Un homme en chaise roulante dans une salle de conférence de l’ONU, à New York.

Messages 2021

Secrétaire général de l'ONU

Réaliser les droits, l’autonomie et la liberté de décision des personnes handicapées fera progresser notre avenir commun. 

Nous avons besoin de la participation de toutes et de tous, y compris des personnes handicapées, pour atteindre les objectifs de développement durable. Partout dans le monde, les personnes handicapées et les organisations qui les représentent œuvrent pour que le slogan « rien sur nous sans nous » devienne une réalité. 

La COVID-19 a mis à nu les obstacles et les inégalités qui continuent d’accabler le milliard de personnes handicapées dans le monde, qui ont été parmi les plus durement touchées par la pandémie. 

Un plan de lutte contre la pandémie et de relèvement tenant compte des personnes handicapées ne peut être établi sans la contribution des personnes concernées. Il devrait permettre de forger des partenariats, de lutter contre l’injustice et la discrimination, d’élargir l’accès à la technologie et de renforcer les institutions afin qu’un monde plus inclusif, plus accessible et plus durable voie le jour après la COVID-19.

Je demande instamment à tous les pays de mettre pleinement en œuvre la Convention relative aux droits des personnes handicapées, d’accroître l’accessibilité et de supprimer les obstacles juridiques, sociaux, économiques et autres, avec la participation active des personnes handicapées et des organisations qui les représentent.

En cette Journée internationale des personnes handicapées, prenons l’engagement de construire un avenir durable, inclusif et juste pour toutes et tous, sans laisser personne de côté.
 

 

António Guterres

António Guterres

 

Directrice générale de l'UNESCO

La pandémie de COVID-19 continue d’avoir des effets disproportionnés pour les personnes en situation de handicap.

Ces dernières comptent en effet parmi les premières victimes de la crise économique entraînée par la pandémie ; et, à ces inégalités sociales, s’ajoutent encore des inégalités d’accès à l’information, en raison du manque persistant d’accès aux consignes sanitaires en braille ou langue des signes – ce qui nous rappelle la nécessité d’agir pour que l’information soit accessible à toutes et à tous.

Avec le déplacement en ligne d’une partie de nos vies, les confinements ont aussi mis en lumière une autre série d’inégalités affectant les personnes en situation de handicap : celles face à la technologie et au numérique.

Sur ces sujets, la dernière Conférence générale de l’UNESCO a justement permis l’adoption d’un texte important : la Recommandation sur l’éthique de l’intelligence artificielle. Cette avancée, qui constitue le premier instrument normatif mondial dans ce domaine, vise à faire en sorte que les inégalités et les discriminations du monde réel ne s’amplifient pas dans le monde virtuel.

Dans le domaine de l’éducation également, l’UNESCO continuera inlassablement à œuvrer pour plus d’égalité. Fidèles à notre mandat, nous nous engageons ainsi à soutenir une éducation inclusive, pour « Tous, sans exception », pour reprendre le titre de notre Rapport mondial de suivi sur l’éducation de 2020. Cette publication rappelait que si 68 % des pays disposent d’une définition de l’éducation inclusive, 57 % seulement mentionnent tous les multiples groupes marginalisés.

Pour remédier à cette situation, au quotidien, à travers son action, l’UNESCO permet ainsi non seulement d’éclairer les politiques publiques éducatives par l’établissement de données mondiales de référence, mais encore de faire progresser les mentalités, pour effacer les préjugés qui imprègnent encore nos sociétés. À cet égard, les filles et les femmes en situation de handicap doivent faire l’objet d’une attention toute particulière.

Ce sont tous ces sujets cruciaux que l’UNESCO portera au prochain Sommet mondial sur le handicap, que le Ghana et la Norvège co-organisent en février prochain. 

En cette Journée internationale des personnes handicapées, notre Organisation voudrait ainsi appeler toute la communauté internationale à se mobiliser, pour œuvrer ensemble au respect de la différence. 

Aux côtés de toutes les autres agences des Nations Unies, et avec comme boussole la Convention relative aux droits des personnes handicapées des Nations Unies, l’UNESCO continuera d’agir inlassablement pour plus d’égalité, pour « ne laisser personne de côté ».

 

Audrey Azoulay

Audrey Azoulay