Organisation internationale pour les migrations (OIM)

Dans une société comme l'Afghanistan, les normes traditionnelles rendent souvent difficile l'accès à l'emploi, l'obtention d'un prêt ou la création d'une entreprise pour les femmes. Pourtant, lorsqu’elles en ont la possibilité, elles contribuent de manière significative à la croissance et au développement de leur famille et de leur communauté au sens large. Découvrez l'histoire de Sakina.

A woman is receiving vaccination and she has a wide happy grin.

La COVID-19 a démontré que non seulement les virus ne connaissent pas de frontières, mais qu'ils ne font pas non plus de différence en fonction du statut d'immigration. Ne pas prendre en compte les migrants dans nos efforts de vaccination nuirait à l'efficacité de ces campagnes et rendrait difficile l’éradication de la pandémie.

Campagne « Libres et égaux » : l’histoire de Muhab

Beaucoup de personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexes et queers (LGBTIQ+) n’ont pas d’autre choix que de quitter leur communauté à la recherche d’un endroit plus sûr et plus accueillant pour trouver un emploi, accéder aux services de santé ou se faire une place, à l’abri de

Zahra M. et Sakineh R., deux femmes nées de parents afghans en Iran, vivent aujourd'hui dans un camp de migrants en Grèce. Elles ont décidé de prendre les choses en main lorsque les activités éducatives ont été interrompues à cause de la COVID-19.

L'OIM a commencé à renforcer les services de soins palliatifs dans les camps de réfugiés rohingyas au Bangladesh début 2020, avant l’apparition de la pandémie de COVID-19, et a depuis progressivement intégré ces services essentiels dans la réponse à la COVID-19 et aux soins de santé en général. L'objectif est d'améliorer la qualité de vie des patients et des soignants.

Beauty Ndlovu, originaire du Zimbabwe, est arrivée à Johannesburg à l'âge de 18 ans et déjà mère, pour chercher du travail. Malgré de nombreuses difficultés de santé et financières, elle continue d’être optimiste pour le futur. C’est pourquoi, elle a appelé sa jeune fille « Hope ».

view from above of man in wheelchair with umbrella

Les migrants sont généralement exclus de nombreux services sociaux et initiatives de création d'emplois, mais il existe encore moins de possibilités pour les personnes non-voyantes ou handicapées. Bhekani Ncube a quitté le Zimbabwe en 2008 suite aux violences politiques.

IOM Egypt celebrates International Migrants Day 2016.

Un rapport sur la migration spécifique à l'Afrique a été publié afin de remédier aux principales déformations qui continuent de caractériser le discours public sur la migration africaine.

Man walks along the edge of a wooden boat.

Le 4 décembre 2019, au moins 62 Gambiens ont péri dans un tragique naufrage au large des côtes de la Mauritanie. Sheikul fait partie des survivants qui ont pu retourner au pays mais qui ont été à jamais marqué par cette terrible expérience.

A group of men in the middle of a river building a dike with logs and bags of sand.

Située sur la rive est du Nil blanc, Bor est la capitale de l'État de Jonglei au Soudan du Sud. Chaque année, de fortes pluies provoquent de fortes inondations, causant des pertes humaines et des destructions massives de moyens de subsistance pour les communautés avoisinantes. En 2020, après la pire inondation depuis ces 60 dernières années, l'OIM a débuté des travaux de réparation et d'entretien de la digue.

Les films sont un outil très puissant lorsqu’il s’agit de sensibiliser et d’éduquer les personnes.

women on the street

Kevin rêve d’être repéré par des recruteurs internationaux de football mais doit-il faire confiance à ces hommes qui lui offrent gloire et fortune ? Isabel veut régulariser son statut de migrante mais on ne cesse de lui répéter que c'est impossible. Deux scénarios très différents qui partagent un défi commun : le manque d'informations leur permettant de prendre des décisions en connaissance de cause. C'est ce que tentent de faire deux nouvelles campagnes de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

 

À bord d’une caravane itinérante, les mobilisateurs communautaires de l’OIM (appelés aussi MobComs) sensibilisent à la COVID-19 au Niger.

De nombreuses femmes fuient le Nigéria en vue de traverser la Libye ou l’Algérie pour atteindre l’Europe. Désormais, beaucoup d’entre elles n’y arrivent pas et doivent rentrer au pays.

En Mauritanie, de nombreux jeunes vivant dans les quartiers périurbains de Nouakchott, ne réussissent pas leur insertion économique. À cela s’ajoutent les phénomènes de discriminations dont ils peuvent être victimes.