Bien avant de devenir Secrétaire général, l’Organisation des Nations Unies a occupé une place particulière dans ma vie.

J’avais six ans lorsque la guerre de Corée a éclaté. Je me souviens encore très vivement de mon village en flammes alors que ma famille cherchait refuge dans les montagnes voisines. Mais j’ai aussi une autre image gravée dans ma mémoire : celle du drapeau de l’ONU et les milliers de personnes qui servaient sous celui-ci pour répondre à la crise que nous traversions. Les opérations de secours alimentaire nous ont donné des vivres. L’ONU nous a distribué des manuels scolaires pour que mes camarades et moi puissions continuer nos études même si notre école était un amas de décombres. Et alors que nous avions peur, que nous nous sentions seuls, et que nous nous demandions si le monde extérieur se souciait de nous, les soldats de nombreuses nations, unis par le bleu de l’ONU, ont sacrifié leur vie pour rétablir la sécurité et la paix. C’est ainsi qu’a été gravée en moi l’utilité considérable des Nations Unies, tôt, profondément et, comme il s’est avéré, à jamais.

Aujourd’hui, des millions de personnes dans le monde continuent de faire appel à l’ONU pour assurer leur sécurité, protéger leurs enfants et les aider à garantir leur avenir. Leurs besoins et leurs aspirations sont, pour moi, un élément moteur. Mes années d’enfance et des décennies de service public m’ont appris les immenses changements positifs que les Nations Unies peuvent apporter.

Alors que nous célébrons le 70e anniversaire des Nations Unies, le monde a considérablement changé depuis que les auteurs de la Charte se sont réunis à San Francisco en 1945. Le nombre de membres de l’Organisation a augmenté et de nouvelles puissances ont émergé. La mondialisation, l’urbanisation, la migration, les changements démographiques, les progrès techniques, les changements climatiques et autres épisodes sismiques continuent de transformer nos sociétés et les relations internationales.

Nous pouvons aussi nous enorgueillir des résultats que nous avons obtenus. Les Nations Unies ont été créées pour éviter une autre guerre mondiale et el les y sont parvenues. Dans de nombreuses parties du monde, les gens vivent plus long temps et d’une manière plus saine. Nos efforts ont aussi contribué à autonomiser les femmes, à  développer le droit international et à sauvegarder l’environnement.

Ce faisant, nous sommes conscients des nombreux revers que nous avons essuyés et nous savons que le paysage international est ravagé par les conflits, l’exploitation, le déplacement de populations et le désespoir. De fait, le passage à l’établissement d’un monde de dignité et de paix pour « nous, les peuples » est un chemin qui ne finit jamais.

Malgré les difficultés actuelles et les crises multiples inscrites à l’ordre du jour de l’ONU, je suis convaincu que pour ceux et celles qui travaillent pour l’ONU et avec celle-ci, la servir aujourd’hui est un privilège. Le 70e anniversaire est célébré pendant une année au cours de laquelle des décisions importantes pourraient être prises concernant notre avenir commun – notamment l’adoption d’un nouveau programme de développement durable transformateur et d’un accord ambitieux sur le changement climatique. Cela pourra prendre des années pour y arriver. Mais j’espère qu’un jour nous considérerons le travail que nous avons accompli et dirons avec fierté : « Nous avons pris part à cette tâche; nous l’avons accomplie ensemble; les Nations Unies ont contribué à sa mise en œuvre. »

La réalisation de cet héritage commun continuera d’exiger de nombreux efforts. Alors que nous serons à l’œuvre, je penserai souvent au conseil que m’avait donné notre proviseur lorsque j’étais au collège. « Gardez les idées claires et les pieds sur terre – puis avancez, étape par étape. »

Garder les idées claires signifie rester fidèle à nos principes. Garder les pieds sur terre signifie rester proche des problèmes des gens. Et avancer étape par étape signifie mener des actions concrètes pour atteindre nos objectifs.

En tant que Secrétaire général, j’ai essayé d’adopter cette démarche, armé des principes de la Charte, du témoignage des peuples que nous servons et, surtout, de tous les personnels de l’ONU dévoués qui, souvent, prennent personnellement des risques pour réaliser nos objectifs. Je suis tout à fait conscient des responsabilités immenses qui m’ont été confiées et que le succès des Nations Unies est le fruit du dur labeur, du sacrifice et du dévouement des personnels de l ’ONU qui façonnent la collaboration internationale que nous préconisons.

À l’occasion de cet anniversaire et chaque jour, nous devons utiliser notre pouvoir et notre influence pour faire ce qui est juste et nécessaire pour promouvoir la Charte. Si nous ne pouvons pas empêcher les séismes ni les tsunamis, nous pouvons faire beaucoup pour faire face aux catastrophes qui sont causées par la folie et le manque de vision des hommes. C’est une période de test, mais, surtout, une période qui nous offre une formidable occasion. Alors que la distinction entre national et international s’estompe, nous pouvons et nous devons tirer les leçons des 70 années passées pour nous rassembler comme une famille humaine unique et rester engagés sur la voie d ’un avenir plus sûr et plus durable pour tous.