Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Ensemble, nous pouvons lutter et venir à bout de la COVID-19

Get monthly
e-newsletter

Ensemble, nous pouvons lutter et venir à bout de la COVID-19

— Mamina Bojang, Chef de Clinique Adjoint, Gambie
Africa Renewal
26 Juin 2020
Mamina Bojang, Deputy Matron, the Gambia
Mamina Bojang, Chef de Clinique Adjoint, Gambie

Parlez-nous un peu de vous ?

Je m'appelle Mamina Bojang et je suis Chef de Clinique Adjoint au Groupe de Recherche Médicale à la London School of Hygiene and Tropical Medicine en Gambie. Je suis née dans le district de Foni Bondali, dans la région de la côte ouest, il y a 49 ans. Je suis infirmier et mes passe-temps sont la lecture et la télévision.

Depuis combien de temps travaillez-vous dans le secteur de la santé ?

Je suis professionnel de la santé depuis environ 30 ans maintenant. J'ai étudié à la City University, à la London School of Hygiene and Tropical Medicine et à l'Université de Southampton au Royaume-Uni, ainsi qu'à l'Université de Gambie.

Qu'est-ce qui vous a poussé à choisir une carrière dans le secteur de la santé ?

La santé était la carrière de mes rêves depuis mon enfance. Je suis passionné par ce métier. Il est devenu une partie de moi, et j'en fais partie. J'aime mon travail. 

Avez-vous des craintes ou des regrets par rapport à votre travail ?

Eh bien, la COVID-19 m'a inspiré quelques craintes en raison de son taux élevé de mortalité dans nos communautés. Je suis en première ligne pour aider notre peuple et pour cette raison, je n'ai aucun regret d'être un travailleur de la santé. Je sens que je suis sur la bonne voie et je reste dynamique, concentré et je continue à me développer sur le plan professionnel. Je peux en ressentir la joie et la récompense. J'ai toujours l'impression de ne pas avoir atteint mon potentiel maximum dans la prise en charge des cas COVID-19, car la Gambie n'a enregistré que peu de cas de décès.

Comment contribuez-vous à la lutte contre la COVID-19 dans votre pays ?

Je suis toujours heureux d'aider les habitants de mon pays chaque fois que le besoin s'en fait sentir. Pour l'instant, je forme des infirmières et d'autres membres du personnel à la prise en charge des cas de la COVID-19. 

Ce n'est pas une surprise lorsque mon supérieur hiérarchique m'a automatiquement choisi pour rejoindre l'équipe de formation COVID-19. 

La formation est l'épine dorsale de la lutte contre toute maladie virulente comme la COVID-19. Notre formation comprend des sujets tels que la reconnaissance des signes et symptômes de la maladie, les voies de transmission, la définition des cas, l'épidémiologie, la gestion des déchets et la prévention de la COVID-19, pour n'en citer que quelques-uns.  

Comment votre travail a-t-il évolué depuis l'apparition de la COVID-19 ?

Mon rôle de soignant a automatiquement évolué, passant de celui d'infirmier de chevet à celui de formateur de l'équipe COVID-19. 

Qu'est-ce qui vous affecte le plus dans cette situation de COVID-19 ?

Les gens craignent la COVID-19 et cela a entraîné une faible fréquentation des établissements de santé. Ils ne viennent que lorsqu'ils sont très malades, ce qui peut entraîner des embouteillages et des décès inutiles. 

Qu'est-ce qui vous fait tenir le coup et comment y faites-vous face ?

Ma famille, mes amis et mon employeur m'ont beaucoup soutenu. Que Dieu les bénisse tous !  Je le dis du fond du cœur. J'ai le sentiment de faire du bon travail et les gens apprécient ce que je fais en termes d'impact sur les connaissances et les compétences qui permettront de protéger des vies pendant longtemps. Je m'en sors bien. Je constate certains changements dans les comportements sociaux des gens, et j'espère que cela se poursuivra jusqu'à la fin de la pandémie.  Mon unité a géré avec succès deux cas confirmés de COVID-19 et les a renvoyés dans la communauté.  

Selon vous, quelle stratégie a bien fonctionné dans cette lutte et laquelle n'a pas fonctionné ?

L'application de directives et de protocoles institutionnels a été d'une grande aide. Je dirais que l'idée de mettre en place une équipe de formation a également bien fonctionné.  La sensibilisation de masse des communautés et les émissions de promotion de la santé à la radio et à la télévision y ont contribué de manière significative. D'autre part, ce qui n'a pas bien fonctionné, c'est que le public ne prend pas au sérieux la distanciation sociale.

Que faut-il faire pour gagner la guerre contre la COVID-19 ?

La lutte doit se poursuivre. Il devrait y avoir plus de discussions sur la promotion de la santé à la radio et à la télévision, nous devrions être plus prudents quant aux voies de transmission et respecter les directives du ministère de la santé et de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 

Ensemble, nous pouvons lutter contre la COVID-19. Si besoin est, il faudrait prolonger les périodes de confinement pour une durée raisonnable d'un point de vue sanitaire.

Quel est votre dernier message aux habitants de votre pays, et à d'autres en Afrique, en cette période de COVID-19 ?

Mon dernier message au peuple de Gambie et au reste de l'Afrique serait le suivant : nous devons nous en tenir aux directives de l'OMS, visiter les établissements de santé dès que possible lorsqu'ils sont malades et travailler ensemble pour lutter contre la pandémie. Les gens doivent savoir que la COVID-19 est une réalité. Restez chez vous et soyez en sécurité.