouvons pas continuer à traiter le secteur informel comme s'il n'existait pas. Investir dans l'informalité et l'adopter nécessite l'application de mesures politiques conçues pour soutenir et faciliter, et non pas pour réprimer, les femmes entrepreneurs. Les allégements fiscaux, les financements abordables et la formation professionnelle doivent être au cœur de nos programmes si nous voulons passer à des politiques privilégiant les personnes.

  1. Tirer parti de la numérisation et de la technologie pour le travail.

La démocratisation de l'accès à la technologie permettra aux femmes de prendre une longueur d'avance dans l'élargissement des marchés pour leurs produits et dans la création de valeur ajoutée, tout en favorisant l'intégration en attirant davantage d'acteurs. Investir dans les infrastructures clés, notamment les énergies renouvelables, est important pour la continuité et l'efficacité. Des initiatives telles que le programme "Solar for Health" du PNUD, qui fournit de l'énergie propre grâce à des panneaux solaires dans des établissements de santé isolés au Zimbabwe, en Zambie, en Libye, en Namibie, au Soudan et au Sud-Soudan, pourraient être adaptées et étendues à des espaces d'entreprise : dans l'agriculture, le tourisme, les services liés à la nature, les soins personnels et les services et industries connexes.

  1. Sauver les emplois des femmes, soutenir les entreprises féminines.

La mise en place de plans de sauvetage financier pour les entreprises féminines est une mesure essentielle à court terme. À moyen et long terme, nous devons nous concentrer sur la disponibilité de financements à faible coût et de services de développement des entreprises, ainsi que sur les liens entre entreprises. En Gambie, en Guinée équatoriale, au Niger et en Ouganda, le PNUD propose des programmes de réanimation des femmes entrepreneurs pour les maintenir à flot, compte tenu des effets dévastateurs de la COVID-19. Le PNUD continuera de s'attacher à encourager l'esprit d'entreprise naissant dont témoigne la production d'équipements de protection individuelle (EPI) en Afrique.

  1. Distinguer les femmes dans les programmes de protection sociale.

Les femmes doivent être incluses dans les registres de protection sociale étant donné leur rôle central dans le maintien des unités familiales et la prise en charge des enfants et autres personnes vulnérables. Il est important d'apporter un soutien aux salaires et aux moyens de subsistance pour résister aux chocs. Des exemples au Nigeria montrent que les femmes qui reçoivent des transferts d'argent liquide sont plus susceptibles de travailler et de garder leur maison plus sûre sur le plan alimentaire. Les transferts d'argent liquide peuvent soutenir la reprise économique car les femmes bénéficiaires sont plus engagées dans des activités économiques à domicile.

  1. Veiller à ce que les jeunes ne soient pas laissés pour compte.

Les jeunes Africains ont besoin d'un nouveau plan Marshall, mettant de côté des instruments de financement pour investir dans leurs idées, leurs innovations, leurs biens et leurs services, afin qu'ils puissent créer et développer des opportunités génératrices de revenus. 

La COVID-19 a démontré l'ingéniosité de l'esprit africain. Investir en eux, c'est assurer leur avenir.

La lutte contre les normes et pratiques sociales discriminatoires, qui limitent l'accès aux opportunités et à la technologie, est essentielle pour réduire les inégalités et stimuler la prospérité partagée. Cela, ainsi qu'un nouvel état d'esprit englobant les produits fabriqués en Afrique et les femmes travailleuses et entrepreneurs africains, changera la donne.

Le commerce dans la zone de libre-échange continentale africaine étant désormais imminent, un engagement renouvelé en faveur du "Made in Africa" apportera des opportunités et de l'espoir à des millions de femmes à travers le continent. Faisons en sorte que cela compte.

Autres articles

Ahunna Eziakonwa, Director, UNDP Regional Bureau for Africa
More from this author