Série de films

 

L'objectif de la projection du film est de fournir un forum de discussion aux États membres et aux partenaires de la société civile, et de sensibiliser sur la question de l'Holocauste et des dangers de la haine, du sectarisme, du racisme et des préjugés.

 

2021 2020 | 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 

 

Film director Tomasz Magierski (left) speaking at the screening of his film "Blinky and Me", 29 Janaury 2014. Credit: UN Photo/Eskinder Debebe

 

 

 

2021

 

Les enfants de Windermere

Regardez l'enregistrement (en anglais)

« Les enfants de Windermere » est un drame biographique consacré à la reprise et la réhabilitation de 300 jeunes orphelins juifs qui ont survécu à l'Holocauste et ont été envoyés au Royaume-Uni après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le film a été commandé par la BBC et ZDF Allemagne, et il a été coproduit par Wall to Wall Media et Warner Bros International Germany (WBITVP Allemagne). S. E. M. Jonathan Allen, Représentant permanent adjoint du Royaume-Uni auprès des Nations Unies, a prononcé le discours d'ouverture. La discussion sur le film a réuni M. Michael Samuels, réalisateur, Mme Nancy Bornat, productrice, Mme Joanna Millan, survivante de l'Holocauste, et M. Trevor Avery, historien et directeur du Lake District Holocaust Project. La discussion était animée par M. Maher Nasser, Directeur de la Division de la sensibilisation au sein du Département de la communication globale des Nations Unies.  

 

 

2020

 

Le comptable d’Auschwitz

« Le comptable d’Auschwitz » suit le procès d’Oskar Gröning qui a été inculpé de complicité dans le meurtre de 300 000 Juifs dans le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau de l’Allemagne nazie (1941-1945). Le procès de Gröning a eu lieu en 2015, il était âgé de 93 ans. Durant l’Holocauste, Gröning consignait et comptabilisait l’argent liquide et les objets personnels de valeur confisqués aux Juifs à leur arrivée dans le camp. Le film relate l’histoire menant au procès de Gröning et la course contre le temps pour traduire en justice les derniers survivants nazis. Dirigé par Matthew Shoychet et produit par Ricki Gurwitz et Ric Esther Bienstock, ce documentaire entrelace des séquences d’archives, une couverture médiatique du procès et des entretiens avec les survivants et les défenseurs des droits de l’homme afin de proposer des enquêtes convaincantes de l’histoire, de la conscience et de la justice. La projection était suivie d'une session de questions-réponses avec Ricki Gurwitz, animée par le Département de la communication globale.

 

 

2019

 

Broken Dreams (Rêves brisés)

Le 2 mai 2019, le Département de la communication globale et la Mission permanente de la République de Pologne auprès des Nations Unies ont organisé la projection du film Broken Dreams (Rêves brisés) à l'occasion de Yom HaShoah, la journée de commémoration de l'Holocauste, dans le calendrier hébraïque. Le film raconte l'histoire fascinante de deux sœurs adolescentes juives polonaises, Renia et Ariana Spiegel, qui luttent pour survivre à l'Holocauste dans la Pologne occupée par les nazis. Il s'appuie sur le journal tenu par Renia de 1939 à l'été 1942. En 1942, Renia a été assassinée par les nazis. Elle venait d'avoir 18 ans. Le film témoigne avec force de la vie d’une jeune femme fauchée avant que le talent évident de son écriture ne puisse s'épanouir.

Mme Alison Smale, Secrétaire générale adjointe à la communication globale, a souhaité la bienvenue aux participants. Le réalisateur, M. Tomasz Magierski, a présenté le film après les propos de Paweł Radomski, le Représentant permanent adjoint de la Pologne.  À l’issue de la projection, une discussion a eu lieu avec M. Magierski et la survivante de l'Holocauste Ariana Elżbieta Bellak, la petite sœur de Renia Spiegel. L’échange a été animé par Mme Alison Smale, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies à la communication globale.

 

« Who Will Write Our History » (Les archives secrètes du guetto de Varsovie)

 En novembre 1940, quelques jours après que les nazis eurent enfermé 350 000 hommes, femmes et enfants juifs dans le ghetto de Varsovie, l'historien Emanuel Ringelblum entreprit de constituer des archives secrètes sur le calvaire subi par les personnes emprisonnées par les nazis dans le ghetto et les nouveaux arrivants, qui ont partagé leurs histoires de déportation et de meurtre. Le groupe central d'archivistes était composé de journalistes, d'universitaires et de dirigeants communautaires et était connu sous le nom de code Oyneg Shabes. Ils ont enterré les archives, dont la plupart ont été découvertes après la Seconde Guerre mondiale. Ces archives illustrent parfaitement la résistance et la tentative héroïque de sauvegarder le patrimoine et la culture du peuple juif. Ce film présente les écrits des personnes qui ont alimenté les archives avec de nouvelles interviews, des séquences rarement vues et des mises en scène afin de montrer les risques que le groupe était prêt à prendre pour préserver son histoire. L'événement a été organisé avec le soutien de l'Institut Jacob Blaustein pour la promotion des droits humains de l'American Jewish Committee. Parmi les intervenants invités figurent Mme Nancy Spielberg, Productrice exécutive, Mme Roberta Grossman, Écrivaine, réalisatrice et productrice, le Professeur Samuel Kassow, Historien et auteur du livre Who will write our history ? et Mme Felice Gaer, Directrice de l'Institut Jacob Blaustein pour la promotion des droits humains de l’American Jewish Committee. Après la projection, M. Maher Nasser, Directeur de la Division de la sensibilisation, a animé une discussion avec Mme Nancy Spielberg, Mme Roberta Grossman et le Professeur Samuel Kassow.

 

2018

 

Les enfants de l'Holocauste

Le Programme de sensibilisation des Nations Unies sur l’Holocauste, en partenariat avec les Missions permanentes du Royaume-Uni auprès des Nations Unies, a organisé la projection du film « Les enfants de l’Holocauste », suivie d’une discussion. Ce film britannique est un mélange d’animation et d’entretiens avec des survivants âgés qui racontent leurs expériences d'enfance face aux atrocités nazies, leur fuite de l'Europe continentale occupée vers la Grande-Bretagne et l'impact que cela a eu sur leur vie. S. E. M. Jonathan Guy Allen, Représentant permanent adjoint du Royaume-Uni auprès des Nations Unies, a prononcé le discours d'ouverture. À l’issue de la projection, une discussion a eu lieu avec la productrice Kath Shackleton et le Directeur de Fettle Animation, Zane Whittingham. Mme Alison Smale, Secrétaire générale adjointe à la communication globale, a animé les questions-réponses.

 

2017

 

Persona Non Grata

Le Programme de sensibilisation des Nations Unies sur l’Holocauste, en partenariat avec les Missions permanentes du Japon et de la Lituanie auprès des Nations Unies, ont organisé la projection du film « Persona Non Grata », suivie d’une discussion. Le film raconte l'histoire de Chiune Sugihara, un diplomate japonais qui a sauvé des milliers de vies en choisissant de délivrer des visas aux réfugiés juifs à Kaunas, en Lituanie. Les Représentants permanents du Japon et de la Lituanie auprès des Nations Unies ont prononcé des déclarations d'ouverture. Le réalisateur, Cellin Gluck a présenté le film et a participé à une discussion avec le public. M. Maher Nasser, Directeur de la division de la sensibilisation au sein du département de l'information publique de l'ONU, a animé la discussion.

 

2016

 

Women in Gold (Femme en or)

Le Programme de sensibilisation des Nations Unies sur l’Holocauste, en partenariat avec le Congrès juif mondial et la Weinstein Company, a organisé la projection du film et une discussion qui ont mis en lumière le préjudice et l’humiliation que les familles juives ont subies dans l'Europe occupée par les nazis, et la difficulté qu'elles ont eue à obtenir justice. Il donne un aperçu de la situation désespérée dans laquelle se trouvaient les victimes de l'Holocauste sous le règne de la terreur et de l'absence totale de pratiques juridiques équitables. Pour de nombreuses familles, le pillage des œuvres d'art et des biens personnels reste l'une des nombreuses transgressions non élucidées commises par les nazis.

Réalisé par Simon Curtis, « Woman in Gold » retrace la remarquable histoire vraie d’une femme qui a tenté de récupérer son héritage et d’obtenir justice pour ce qui est arrivé à sa famille. Soixante ans après avoir fui Vienne pendant la Seconde Guerre mondiale, Maria Altmann (Helen Mirren), une vieille femme juive, entreprend un voyage pour récupérer les biens familiaux saisis par les nazis, dont le célèbre tableau de Klimt, le Portrait d'Adèle Bloch-Bauer I. Elle est accompagnée d'un jeune avocat inexpérimenté mais courageux, Randy Schoenberg (Ryan Reynolds). Avec lui, elle s'engage dans une bataille majeure qui les mène jusqu'au cœur de l'establishment autrichien et de la Cour suprême des États-Unis, et l'oblige à affronter des vérités difficiles sur le passé en cours de route.

 

2015

 

Kinderblock 66 : Retour à Buchenwald

Ce film documentaire du réalisateur Rob Cohen se concentre sur la vie de quatre hommes, emprisonnés dans le camp de concentration de Buchenwald, près de Weimar, en Allemagne, et qui reviennent pour commémorer le soixante-cinquième anniversaire de leur libération en avril 1945. Le film raconte l'histoire de la création du bloc pour enfants - le bloc 66 - par la résistance du camp dirigée par les communistes. Ils se sont employés à protéger les adolescents juifs qui arrivaient en grand nombre en 1944 à la fin de la Seconde Guerre mondiale. S. E. M. Heiko Thoms, Représentant permanent adjoint de l'Allemagne auprès des Nations Unies, M. Maher Nasser, Chef par intérim du Département de l'information, et le producteur exécutif du film, M. Steve Moskovic, ont pris la parole avant la projection. Une discussion avec M. Rob Cohen, le scénariste et réalisateur du film, et M. Alex Moskovic, survivant de l'Holocauste, a suivi le documentaire. Elle était animée par Mme Kimberly Mann, responsable du programme de sensibilisation à l'Holocauste et aux Nations unies.

 

2014

 

Blinky et moi

La projection est organisée par le Programme des Nations Unies sur l'Holocauste en partenariat avec la Mission permanente de l'Australie auprès des Nations Unies. Le film a été projeté le 29 janvier 2014 dans le cadre d'une série d'événements marquant la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste. Ce film documentaire raconte la vie de Yoram Gross, un survivant de l'Holocauste et un célèbre animateur australien. En discutant avec ses cinq petits-enfants, M. Gross raconte l'expérience de sa famille, qui s'est cachée et a échappé de justesse aux nazis en Pologne. Le film suit l'artiste pendant son enfance là-bas, puis en Israël et enfin en Australie où il s'est installé avec sa femme pour fonder une famille. Ses premiers travaux en tant qu'animateur ont abouti à la création de la série télévisée animée populaire « The Adventures of Blinky Bill », adaptée des livres pour enfants de Dorothy Wall. Dans la série animée de M. Gross, de nombreuses rencontres de Blinky se fondent sur les expériences vécues par Yoram dans son enfance alors qu'il fuyait les nazis. Ce film émouvant amène les spectateurs à réfléchir à la tragédie humaine que représente l'Holocauste et au potentiel inexploité des disparus. S. E. Mme Philippa Jane King, Représentante permanente adjointe de l'Australie auprès des Nations Unies, et le Secrétaire général adjoint Peter Launsky-Tieffenthal ont inauguré le film. La projection a été suivie d’une discussion avec le cinéaste Tomasz Magierski et Yoram Gross.

 

2013

 

Rescue in the Philippines : Refuge from the Holocauste (Sauvetage aux Philippines, un refuge pour les victimes de l’Holocauste)

La projection a été organisée par le Programme des Nations Unies sur l'Holocauste et a eu lieu le 7 novembre 2013 pour marquer le 75e anniversaire de la Nuit de cristal. Le film raconte l'histoire peu connue selon laquelle le Président philippin Quezon, ainsi qu'un petit groupe d'Américains influents qui vivaient aux Philippines en 1935, ont élaboré un plan pour sauver plus de 1 000 Juifs européens. Ce qui n’était au départ que de simples parties de poker régulières entre amis s'est transformé en un plan de sauvetage parfaitement coordonné. Le film raconte l'histoire peu connue selon laquelle le Président philippin Quezon, ainsi qu'un petit groupe d'Américains influents qui vivaient aux Philippines en 1935, ont élaboré un plan pour sauver plus de 1 000 Juifs européens. Ce qui n’était au départ que de simples parties de poker régulières entre amis s'est transformé en un plan de sauvetage parfaitement coordonné. La projection a été suivie d'une discussion avec l'historienne Bonnie Gurewitsch du Musée du patrimoine juif, Ursula Progl, survivante de l'Holocauste, dont la famille a trouvé refuge aux Philippines, et le producteur exécutif Russell C. Hodge.

 

The Rescuers (Les sauveurs)

La projection est organisée par le Programme des Nations Unies sur l'Holocauste en partenariat avec la Mission des États-Unies auprès des Nations Unies et la Fondation Sousa Mendes. Le film a été projeté le 23 janvier 2013. Ce documentaire de Michael King, lauréat d'un Emmy Award, retrace les efforts héroïques d'une douzaine de diplomates qui ont utilisé les pouvoirs et les privilèges qui leur étaient conférés en Europe pour sauver la vie de dizaines de milliers de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces 12 personnes - d'un Turc musulman en poste en Grèce à un envoyé japonais en poste en Lituanie - ont pris d'énormes risques personnels en mettant leur vie et leurs moyens de subsistance en danger pour pouvoir aider d'autres personnes en situation difficile. Dans le cadre de ses entretiens avec des survivants de l’Holocauste et des descendants des sauveurs, Michael King suit Sir Martin Gilbert, un éminent historien de l'Holocauste qui a perdu des membres de sa famille durant cette période, et Stéphanie Nyombayire, une jeune militante rwandaise dont la famille a été assassinée pendant le génocide rwandais de 1994. La productrice Joyce D. Mandell a présenté le film. Michael King et Leon Moed, un rescapé de l'Holocauste, ont participé aux questions-réponses qui ont suivi la projection. 

 

2012

 

Nicky’s Family (La famille de Nicky)

Le Programme s'est associé aux Missions permanentes de la République tchèque et de la Slovaquie auprès des Nations unies pour une projection spéciale du film « Nicky's Family ». La projection a eu lieu le 15 mars 2012 au Bohemian National Hall, un centre socio-culturel tchèque à New York. Le film relate l'histoire de Nicholas Winston, un Anglais qui a organisé le sauvetage de 669 enfants tchèques et slovaques, presque tous juifs, juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Ses exploits auraient probablement été oubliés si sa femme, cinquante ans plus tard, n'avait pas trouvé dans le grenier une valise pleine de documents et de plans de transport. Les discours d'ouverture ont été prononcés par Kiyo Akasaka, Secrétaire général adjoint à la communication et à l'information, l'Ambassadeur Miloš Koterec, Représentant permanent de la Slovaquie auprès des Nations Unies et l'Ambassadrice Edita Hrdá, Représentante permanente de la République tchèque auprès de l'ONU. La projection du film a été suivie d'une réception au cours de laquelle la célèbre musicienne de jazz slovaque Ludmila Stefanikova et son groupe se sont produits.

 

Le dernier vol de Petr Ginz

Le 25 janvier 2012, le Département de l'information publique des Nations Unies a organisé la projection du film « Le dernier vol de Petr Ginz ». Il s'agit d'un nouveau documentaire animé sur la vie et l'œuvre de Petr Ginz, un jeune garçon juif de Prague, mort à l’âge de 16 ans, pendant l'Holocauste et après avoir passé deux ans à Terezin. Au cours de sa courte vie, cet enfant brillant avait écrit quatre romans, son journal intime et produit quelques 200 œuvres d’art (illustrations et peintures). La projection a été organisée en partenariat avec le programme de films documentaires de l'université de Wake Forest, l’Institut du documentaire de l'Université de Floride et la Mission permanente de la République tchèque auprès des Nations unies. Le discours d'ouverture a été prononcé par l'Ambassadrice Edita Hrdá et M. Stephen Cypen, producteur exécutif du film.

La projection du film a été suivie d'une séance de questions-réponses avec Mme Sandra Disckson et M. Churchill Roberts, réalisateurs du film, M. Cory Godbey, illustrateur, et M. Leo Lowy, un survivant de l'Holocauste et ami de Petr Ginz. Un message de Chava Pressburger a été transmis par son fils Yoram Pressburger. La session de questions-réponses a été animée par Mme Kimberly Mann, Responsable du Programme de sensibilisation des Nations Unies sur l’Holocauste.

 

2011

 

The Relief of Belsen (Le soulagement de Belsen)

Le 2 mai 2011, le Département de l'information publique des Nations Unies, en partenariat avec la Mission du Royaume-Uni auprès des Nations Unies, a organisé la projection d'un film intitulé « The Relief of Belsen ». Le film raconte comment l'armée britannique a libéré le camp de concentration de Bergen Belsen en avril 1945, au prix d’un effort humanitaire exceptionnel. Le camp, administré par les nazis, fut submergé par l'arrivée continue de prisonniers juifs et autres évacués des camps situés plus près du front. Des milliers de Juifs et d'autres prisonniers sont morts du typhus et autres maladies dans le camp, mais grâce à l'aide du corps médical britannique, beaucoup d'autres ont survécu. La projection du film a été suivie d'une séance de questions-réponses avec Menachem Rosensaft, qui est né dans le camp DP (Personnes déplacées) de Bergen Belsen et dont le père dirigeait à la fois le Comité central des Juifs libérés de la zone britannique d'Allemagne et le Comité juif qui administrait le camp DP de Bergen-Belsen, et la professeure Atina Grossman, historienne et spécialiste de Bergen Belsen et de l'Holocauste en Allemagne.

 

Daring to Resist (Oser résister)

Le 25 janvier 2011, le Département de l'information publique des Nations Unies a organisé la projection du film « Daring to Resist ». Distribué par Women Make Movies, ce documentaire raconte l'histoire de trois jeunes femmes juives qui ont trouvé des moyens inattendus pour lutter contre les nazis pendant l'Holocauste : l'une est devenue partisane, une autre a fait la navette entre des Juifs et des refuges et a distribué des journaux de résistance, et une troisième a fait passer la frontière clandestinement à des juifs. La projection du film a été suivie d'une discussion avec M. Frank Blaichman, ancien partisan, et Mme Bonnie Gurewitsch, archiviste/conservatrice au Musée du patrimoine juif - Un mémorial vivant de l'Holocauste. L’échange a été animé par Mme Kimberly Mann, Responsable du programme de sensibilisation des Nations Unies sur l’Holocauste.

 

 2010

 

 Parmi les Justes : Histoires perdues de l'Holocauste dans les pays arabes

Le Programme et le Centre de tolérance de New York ont organisé la projection d'un film sur les Arabes qui ont sauvé des Juifs pendant l'Holocauste, présenté le 24 mai 2010 au Centre Simon Wiesenthal, à New York. Basé sur l'œuvre littéraire au titre éponyme écrite par Robert Satloff, ce nouveau documentaire a été réalisé en partenariat avec les Productions MacNeil-Lehrer et a été diffusé sur PBS Television. Il raconte des histoires largement oubliées de la Seconde Guerre mondiale en Afrique du Nord au sujet d'Arabes qui ont sauvé leurs voisins juifs de l'Holocauste - une histoire que l'historiographie de l'Holocauste a négligée. En parcourant l'histoire, le documentaire ne dévoile pas seulement des cas de persécution des Juifs en Afrique du Nord similaires à ceux vécus par les Juifs en Europe, mais il met aussi en lumière des histoires d'Arabes « vertueux » qui ont protégé les Juifs. Filmé dans huit pays différents, du Maroc à Israël, le documentaire révèle des découvertes surprenantes sur le passé susceptible de remettre en question la façon dont les Arabes et les Juifs considèrent cette partie de l'histoire de l'Holocauste.

Après la projection, une session de questions et réponses a été organisée avec Robert Satloff, Directeur exécutif du Washington Institute for Near East Policy, animée par Mark Weitzman, Directeur du groupe de travail chargé de la lutte contre la haine et le terrorisme, Directeur associé de l'éducation du Centre Simon Wiesenthal (SWC) et Directeur fondateur du Centre de la tolérance Simon Wiesenthal à New York.

 

Defiance (Les Insurgés)

 Le 28 janvier 2010, le Département de l'information a organisé une projection du film « Defiance » (Les insurgés), coparrainée par la Mission des États-Unis auprès des Nations Unies, pour conclure la série d'événements organisés à l'occasion de la Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'Holocauste. Le film est un long métrage sur les partisans juifs luttant contre les nazis en Biélorussie, interprété par Daniel Craig et Liev Schreiber. Il s’inspire de l’histoire vraie détaillée dans le livre du même nom écrit par Nechama Tec, spécialiste et survivante de l'Holocauste. Le réalisateur Edward Zwick est connu pour ses films épiques tels que Blood Diamond et The Last Samurai. Cette projection a été rendue possible grâce à la Paramount Pictures. 

 

2009

 

As seen through theses eyes (À travers ces yeux)

À l'occasion de l'anniversaire du pogrom de la Nuit de cristal du 9 novembre 1938, le Programme de sensibilisation des Nations Unies sur l’Holocauste a organisé la projection du film « As Seen through These Eyes », le 9 novembre 2009. La projection a été suivie d’un échange avec la réalisatrice, productrice et scénariste du film, Hilary Helstein, portant sur l'apprentissage de l'Holocauste à travers l'art. Au cours de ces dix dernières années, Mme Helstein a parcouru le monde pour recueillir des témoignages d’artistes ayant survécu à l'Holocauste.  Chaque conversation permet de réaliser que chaque peinture ou croquis sur un bout de papier déchiré est un véritable journal de l'Holocauste. Les mots et les images des survivants sont profondément émouvants, et traduisent avec force l’horreur et l’espoir. Narré par Maya Angelou et produit en association avec Sundance Channel, le film vise à combattre les préjugés, le sectarisme et l'intolérance. Cette projection a été organisée en partenariat avec Menemsha Films.

 

Watermarks

Le Département de l'information publique a organisé la projection du documentaire « Watermarks » le 29 janvier 2009 dans l'auditorium de la bibliothèque Dag Hammarskjöld, au siège des Nations unies. Le film raconte l'histoire des championnes de natation du légendaire club sportif juif Hakoah, qui était situé à Vienne, en Autriche. Par défi envers Hitler, les femmes ont courageusement refusé de participer aux Jeux olympiques de Berlin en 1936. Après l'Anschluss, l'unification politique de l'Allemagne nazie et de l'Autriche en 1938, les nazis ont fermé le club, mais les nageuses ont réussi à fuir le pays avant que la guerre n'éclate. Soixante-cinq ans plus tard, le réalisateur Yaron Zilberman rencontre les membres de l'équipe féminine de natation chez elles, aux quatre coins du monde, et les réunit dans leur ancienne piscine à Vienne. Ce voyage évoque des souvenirs de jeunesse et de féminité et renforce les liens de toute une vie. Le réalisateur Yaron Zilberman a fait une brève déclaration pour présenter le film.

 

2008

 

Mon opposition : le journal de Friedrich Kellner, commémoration du 70e anniversaire de la Nuit de cristal

Ce film documentaire de 2007 raconte l'histoire de Friedrich Kellner, ancien fonctionnaire de la Cour, un activiste politique du Troisième Reich qui a défié les nazis en faisant campagne contre eux, et plus tard en consignant secrètement leurs atrocités dans son journal, au péril de sa vie. En conséquence, il a été traduit devant un tribunal et menacé d'être emprisonné dans un camp de concentration. Aujourd'hui, son petit-fils, le professeur Robert Scott Kellner, qui a découvert et traduit ces dix volumes de journaux intimes, les utilise afin de sensibiliser le public sur les dangers de l'idéologie totalitaire.

 

Dans les bras d'étrangers : Histoires du Kindertransport

Le département de l'information publique a organisé la projection du documentaire « Into the Arms of Strangers : Histoires du Kindertransport », le 31 janvier 2008 dans l'auditorium de la bibliothèque Dag Hammarskjöld au siège des Nations Unies. L'événement a été organisé par Kiyo Akasaka, Secrétaire général adjoint à la communication et à l'information publique, et le discours d'ouverture a été prononcé par l'Ambassadrice et Représentante permanente adjointe du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord auprès des Nations Unies, Son Excellence Karen Pierce. La productrice du film, Mme Deborah Oppenheimer, et David G. Marwell, Ph.D., Directeur du Museum of Jewish Heritage Mémorial vivant de l’Holocauste, ont participé à une discussion à l’issue de la projection. Le film décrit comment, pendant neuf mois avant le début de la Seconde Guerre mondiale, dans un acte de solidarité sans précédent, la Grande-Bretagne a mené une mission de sauvetage extraordinaire connue sous le nom de Kindertransport. Dix mille enfants en danger ont quitté leurs foyers en Allemagne, en Autriche, en Tchécoslovaquie et en Pologne et ont été placé dans des familles d'accueil et des foyers, en attendant de pouvoir retrouver leurs parents. La majorité des enfants n'ont jamais revu leur famille. Raconté avec les mots des enfants survivants, des sauveteurs, des parents et des parents d'accueil et illustré par des images d'archives et des photographies rares, « Dans les bras d’étrangers » raconte l'histoire remarquable de cette opération de sauvetage et de son impact considérable sur la vie des enfants qui ont été sauvés.

 

2007

 

Steal a pencil for me (Volez un crayon pour moi)

 

Le Département de l'information des Nations Unies et le Centre Anne Frank USA ont organisé conjointement la projection du film « Steal a Pencil for Me », présenté par Red Envelope Entertainment, dans le cadre du Programme de sensibilisation des Nations Unies sur l’Holocauste.  La projection a eu lieu le lundi 16 avril 2007, à 18 heures, au siège des Nations Unies, dans l'auditorium de la bibliothèque Dag Hammarskjöld. Raymond Sommereyns, Directeur de la Division de la communication au Département de l'information publique, a prononcé le discours d'ouverture, suivi par Yvonne Simons, Directrice exécutive du Centre Anne Frank USA et Michèle Ohayon, cinéaste.

 

Spell your name (Épelle ton nom)

Le film a été projeté le 1er février 2007 à l'auditorium de la bibliothèque Dag Hammarskjöld, au siège des Nations Unies. Réalisé par Sergey Bukovsky et présenté par Steven Spielberg, Victor Pinchuk et la Fondation de la Shoah de l’USC, avec l’Institut pour la mémoire visuelle et l’éducation, le film suit le parcours d'étudiants ukrainiens qui découvrent et recueillent le témoignage de personnes locales ayant échappé à une exécution brutale et de ceux qui ont sauvé leurs amis et voisins pendant l'Holocauste. Plusieurs hommes et femmes racontent les détails de leurs expériences et nous donnent un aperçu de l'Ukraine d'aujourd'hui : les stéréotypes ethniques qui continuent d'exister et la manière dont la société post-soviétique traite la question de la commémoration des sites où des dizaines de milliers de familles juives et autres ont été exécutées et jetées dans des fosses communes.

 

I only wanted to live (Je voulais seulement vivre)

Réalisé par Mimmo Calopresti et produit par la Fondation de la Shoah de l’USC et l’Institut pour la mémoire visuelle et l’éducation, le film raconte l'histoire de neuf citoyens italiens qui ont survécu à la déportation et à l'internement dans les camps de la mort d'Auschwitz. Neuf histoires à travers lesquelles nous suivons les événements les plus significatifs de cette expérience déchirante : la promulgation des lois raciales en Italie, les vaines tentatives d'évasion, la déportation, la séparation des autres membres de la famille, la survie miraculeuse à Auschwitz et la libération avec l'arrivée des soldats alliés.

 

2006

 

Le Pianiste

Le Département de l'information publique des Nations Unies et le Centre de la tolérance de New York ont projeté conjointement le 19 juillet 2006 « Le Pianiste », le deuxième film de la série de films lancée dans le cadre du Programme de sensibilisation sur l’Holocauste des Nations Unies. La projection a eu lieu dans l’enceinte du Centre de la tolérance. Réalisé par le célèbre cinéaste Roman Polanski, le film raconte l’histoire de Wladyslav Szpilman, un juif polonais, célèbre pianiste et compositeur qui, pendant l'occupation nazie, a échappé à la déportation et est resté dans le ghetto ravagé de Varsovie. Là-bas, il s'est battu pour rester en vie, même séparé de ses proches, et a affronté ses peurs avec l'aide de la source la plus improbable - un officier nazi qui l'a aidé à se cacher pendant les derniers jours de la guerre. « Le Pianiste » a remporté la Palme d'or au Festival de Cannes et les Oscars, entre autres, de la réalisation, de l'interprétation (Adrien Brody) et du scénario adapté en 2002.

 

Sophie Scholl :  Les derniers jours, Affiche de Sophie Scholl

Le 25 avril 2006, le Centre de la tolérance a projeté pour la première fois le film « Sophie Scholl : Les derniers jours ». Le film raconte les six derniers jours de la vie de Sophie Scholl, membre du groupe de résistance nazi allemand, la « Rose blanche », arrêtée par la Gestapo et exécutée pour « haute trahison » par les nazis. Le film a remporté le prestigieux prix Silver Bear au festival du film de Berlin en 2005. En tant que co-sponsor de cette projection, Hans-Juergen Heimsoeth, Consul général de la République fédérale d'Allemagne basé à New York, a également fait une brève déclaration.

 

Fateless (Sans destin)

Le Programme de sensibilisation sur l’Holocauste des Nations Unies et la société cinématographique du Conseil récréatif du personnel des Nations unies ont organisé conjointement la projection du film « Fateless » qui a eu lieu le 24 janvier 2006 au siège des Nations Unies à New York. Catherine Claxton, Présidente de la United Nations Film Society, et Raymond Sommereyns, Directeur de la Division de la sensibilisation, ont présenté le film. Basé sur le roman du même nom du lauréat du prix Nobel de littérature Imre Kertesz, il raconte l’histoire d’un garçon juif de 14 ans de Budapest au camp de concentration de Buchenwald.