L’artiste géorgienne Musya Qeburia réalise des œuvres d’art dans la rue. Ses fresques murales mettent l’accent sur l’égalité entre les sexes. Photo PNUD/Géorgie

Origines de la journée

Dès ses premières années, la Journée internationale des femmes a pris une nouvelle dimension mondiale dans les pays développés comme dans les pays en développement. Le mouvement féministe en plein essor, qui avait été renforcé par quatre conférences mondiales sur les femmes organisées sous l’égide de l’ONU, a aidé à faire de la célébration de cette Journée le point de ralliement des efforts coordonnés déployés pour exiger la réalisation des droits des femmes et leur participation au processus politique et économique.

L'ONU et l'égalité entre les sexes

La Charte des Nations Unies, adoptée en 1945, a été le premier instrument international à affirmer le principe de l'égalité entre les femmes et les hommes. Depuis, l'ONU a contribué à créer un héritage historique et internationalement reconnu de stratégies, de normes, de programmes et d’objectifs destinés à améliorer la condition des femmes dans le monde.

Au fil des ans, l'ONU et ses institutions spécialisées ont favorisé la participation des femmes, en tant que partenaires égales des hommes, à la réalisation du développement durable, de la paix, de la sécurité et au plein respect des droits de l'homme. Favoriser l’autonomie des femmes continue d'être un élément au cœur des efforts entrepris par l'ONU en vue de relever les défis sociaux, économiques et politiques dans le monde.

Militantisme

Découvrez avec ONU Femmes l’histoire du militantisme féminin au fil des générations d’hier et d’aujourd’hui.

Il suffit d’un instant pour déclencher une révolution, des actions collectives peuvent transformer les lois, l’expression créative peut modifier les comportements, et une invention peut changer le cours de l’histoire. Ce sont ces gouttes d’eau dans la mer qui, en dépit des obstacles, forment ensemble une vague de militantisme en faveur des femmes.

Chronologie : 

Officialisée en 1977 par les Nations Unies, et dans la foulée de l’Année internationale de la femme (1975) proclamée par l’Assemblée générale de l’ONU, la Journée internationale des femmes est toutefois apparue dans le contexte des mouvements sociaux au tournant du XXe siècle en Amérique du Nord et en Europe.

 

États-Unis

Conformément à une déclaration du Parti socialiste américain, la première Journée nationale des femmes est célébrée sur l’ensemble du territoire des États-Unis d'Amérique le dimanche 28 février 1909. Les femmes célèbreront ensuite cette journée chaque dernier dimanche de février jusqu’en 1913.

Mais une étape clé a eu lieu bien plus tôt, en 1848, dans l’État de New York.

Indignées par l’interdiction faite aux femmes de prendre la parole à l’occasion d’une convention contre l’esclavage, les Américaines Elizabeth Cady Stanton et Lucretia Mott réunissent plusieurs centaines de personnes à leur Convention pour les droits des femmes à Seneca Falls. Il s’agit de la première convention de ce type aux États-Unis. Ensemble, elles revendiquent des droits civils, sociaux, politiques et religieux pour les femmes, dans un texte appelé Déclaration de sentiments et de résolutions.

 

Europe

En 1910, l’Internationale socialiste réunie à Copenhague, au Danemark, décide d’instaurer une Journée des femmes pour rendre hommage au mouvement en faveur des droits des femmes et pour favoriser l'obtention du suffrage universel pour les femmes. La proposition est approuvée à l’unanimité par la conférence qui comprenait plus de 100 femmes de 17 pays, dont les trois premières femmes élues au Parlement finlandais. Aucune date n’est toutefois fixée pour cette célébration.

Première célébration

À la suite de la décision prise à Copenhague, la Journée internationale des femmes est célébrée pour la première fois, le 19 mars 1911, en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, où plus d’un million de femmes et d’hommes assistent à des rassemblements. Outre le droit de voter et d’exercer une fonction publique, les femmes réclament le droit au travail, à la formation professionnelle, ainsi que l’arrêt des discriminations sur le lieu de travail.

Le combat des femmes russes

Dans le cadre des mouvements sociaux qui fermentaient à la veille de la Première Guerre mondiale, les femmes russes organisent leur première Journée internationale des femmes le dernier dimanche de février 1913. Dans d’autres pays d’Europe, à la date du 8 mars ou aux alentours de cette date, les femmes tiennent des rassemblements soit pour protester contre la guerre, soit pour exprimer leur solidarité avec leurs sœurs.

Assez de la guerre !

Au cours de ses premières années, la Journée internationale des femmes devient un mécanisme de protestation contre la Première Guerre mondiale. Alors que les combats font rage, un grand rassemblement de femmes est organisé à La Haye, aux Pays-Bas, le 15 avril 1915. Plus de 1 300 femmes venues de douze pays participent à cette manifestation.

Le droit de vote pour les femmes russes

Deux millions de soldats russes ayant été tués pendant la guerre, les femmes russes organisent une grève et une gigantesque manifestation à Petrograd (Saint-Pétersbourg) le 23 février 1917, date de la Journée internationale des femmes, en exigeant «  du pain et la paix ! ». Les dirigeants politiques s'élèvent contre la date choisie pour cette grève mais les femmes ont passé outre. Le reste se trouve dans les livres d’histoire : quatre jours plus tard, le tsar a été obligé d’abdiquer et le gouvernement provisoire a accordé le droit de vote aux femmes.

Des décennies de mobilisation

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Journée internationale des femmes est célébrée dans de nombreux pays à travers le monde à la date du 8 mars.

La journée a été officialisée en 1977 par l’Assemblée générale des Nations Unies, qui a appelé « tous les États à proclamer, comme il conviendra en fonction de leurs traditions et coutumes historiques et nationales, un jour de l’année Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale ».

En 1995, la Déclaration et le Programme d’action de Beijing, qui constitue une feuille de route de portée historique, est adopté par 189 gouvernements lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes.  Cette feuille de route contient des engagements complets en réponse à 12 domaines critiques et constitue encore une puissante source d’orientation et d’inspiration. Le Programme d’action projette un monde où chaque femme et chaque fille peut exercer ses libertés et ses choix et connaître et comprendre tous ses droits, notamment le droit de vivre sans violence, le droit à l’éducation, le droit de participer à la prise de décision et le droit de recevoir un salaire égal pour un travail égal.

L’égalité entre les sexes est également l’un des 17 Objectifs de développement durable adoptés en 2015 par l’ensemble des États Membres de l’Organisation des Nations Unies dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Pourquoi le 8 mars ?

Le 23 février et le 8 mars sont deux dates clés du mouvement de la Journée internationale des femmes. En effet, la naissance de cette journée est intimement liée à la grève générale et aux manifestations des femmes russes, à Petrograd (Saint-Pétersbourg), le 23 février 1917. Or, à l’époque, la Russie utilisait le calendrier julien, qui doit son nom à l’empereur romain Jules César. Dans notre calendrier grégorien, introduit par le Pape Grégoire XIII en 1582, le 23 février correspond à la date du 8 mars.     

Le saviez-vous ?

  • La date de la Journée internationale des femmes est intimement liée à la grève générale et aux manifestations des femmes russes, à Petrograd (Saint-Pétersbourg), le 23 février 1917.
  • Le premier pays à avoir accordé le droit de vote aux femmes fut la Nouvelle-Zélande en 1893.
  • En 1920, pour la première fois dans le monde, la Société égyptienne des médecins défie la tradition en dénonçant les effets délétères des mutilations génitales féminines sur la santé des femmes. 

Femmes du monde, unissez-vous !

 

Les droits des femmes et les Nations Unies