Danseurs et danseuses célébrent la fête du feu du solstice d'été dans les Pyrénées.
Fêtes du feu du solstice d'été dans les Pyrénées (Andorre, Espagne et France).
Photo :UNESCO / Dominique Fournier (2012)

Le solstice comme incarnation de l'unité du patrimoine culturel et des traditions séculaires

La culture peut être définie comme l'ensemble des caractéristiques spirituelles, matérielles, intellectuelles et émotionnelles d'une société ou d'un groupe social. Elle englobe, outre l'art et la littérature, les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. Ainsi, la culture est au cœur des débats contemporains sur l’identité, la cohésion sociale et le développement d’une économie fondée sur la connaissance.

Par conséquent, dans nos sociétés de plus en plus diversifiées, il est essentiel d’assurer une interaction harmonieuse entre les personnes et les groupes ayant des identités culturelles plurielles, variées et dynamiques, ainsi que leur volonté de vivre ensemble. En ce sens, la diversité culturelle constitue le patrimoine commun de l'humanité et devrait être reconnue et affirmée au profit des générations actuelles et futures.

Consciente que les solstices et les équinoxes symbolisent la fertilité de la terre, les systèmes de production agricole et alimentaire, le patrimoine culturel et leurs traditions millénaires, l’Assemblée générale des Nations Unies a reconnu que la célébration de ces événements était l’incarnation de l’unité du patrimoine culturel et de traditions séculaires, et qu’elle jouait également un rôle important dans le renforcement des liens entre les peuples sur la base du respect mutuel et du respect des droits fondamentaux, des idéaux de paix et du bon voisinage. Elle a donc reconnu le 21 juin comme étant la Journée internationale de la célébration du solstice, en adoptant la résolution A/RES/73/300.

Contexte

Le mot solstice est dérivé du latin sol (« soleil ») et de sistere (« rester immobile »), car le mouvement saisonnier du trajet quotidien du Soleil (vu de la Terre) semble « rester immobile » à la limite nord ou sud avant la direction inverse. Le solstice est un événement qui se produit lorsque le Soleil atteint son arc de jour le plus au nord ou au sud par rapport à l'équateur. Il y a donc deux solstices chaque année : vers le 21 juin (communément appelé « solstice d'été » pour être le premier jour de l'été et le jour le plus long de l'année) et le 21 décembre (communément appelé « solstice d'hiver » pour être le premier jour d'hiver et le jour le plus court de l'année).

L'équinoxe est, quant à lui, un mot dérivé du latin aequinoctium qui se décompose en aequus (égal) et nox (nuit). Il est généralement considéré comme le moment où le centre du Soleil visible se trouve directement au-dessus de l'équateur, et cela deux fois par an : vers le 20 mars (appelé « équinoxe du printemps » car il marque le début du printemps dans la plupart des cultures) et le 23 septembre (appelé « équinoxe d'automne » pour le début de l'automne). Les équinoxes sont les seuls moments où le terminateur solaire (le « bord » entre la nuit et le jour) est perpendiculaire à l'équateur, de sorte que le jour et la nuit ont une durée approximativement égale.

Les solstices, ainsi que les équinoxes, sont liés aux saisons, aux récoltes et aux modes de vie. Par conséquent, de nombreuses cultures célèbrent diverses combinaisons de solstices, d'équinoxes ainsi que d'autres moments liés au positionnement du Soleil. Ces célébrations sont véritablement ancrées dans certaines cultures et s'accompagnent fréquemment de périodes de vacances.

Les fêtes du feu du solstice d'été dans les Pyrénées

 

Les fêtes du feu du solstice d’été sont inscrites depuis 2015 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

Elles ont lieu dans les Pyrénées chaque année la même nuit, quand le Soleil est à son zénith. À la nuit tombée, les habitants de différents villes et villages portent des flambeaux depuis le sommet des montagnes pour embraser des bûchers de construction traditionnelle. Pour les jeunes, la descente de la montagne est un moment très spécial signifiant le passage de l’adolescence à l’âge adulte. Le festival est considéré comme un moment qui offre un temps pour la régénération des liens sociaux et le renforcement des sentiments d’appartenance, d’identité et de continuité, avec des célébrations qui comprennent des danses folkloriques et des repas communaux. Des rôles sont assignés à des personnes spécifiques. Dans certaines municipalités, le maire est impliqué dans la mise à feu du premier bûcher. Dans d’autres, un prêtre bénit ou allume le feu. Ailleurs, l’homme le plus récemment marié dans le village allume le feu et mène la descente dans les villages. Souvent, des jeunes filles célibataires attendent l’arrivée des porteurs de flambeaux dans les villages avec du vin et des pâtisseries. Dans la matinée, les gens collectent des braises ou des cendres pour protéger leurs foyers et leurs jardins. L’élément a des racines profondes au sein des communautés locales et se perpétue grâce à un réseau d’associations et d’institutions locales. Le lieu le plus important de transmission est la famille, où les gens gardent vivante la mémoire de ce patrimoine.

 Illustration représentant le Siège de l‘ONU

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.