Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Comment j'utilise la poésie pour faire taire les armes en Afrique

Get monthly
e-newsletter

Comment j'utilise la poésie pour faire taire les armes en Afrique

25 Juin 2020
Paul Alain Mouafo
Paul Alain Mouafo

Je m'appelle Paul Alain Mouafo. J'ai 33 ans. Je viens de la région de l'Ouest du Cameroun et j'habite dans la capitale, Yaoundé. Mon quartier, Elig-Edzoa, est l'un des plus pauvres et des plus dangereux de la ville. La réputation des jeunes de ce quartier est souvent associée aux gangsters, mais nous ne sommes pas tous mauvais. 

Je suis le troisième d'une famille de quatre enfants. Au début des années 1990, en raison de la pauvreté, j'ai été envoyé vivre avec ma grand-mère à Kumba - une ville de la région anglophone du Sud-Ouest du Cameroun qui est aujourd'hui l'une des zones les plus touchées par la crise actuelle. C'est là que j'ai fréquenté l'école primaire presbytérienne de Fiango, avant de déménager à Great Soppo-Buea, puis de revenir à Fiango, où j'ai continué jusqu'en septième année. 

Malheureusement pour moi, ma grand-mère n'avait pas les moyens de m'envoyer à l'école secondaire. Elle a décidé de m'envoyer aider dans l'atelier de menuiserie de mon oncle. L'année suivante, elle a payé mon examen d'entrée commun pour que je puisse être inscrit dans une école technique, et j'ai passé mon premier certificat de fin d'études. 

Ayant été loin de mes parents biologiques pendant si longtemps, j'ai demandé à revenir à Yaoundé. Une fois là-bas, ma mère m'a inscrit à l'école primaire bilingue publique Mballa IV, où j'ai passé les examens et suis passé au secondaire. Le cousin de mon père m'a aidé à payer les frais de scolarité. J'ai obtenu de bons résultats et j'ai été admis à l'université de Yaoundé I, où j'ai étudié les lettres modernes anglaises. 

Pendant ma première année à l'université, je me suis distingué comme le meilleur des 520 étudiants. Je me suis spécialisé dans les littératures américaine et du Commonwealth, où je suis resté parmi les meilleurs étudiants. J'attends maintenant de terminer ma maîtrise.

En 2013, j'ai été admis à l'École Normale Supérieure de Yaoundé, où j'ai obtenu mon diplôme de professeur de langue et de littérature anglaises. Depuis l'obtention de mon diplôme, j'enseigne la langue anglaise aux francophones au Lycée Technique de Betare Oya, dans une petite ville de la région Est. 

Enseigner aux enfants réfugiés

Beaucoup de mes étudiants sont des réfugiés de la République Centrafricaine, qui est confrontée à une crise humanitaire en raison du conflit en cours. La condition de mes élèves et des enfants de la région en conflit est pitoyable et c'est pourquoi je veux les aider. Ils ont vu le conflit et je veux qu'ils connaissent la paix. C'est pourquoi, à l'aide de mes poèmes, je leur enseigne les dangers du fusil. Cette année, j'ai personnellement aidé à payer les frais d'examen de l'un d'entre eux. 

Aujourd'hui, je m'appelle "L'avatar de la charité" parce que la charité est maintenant ma raison d'être. C'est parce que je sais ce que signifie être pauvre, et mon expérience avec ces étudiants réfugiés a considérablement accru mon désir d'aider les nécessiteux. Leur situation, tout comme celle de mes frères et sœurs anglophones des régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, m'a inspiré l'écriture de Children's Plea, une pièce de théâtre dont le thème principal est "Faire taire les armes à feu en Afrique".

J'ai également écrit un recueil de poésie intitulé "Larmes inutiles", dont les thèmes tournent autour de l'inutilité des armes, des horreurs des guerres et de la quête de la paix.

Au-delà de l'enseignement, j'utilise les médias sociaux pour partager mes poèmes. J'ai publié certains de ces poèmes sur ma page Facebook pour aider à changer les mentalités, en particulier celles de mes camarades africains, et pour aider l'UnionAafricaine à réaliser son Agenda 2063 sur la paix et la sécurité. 

J'ai également créé un groupe WhatsApp appelé "English Online Forum" où je partage ma philosophie de vie ainsi que quelques leçons d'anglais. 

J'aime les enfants. Et je m'efforce d'inspirer, de guider et de parrainer un bon nombre d'enfants nécessiteux avec lesquels je suis en contact.

Outre l'enseignement, je me suis essayé à l'agriculture, en particulier à l'élevage de poissons-chats et de porcs. J'ai l'intention de faire plus et d'employer des enfants des rues une fois que j'aurai amassé assez d'argent pour mener à bien un tel projet. 

Je crois en l'Afrique. J'admire la façon dont la commissaire de l'UA, le professeur Sarah Anyang Agbor, l'exprime dans son interview avec LifeGate à propos de #AfricaUniteForYouth, où elle dit que l'UA devrait inciter les jeunes africains à rester chez eux. "Si vous leur donnez des opportunités, ils s'épanouiront comme les fleurs que nous aimons sentir."

En tout, l'Afrique est ma fierté et le Cameroun est mon trésor sacré.

 

Quelques-uns des poèmes :

Arme

Tu es une bête

Dont le cerveau ne connaît que la douleur 

Ta seule aide pour l'homme est sa bestialité

Tu as fait de la Miséricorde ton ennemi éternel

Et l'homme, votre fervent pénitent

Votre séjour sur terre a donc été un véritable enfer.

Des sourires sur les visages des gens, vous ne verrez pas si vous devez grandir

Et tes dents de requin

Tout comme celles de tes frères et sœurs

ont fait du chagrin et du traumatisme notre foi

Ta mort est mon trésor, même si

L'archange Michel et ses amis 

Renvoient vos proches à leurs fonctions.

 

Les prêcheurs de sang

Les prêcheurs de sang

Sont des détracteurs de l'amour.

Que les bombes 

A nos tombes 

Nous emportent tous

Et laisses la nuit de tout notre souffle tomber.

Ils ne laisseront pas les anciens de la vie jouer leur rôle.

Mais avec leurs F10, ils imposeront leurs règles.

Que les bombes 

A nos tombes 

Nous emportent tous

Et laisses la nuit de tout notre souffle tomber.

Alors peut-être que Jah sera heureux de nous y voir.

Ou bien remodèlera-t-il son ballon et laissera-t-il ses vrais enfants vivre là ?

S'il vous plaît, faites-le moi savoir !

Doit-il avec son alcootest

Sanctionner notre souffle ?

Car il semble que toutes nos morsures et notre alcool aient été trafiqués.