Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

"Pour lutter contre la COVID-19, il faut plus d'effort et de formation"

Get monthly
e-newsletter

"Pour lutter contre la COVID-19, il faut plus d'effort et de formation"

- Dr. Nancy Abuya, médecin, Kenya
Africa Renewal
29 Juin 2020
Nancy Abuya, medical doctor, Kenya
Nancy Abuya, médecin, Kenya

Je m'appelle Nancy Abuya. J'ai 42 ans et je viens du comté de Nairobi, au Kenya. Je suis médecin de profession et je travaille à l'hôpital Mbagathi dans la capitale, Nairobi.

Depuis combien de temps travaillez-vous dans le secteur de la santé ? Qu'est-ce qui vous a poussé à choisir une carrière dans le secteur de la santé ? Avez-vous des craintes ou des regrets ?

Je suis professionnel de la santé depuis 2005, date à laquelle j'ai obtenu mon diplôme de médecine. J'aime aider les gens et je n'aime pas voir les gens mourir de maladies préventables. Mon grand-père était également dans le domaine médical. 

Des inquiétudes ?

Aucune. J'utilise mes compétences en tant que médecin.

Des regrets ?

Aucun. J'aime mon travail. J'ai eu l'occasion de faire du travail clinique et je suis également exposé au travail de recherche.

Comment contribuez-vous à la lutte contre la COVID-19 dans votre pays ? Comment votre travail a-t-il changé depuis l'apparition de la COVID-19 ?

Je fais partie de l'équipe d'intervention COVID-19 de l'hôpital, je supervise le dépistage, la formation, le protocole et les directives, et je fais également des mises à jour au sein de l'hôpital.

Le travail a beaucoup changé, ma formation en santé publique et en prévention et contrôle des infections (IPC) étant pleinement utilisée à tout moment.

L'hôpital de Mbagathi étant le principal et le premier centre d'isolement et de quarantaine du Kenya, a été fortement stigmatisé.

Qu'est-ce qui vous affecte le plus dans cette situation COVID-19 ? Qu'est-ce qui vous permet de continuer ? Comment faites-vous face à la situation ?

En tant que responsable de la clinique VIH, j'ai dû convaincre mes clients de se rendre à leurs rendez-vous, de s'y tenir et de ne pas manquer de prendre leurs médicaments. Je leur donne des rendez-vous de plus longue durée. Nous n’avons pas un personnel assez compétent, et je m'inquiète donc beaucoup de possibles revers des gains associés aux soins du VIH.

Quelle stratégie, selon vous, a ou n’a pas bien fonctionné dans ce combat? Que faut-il faire pour gagner la guerre contre la COVID-19 ?

Ce qui a bien fonctionné, c'est la sensibilisation du public à la COVID-19, la sensibilisation, l'auto-quarantaine et le respect des directives.

Quelle stratégie, selon vous, n'a pas bien fonctionné ?

La disponibilité limitée des EPI [équipements de protection individuelle] et la stigmatisation.

Que faut-il faire ?

Nous avons besoin de plus de formations et de dépistages appropriés.