Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

CNUCED : l'Afrique devrait utiliser l'aide publique au développement pour diversifier ses économies

Get monthly
e-newsletter

CNUCED : l'Afrique devrait utiliser l'aide publique au développement pour diversifier ses économies

-Paul Akiwumi, Directeur de la Division pour l'Afrique, les PMA et les programmes spéciaux de la CNUCED
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
12 Juin 2020
—Paul Akiwumi, UNCTAD’s Director, Division for Africa, LDCs and Special Programmes
-Paul Akiwumi, Directeur de la Division pour l'Afrique, les PMA et les programmes spéciaux de la CNUCED

L'une des principales recommandations d'un récent rapport de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce Et le Développement (CNUCED), qui traite des questions de commerce, d'investissement et de développement, est que l'aide publique au développement des pays les moins avancés (PMA) soit canalisée vers le secteur productif. Dans un entretien avec Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau, Paul Akiwumi, directeur de la division Afrique, PMA et programmes spéciaux de la CNUCED, parle du rapport ainsi que d'autres questions. En voici des extraits.

Commençons par COVID-19. Quel sera, selon vous, l'impact de la pandémie sur les flux d'APD vers les PMA ?

La pandémie met en évidence la vulnérabilité des PMA aux chocs extérieurs. Bien qu'il soit trop tôt pour connaître son impact sur les versements d'ADOM [aide au développement d'outre-mer] aux PMA, nous espérons que la santé et le bien-être des 1,1 milliard de personnes vivant dans les pays les plus vulnérables du monde ne seront pas gravement affectés. La CNUCED recommande que les PMA adoptent des politiques qui améliorent la coordination, l'allocation et la responsabilité de l'APD reçue. La priorité devrait être accordée aux activités induisant une transformation structurelle pour développer les capacités productives des différents pays.

Quel message avez-vous pour les donateurs concernant la situation potentiellement précaire des PMA après la COVID-19 ?

La communauté internationale devrait s'efforcer de respecter les engagements pris par de nombreux pays développés d'atteindre 0,7 % du RNB [revenu national brut] pour l'APD et entre 0,15 % et 0,20 % du RNB pour l'APD aux PMA. Entre autres interventions, les donateurs devraient offrir plus de subventions que de prêts, afin de ne pas aggraver le niveau d'endettement des PMA.

L'un des derniers rapports de la CNUCED sur les PMA porte sur la gestion de l'APD. Quelles sont les principales conclusions de ce rapport ?

Le point le plus important est que la majeure partie de l'APD destinée aux PMA se concentre sur un nombre limité de pays. En outre, environ 70 % de l'APD va au secteur social, et environ 20 à 25 % au secteur productif. Et le dernier point positif, je dirais, est que l'APD se transforme en plus de prêts que de subventions. Cela signifie que les pays empruntent davantage - l'encours de la dette augmente rapidement. C'est un problème car de nombreux PMA sont aujourd'hui lourdement endettés.

Quelle différence cela pourrait-il faire si davantage d'APD était destinée au secteur productif ?

Le fait est que nous avons consacré beaucoup de temps et de ressources au secteur social. Sans un secteur productif solide, tous les investissements dans le secteur social - santé, éducation, etc. - les personnes qui sortent des universités n'auront pas d'emploi. Investir dans le secteur productif signifie diversifier l'économie, en s'assurant que la valeur est ajoutée à ce qui est produit.

N'est-il pas vrai que les pays donateurs lient généralement l'APD à des secteurs spécifiques ? Si oui, comment influencez-vous la réorientation de cette aide vers la production ?

Et bien, notre rapport a demandé une nouvelle façon de considérer l'APD. Nous demandons que les pays bénéficiaires décident des secteurs prioritaires pour le déploiement de l'APD, ce qui permet de contrôler la mise en œuvre et de s'inscrire dans le cadre de responsabilité. En outre, lorsque l'APD est uniquement destinée au secteur social, à des activités basées sur des projets, il y a une fuite des cerveaux au niveau national - les gens passent des institutions gouvernementales à des emplois mieux rémunérés dans le cadre de ces projets.

Les donateurs peuvent-ils être influencés pour changer le paradigme actuel ?

Je pense que l'important est que tout le monde reconnaisse que ce que nous essayons de faire, c'est de mettre les faits sur la table. Et je pense que nous devons reconnaître qu'au cours des 40 à 50 dernières années, seuls quelques PMA ont pu sortir de ce statut. Cela signifie que nous devons essayer quelque chose de différent ; on ne peut pas continuer à faire comme si de rien n'était et espérer des résultats différents. Les donateurs et les gouvernements doivent voir la nécessité de changer la manière dont l'APD est fournie.

L'APD en faveur des PMA n'a augmenté que de 2 % depuis le lancement en 2011 du programme d'action d'Istanbul, ce qui est bien inférieur à l'augmentation de 7 % enregistrée pendant la période précédente du programme d'action de Bruxelles (2001-2010). La tendance actuelle est-elle inquiétante ?

Je dirais que les pays doivent se concentrer sur les domaines où l'APD aura le plus d'impact. Les pays en développement ont accompli un travail considérable dans la mobilisation des ressources intérieures, dans la collecte des impôts, par exemple. Mais si vous ne disposez pas d'un secteur productif dynamique, vous ne pouvez pas prélever autant d'impôts. L'important est de s'assurer que l'aide des donateurs va aux bons secteurs, tels qu'identifiés par les pays dans leurs plans de développement nationaux, et non pas tels que souhaités par les donateurs. En ce qui concerne le programme d'action, nous avons de nouveaux acteurs et de nouveaux intervenants, en particulier le secteur privé. Nous devons veiller à soutenir les entreprises nationales plutôt que les multinationales.

Votre rapport mentionne également que l'Afrique ne peut pas mobiliser des ressources intérieures suffisantes pour le développement en raison de la faiblesse de sa base productive. Comment répondez-vous à ceux qui affirment que les ressources intérieures sont suffisantes et que, si elles sont mobilisées efficacement, elles pourraient réduire le besoin d'aide ?

Le fait est que, comme je l'ai déjà mentionné, les PMA ont passé beaucoup de temps à améliorer le recouvrement des impôts. Mais on arrive à un point où, si on ne produit pas de choses, si on n'a pas l'industrie et si on n'a pas les services, on ne peut pas taxer tout ce qu'il y a dans une économie. Il est donc important que les économies se développent. Si une économie se développe, vous devenez autosuffisant. C'est un processus. C'est pourquoi l'APD doit soutenir la diversification d'une économie, afin que le secteur productif puisse se développer. Et ensuite, les pays peuvent augmenter leurs ressources intérieures.

Que devraient faire les pays africains face à la diminution de l'aide des donateurs ?

Pour l'Afrique, la mise en œuvre de l'accord de libre-échange continental africain (AfCFTA) sera essentielle. Le commerce intra-africain ne représente qu'environ 17 %. En Europe, il est d'environ 70 %. En Asie, il est d'environ 59 %. Les pays africains ont donc besoin de commercer entre eux et d'ajouter de la valeur à leurs échanges commerciaux. Cela permettra de renforcer les capacités de production et de diversifier l'économie.

Quels sont vos espoirs concernant l'AfCFTA ?

Je suis très optimiste. Je pense que la zone de libre-échange donnera à l'Afrique une réelle chance de se libérer de ce joug des économies axées sur les produits de base, car nous avons vu que cela ne réussit pas souvent. Vous connaissez les histoires courantes sur l'industrie du cacao et des chocolats : le fait que 80% du cacao africain est exporté sans valeur ajoutée. Mais même pour le chocolat fabriqué en Afrique, principalement en Afrique du Sud et en Égypte, les droits de douane sont beaucoup plus élevés que ceux qui s'appliquent au chocolat exporté de Suisse vers le Royaume-Uni, par exemple. L'accord de libre-échange africain devrait réduire et, à terme, supprimer les droits de douane sur les produits africains en Afrique.

Votre rapport semble préférer l'APD au financement du développement par le secteur privé. Pourquoi en est-il ainsi ?

Premièrement, le secteur privé doit faire des bénéfices. Deuxièmement, lorsque nous parlons des PMA, le secteur privé dont nous parlons, ce sont les multinationales. Et ce sont des acteurs concurrents - ils ont des intérêts différents. Il en résulte une fragmentation des intérêts des donateurs qui fournissent l'argent, du secteur privé qui y participe et du gouvernement lui-même. Le gouvernement est donc souvent exclu du cadre de responsabilité, car le secteur privé est plus responsable envers le donateur qu'envers le gouvernement.

Je pense qu'il s'agit là d'un domaine essentiel à examiner. Nous ne disons pas que le secteur privé ne doit pas être impliqué ; ce que nous disons, c'est que les gouvernements doivent être impliqués dans le cadre de responsabilité, et que l'APD doit être alignée sur les plans et structures de développement national.

Alors que vous faites campagne pour une augmentation de l'APD aux PMA, de nombreux dirigeants africains et experts en développement disent que "nous avons besoin de plus de commerce que d'aide". Est-ce une contradiction ?

Ce n'est pas une contradiction. Les pays ont besoin d'aide pour pouvoir développer le secteur productif, pour pouvoir faire plus de commerce. Si vous ne produisez pas quelque chose, vous ne pouvez pas échanger des biens et des services. Nous utilisons l'APD pour diversifier les économies et construire des secteurs productifs.

Est-il judicieux de plaider pour l'annulation de la dette des pays africains afin de libérer des fonds de remboursement de la dette pour le développement ?

Et bien, cette discussion se poursuit alors même que la dette augmente. La communauté internationale et les PMA devront s'asseoir pour discuter de la manière d'aller vers l'annulation de la dette ou la restructuration du paiement de la dette. Un nombre croissant de pays qui reçoivent beaucoup de fonds de donateurs non traditionnels sont gravement endettés et ne peuvent pas rembourser les sommes qu'ils ont empruntées.

Autres articles