Éliminer la pauvreté d'ici 2015 c'est possible!
Portail de l'action du système des Nations Unies
sur les objectifs du Millénaire pour le développement

Haut de page

Les OMD en action

  • Objectif 1 : Éliminer l'extrême   pauvreté et la faim
  • Objectif 2 : Assurer l'éducation  primaire   pour tous
  • Objectif 3 : Promouvoir l'égalité des  sexes et l'autonomisation des femmes
  • Objectif 4 : Réduire la mortalité infantile
  • Objectif 5 : Améliorer la santé maternelle
  • Objectif 6 : Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies
  • Objectif 7 : Préserver l’environnement
  • Objectif 8 : Mettre en place un partenariat  mondial pour le développement

OBJECTIF 8 : Mettre en place un partenariat pour le développement

CIBLE 8.A - Poursuivre la mise en place d’un système commercial et financier ouvert, réglementé, prévisible et non discriminatoire

Le commerce rebondit après l'effondrement de 2008-2009 qui a accompagné la crise financière mondiale. Pour les pays en développement, les exportations ont dépassé en valeur le niveau d'avant la crise. La moyenne des tarifs douaniers imposés par les pays développés se trouve maintenant à un faible niveau pour les produits agricoles. Les pays les moins avancés bénéficient d'un traitement préférentiel réel dans le commerce avec les nations les plus riches.

CIBLE 8.B et C - Répondre aux besoins particuliers des pays les moins avancés (PMA), des pays en développement sans littoral et des petits états insulaires en développement

L'aide en parts du revenu total des donateurs est en baisse, aussi bien pour les pays les moins avancés que pour l'Afrique Subsaharienne pour la première fois depuis plus d'une décennie, les pays donateurs étant confrontés à des contraintes fiscales.

CIBLE 8.D - Traiter globalement le problème de la dette des pays en développement

Interrompue en 2009, la tendance à la baisse du coefficient du service de la dette des pays en développement, reprend. Le poids de la dette exterieure affecte les capacités financières d'un pays et sa résistance aux chocs économiques. Une meilleure gestion de la dette, un commerce en expansion et pour les pays les plus pauvres, un allègement de la dette, ont réduit ce poids. Le service de la dette en proportions des exportations s'est amélioré comparé aux niveax d'avant les crises dans le monde en développement, bien que ce ne soit pas le cas pour les pays les moins avancés et les petits États insulaires.

CIBLE 8.E - En coopération avec l'industrie pharmaceutique, rendre les médicaments essentiels disponibles et abordables dans les pays en développement

Les prix des médicaments essentiels sont encore trop élevés dans les pays en développement mais il y a eu une amélioration de l’accès aux médicaments de traitement du VIH/sida, ainsi qu’une augmentation de la production locale d’autres médicaments essentiels.

Il reste difficile de se procurer des médicaments essentiels dans les pays en développement, surtout dans les pays à faible revenu et à revenu moyen de la tranche inférieure. En 2012, on ne pouvait en trouver que dans 57 % des établissements de soins publics et 65 % des établissements privés. Dans les pays à faible revenu et à revenu moyen de la tranche inférieure, les prix étaient en moyenne 3,3 fois plus élevés que les prix de référence internationaux dans les établissements du secteur public et 5,7 fois plus élevés dans les établissements du secteur privé.

CIBLE 8.F - En coopération avec le secteur privé, faire en sorte que les avantages des nouvelles technologies, en particulier des technologies de l'information et de la communication, soient accordés à tous

Dans le monde en développement, 31 % de la population utilisent l’Internet, contre 77 % dans le monde développé.

Les utilisateurs d’Internet dans les pays en développement ont représenté 65 % du nombre total des utilisateurs mondiaux en 2013, alors qu’ils représentaient 40 % en 2005. Par ailleurs, le taux de pénétration de l’utilisation d’Internet dans les pays en développement est passé de 25 % en 2011 à 31 % 2013. Les prix des services de technologies de l’information et des communications (TIC) deviennent plus abordables mais la différence de coût entre les pays développés et les pays en développement reste importante.

Succès sur le terrain