Programme de communication sur le génocide des
Tutsis au Rwanda en 1994 et les Nations Unies

Portrait of Myriam Abdelaziz, French photographer of Egyptian origin
Une série de photographies de victimes ayant été blessées lors du génocide au Rwanda mais ayant survécu, en hommage aux survivants qui ont tout perdu, sauf leurs souvenirs.

Photographies par Myriam Abdelaziz

Myriam Abdelaziz est une photographe française d'origine égyptienne. Elle est licenciée en sciences politiques et a obtenu un Master en journalisme et un autre en commerce. Après sept années de travail dans le marketing, elle a quitté le monde de l'entreprise pour se consacrer entièrement à la photographie. Elle est diplômée de du Centre international de photographie et est maintenant basée à New York et au Caire.

Son travail lui a fait parcourir la planète à la recherche d'histoires qui surmontent les barrières physiques et culturelles et révèlent ce que nous avons tous en commun : un aperçu de la solitude, de l'espoir, de l'insécurité, de la dignité. Sa série de photographies de victimes ayant été blessées lors du génocide au Rwanda mais ayant survécu a été réalisée au début de 2007, en hommage aux survivants qui ont tout perdu, sauf leurs souvenirs.

Speciose Mukagihini

Speciose Mukagihini

« Dans l'église catholique de Gitongo, ils m'ont fracassé la tête avec des barres de fer et ils ont essayé de fendre mon crâne avec des machettes. »

Samuel Nduwayo

Samuel Nduwayo

« Je reçois encore des lettres d'intimidation et des menaces de mort. Je sais que ce sont mes voisins qui me les envoient. »                    

Jeanette Niweyangeneye

Jeanette Niweyangeneye

« J'ai gardé mon bras blessé pendant deux semaines, puis il s'est détaché de mon corps et j'ai dû le jeter. J'avais 11 ans. »

Innocente Nyirahabimana

Innocente Nyirahabimana

« J'ai renié ma famille pour avoir une chance de survivre et ils sont tous morts. J'avais 12 ans. »                                                     

Jean Pierre Sibomana

Jean Pierre Sibomana

« Après avoir perdu toute ma famille et une jambe, j'ai vécu pendant quatre années tout seul dans une maison abandonnée. J'avais 13 ans. »

Fred Murisa

Fred Murisa

« J'étais encerclé par des hommes armés. J'étais si effrayé que je me suis évanoui. Quand je me suis réveillé, ma main était à côté de mon corps. »

Noelle Musabyirema

Noelle Musabyirema

« Personne n'a pu aller à l'hôpital. C'était trop dangereux. Mes plaies empestaient et s'infectaient. Des vers s'y infiltraient. Je les recrachais par la bouche et le nez. »

Ange-Sandrine Mukayitesi

Ange-Sandrine Mukayitesi

« J'ai fui le Rwanda et j'ai marché jusqu'au Congo où j'ai trouvé refuge dans un camp. Pendant les quelques mois que j'y ai passé, je devais tout le temps cacher mes blessures car elles pouvaient révéler mon origine ethnique. Les Hutus étaient partout et ils voulaient m'achever. »

Godiose Mukakahisa

Godiose Mukakahisa

« L'un des génocidaires a eu pitié de moi et a convaincu les autres de me laisser en vie. J'avais 8 ans. »

Prisca Uwamahoro

Prisca Uwamahoro

« Mon père me manque tellement. Nous nous aimions tant. »                                                                                    

Grace Rutamu

Grace Rutamu

« J'ai eu plus de dix opérations et je n'ai pas encore retrouvé mes capacités. J'espère un jour être capable de finir mon traitement. »

Theoneste Muvunyambo

Theoneste Muvunyambo

« Je n'ai rien à dire. Je souffre trop et il y aurait beaucoup trop de choses à raconter. »                   

Beatrice Bazayirwe

Beatrice Bazayirwe

« Je ne peux plus du tout bouger mes bras. Je n'ai plus de mari ni de famille. Comment suis-je supposée m'occuper de mes enfants?. »

Diane Niyongira

Diane Niyongira

« Je ne pourrai jamais oublier le regard de mes parents lorsqu'ils étaient en train de mourir. J'avais 9 ans. »