Les rôles des Représentants spéciaux et Représentantes spéciales du Secrétaire général

Les Représentants spéciaux/Représentantes spéciales du Secrétaire général sont nommé(e)s par le Secrétaire général et lui font rapport par l’intermédiaire du/de la Secrétaire général(e) adjoint(e) du Département qui supervise la mission concernée.

Ils/Elles devront :

  • Élaborer une vision commune aux fins de l’application du mandat du Conseil de sécurité et donner des orientations stratégiques pour atteindre les buts et objectifs, y compris pour établir la stratégie de transition/de désengagement de la Mission ;
  • Assurer de bons offices au nom du Secrétaire général en apportant un appui politique à l’action menée pour régler les conflits, faciliter les négociations, favoriser la paix et rétablir la confiance entre les parties ;
  • Superviser l’action d’ensemble de de l'Organisation des Nations Unies dans le pays hôte en respectant le principe d’intégration et promouvoir une vision commune des objectifs stratégiques de l'Organisation des Nations Unies ; établir un cadre qui permette d’orienter les activités de la Mission et de l’équipe de pays des Nations Unies, de tirer parti de leurs avantages comparatifs et de garantir que toutes les composantes des missions des Nations Unies dans le pays adoptent une approche coordonnée et cohérente, à l’appui des objectifs de développement durable ;
  • Veiller à ce que la démarche et les mesures adoptées par l'Organisation des Nations Unies dans le pays soient conformes aux normes internationales relatives aux droits de l’homme et assumer les responsabilités de l'Organisation des Nations Unies, comme établi dans l’initiative « Les droits de l’homme avant tout » du Secrétaire général ;
  • Assurer la direction opérationnelle des activités de la Mission tout en offrant un encadrement et des orientations politiques ;
  • Assurer, en vertu des pouvoirs délégués par le Secrétaire général, la gestion des ressources financières, matérielles et humaines de la Mission tout en veillant au bon rapport coût efficacité, à l’intégrité et à la réalisation des objectifs de programme ;
  • Rendre compte au Secrétaire général, aux hauts fonctionnaires de l’Organisation des Nations Unies, au Conseil de sécurité, aux autres organismes des Nations Unies et aux États Membres de l’évolution de la situation dans le pays hôte et de toutes les questions relatives à l’exécution du mandat de la Mission ;
  • En tant que responsable désigné, assurer la sûreté et la sécurité du personnel (et des personnes à charge, le cas échéant), des institutions, des fonds et des programmes des Nations Unies dans la zone de la mission ;
  • Collaborer régulièrement avec les médias locaux et internationaux en se fondant sur une stratégie médiatique cohérente définie pour la Mission ; s’exprimer au nom de l’Organisation des Nations Unies dans le pays hôte ;
  • Prendre des mesures transformatrices pour accélérer l’égalité des sexes et les engagements en faveur des femmes et de la paix et de la sécurité, notamment en préconisant une action positive ciblée visant à garantir la participation effective des femmes aux processus de paix et aux processus politiques et à soutenir la réalisation de la parité des sexes à tous les niveaux et dans toutes les unités de la mission ;
  • Favoriser une culture de responsabilisation, d’intégrité et de respect au sein de la mission, qui promeuve les plus hautes normes de conduite chez ses membres.

Dans les missions intégrées, le(la) Représentant(e) spécial(e) du Secrétaire général est souvent appuyé(e) par deux Représentants spéciaux adjoints, hommes ou femmes, dont l'un(e) joue également le rôle de coordonnateur résident/coordonnatrice résidente et, dans les contextes humanitaires, de coordonnateur/coordonnatrice de l'action humanitaire. Ils ou elles sont donc des Représentants spéciaux adjoints ou des représentantes spéciales adjointes « à triple casquette » ou « à casquettes multiples ». Pour prétendre à une affectation à un poste de Représentant spécial adjoint/coordonnateur résident/coordonnateur de l’action humanitaire, l’une des conditions préalables est d’avoir été sélectionné(e) par le Centre d’évaluation des coordonnateurs résidents et de faire partie du vivier de coordonnateurs résidents. Pour plus d’informations sur la fonction de coordonnateur résident, veuillez consulter la page Web du Groupe des Nations Unies pour le développement durable.

Les Représentants spéciaux/Représentantes spéciales adjoint(e)s sont placé(e)s sous l’autorité directe du/de la Représentant(e) spécial(e) dont ils/elles relèvent et dirigent et animent la planification stratégique et l’application des programmes au titre des composantes de leur Bureau. Ils/Elles remplacent également le/la Représentant(e) spécial(e) en son absence.

bintou_keita_quote_portrait.jpg
« Le leadership inclusif (...) ça veut dire écouter les voix qui n’ont pas été entendues, afin de créer un espace pour les personnes qui ne l’ont pas encore revendiqué pour elles-mêmes ».

Bintou Keita, Représentante spéciale et Cheffe de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO). Sur cette photo, Bintou Keita occupe le poste de Représentant spécial conjoint adjoint pour l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD).

Les conditions

Compte tenu de la nature extrêmement complexe des fonctions de Représentant spécial et Représentant spécial adjoint du Secrétaire général, le Secrétariat recherche des personnes :

  • Ayant au moins 20 années d’expérience en matière de conflits, de situations d’après-conflit, de maintien de la paix, de consolidation de la paix ou de développement, et/ou une expérience dans les domaines de la gouvernance, de la médiation, de la facilitation et/ou des négociations au niveau national et/ou international, dont au moins 5 années à assumer des fonctions de haut niveau ou de représentation ;
  • Ayant des connaissances approfondies et confirmées en matière de réconciliation, de règlement des conflits, d’aide humanitaire, de maintien de la paix, de développement, de droits de la personne, d’état de droit et/ou de gouvernance ;
  • Ayant déjà occupé des postes de direction et ayant une vision stratégique et une aptitude avérée à diriger des organisations complexes (organisations intergouvernementales, organisations non gouvernementales internationales ou entreprises multinationales du secteur privé) ;
  • Ayant une vive intelligence émotionnelle, un grand sens politique et un bon sens de la diplomatie ;
  • Ayant d’excellentes aptitudes à la communication et au plaidoyer ;
  • Étant apte à susciter et renforcer la confiance et à obtenir un consensus parmi les parties prenantes et à favoriser l’instauration de partenariats aux niveaux local, national ou régional pour créer des opportunités et promouvoir les processus qui permettent de faire progresser la paix et la sécurité ;
  • Démontrant un fort attachement aux valeurs et principes qui régissent l’action de l’Organisation des Nations Unies, une intégrité irréprochable, un respect absolu et un engagement sans faille à l’égard des droits de l’homme ainsi qu’une sensibilité avérée aux différences culturelles et aux questions d’égalité des sexes ;
  • Bénéficiant de connaissances et d’une expérience avérées en matière d’actions transformatrices visant à accélérer l’égalité des sexes et l’avancement des priorités concernant les femmes et la paix et la sécurité ;
  • Ayant démontré une capacité à travailler dans une équipe multiculturelle et à établir de bonnes relations de travail à l’intérieur comme à l’extérieur des organismes qui les employaient ;
  • Ayant une bonne connaissance du système des Nations Unies, notamment du contexte et de la problématique propres au maintien de la paix, à l’aide humanitaire et au développement, ainsi que des objectifs de développement durable (en anglais) ;
  • L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies. Pour cet appel à candidatures, la maîtrise de l’anglais est exigée. La connaissance d’une autre langue officielle de l’Organisation des Nations Unies, en particulier de l’arabe, du français ou de l’espagnol, est un atout compte tenu des zones de déploiement des missions des Nations Unies.

Carlos Ruiz Massieu

Représentant spécial du Secrétaire général pour la Colombie et Chef de la Mission de vérification des Nations Unies en Colombie
(Mission de vérification des Nations Unies en Colombie)

(en espagnol, sous-titres en anglais)

(en chinois et en français, sous-titres en anglais)

Lisa Filipetto

Chef de mission Bureau d’appui des Nations Unies en Somalie (BANUS)

(en anglais)

Najat Rochdi

Coordonnatrice spéciale adjointe, Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice de l’action humanitaire au Bureau de la Coordonnatrice spéciale des Nations Unies pour le Liban (UNSCOL)

Ancienne Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA)

(en français)

David Shearer

Ancien Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan du Sud et ancien Chef de Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS)

(en anglais)

Rencontrez les leaders des missions

Les Représentantes spéciales et Représentants spéciaux du Secrétaire général parlent de leur rôle et de leur motivation à diriger des missions des Nations Unies (2019).