Des jeunes femmes sont assises en formant un grand cercle.
Session de sensibilisation dans un centre polyvalent pour femmes dirigé par ONU Femmes : « Autonomisation, participation et leadership », un programme pour les réfugiés rohingyas au Bangladesh.
Photo :ONU Femmes/Khaled Arafat Ahmed

Les violences sexuelles liées aux conflits, une menace à la sécurité collective

En 2021, le recours continu à des moyens militaires plutôt que diplomatiques et politiques a entraîné des déplacements à grande échelle, exposant les civils à des niveaux accrus de violence sexuelle. L'inégalité croissante, la militarisation accrue, la réduction de l'espace civique et le flux illicite d'armes légères et de petit calibre ont également contribué, entre autres facteurs, à alimenter la violence sexuelle généralisée et systématique liée aux conflits, même au milieu d'une pandémie mondiale.

Les femmes artisanes de la paix et celles qui défendent les droits humains fondamentaux ont souvent été spécifiquement ciblées, notamment par la violence sexuelle et le harcèlement en guise de représailles, afin de les exclure de la vie publique. Les militants et les défenseurs qui s'efforcent de mettre en lumière le sort et de défendre les droits des victimes de violences sexuelles liées au conflit, et de soutenir leur accès à la justice et aux services, ont également fait l'objet de représailles et d'intimidations.

cover of 2022 Secretary-General's report

Rapport du Secrétaire général des Nations Unies

Violences sexuelles liées aux conflits
S/2022/272
29 mars 2022
Le présent rapport couvre la période allant de janvier à décembre 2021 tel que requis par le Conseil de sécurité.

Les violences sexuelles dans le contexte de la pandémie de COVID-19

La violence sexuelle a encore entravé les activités de subsistance des femmes, dans un contexte de chocs économiques et de pauvreté entraînés par des conflits prolongés et des restrictions liées à la pandémie. Ces tendances sont apparues à un moment où la crise mondiale de santé publique résultant de la maladie à coronavirus (COVID-19) avait déjà réduit l'accès humanitaire et détourné les ressources des services vitaux de lutte contre la violence sexiste, affectant ainsi profondément les survivants, en particulier les femmes et les filles déplacées. Les dépenses militaires ont dépassé les investissements dans les soins de santé liés à la pandémie dans les pays fragiles et touchés par des conflits (Voir le Rapport du Secrétaire général S/2021/827).

Les Conseillers pour la protection des femmes

Le déploiement de conseillers pour la protection des femmes, qui sont chargés d'approuver les modalités de suivi, d'analyse et d'établissement de rapports sur les violences sexuelles liées aux conflits sur le terrain, a permis d'obtenir des informations plus précises et fiables et a aidé à surmonter la perte ou le manque de données qui a souvent servi de prétexte à l'inaction. L'approfondissement de la base de données factuelles nécessite une volonté politique et des ressources durables. À ce jour, le Conseil de sécurité a demandé le l’inscription du déploiement de conseillers pour la protection des femmes dans les autorisations de mandat et les renouvellements de neuf opérations de paix.

 

Événement 2022

La prévention comme protection
Renforcer la prévention structurelle et opérationnelle contre les violences sexuelles liées aux conflits

De 10 heures à 11 h. 30 (heure de New York)
Vendredi 17 mai 2022
Salle du Conseil de tutelle, Siège des Nations Unies, New York
Retransmission en direct sur la Web-télé des Nations Unies
Invitation
Note de cadrage et programme

 

Pour cette 8e célébration officielle, l'événement est coorganisé par le bureau de la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, le Bureau de la Représentante spéciale du Secrétaire général pour la question des enfants et des conflits armés et la Mission permanente de l'Argentine auprès des Nations Unies.

L'objectif de cette rencontre est de montrer notre solidarité avec les survivants et ceux qui les aident, afin de s'assurer qu'ils ne soient pas oubliés dans ce climat de crises croisées, de reprise pandémique et de limitations de ressources. En outre, un nouveau cadre pour la prévention des violences sexuelles liées aux conflits, élaboré grâce à des consultations au sein du réseau d'action des Nations Unies, sera lancé lors de l'événement.

Contexte

Définition

L’expression « violences sexuelles liées aux conflits » recouvre des actes tels que le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, l’avortement forcé, la stérilisation forcée, le mariage forcé, ainsi que toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable, perpétrés contre des femmes, des hommes, des filles ou des garçons, et ayant un lien direct ou indirect avec un conflit. Cette expression inclut également la traite des personnes à des fins de violences sexuelles ou d’exploitation sexuelle lorsque ces faits surviennent en temps de conflit.

Une préoccupation constante est que la crainte et les pressions culturelles dissuadent la grande majorité des victimes de violences sexuelles liées aux conflits de porter plainte. Les professionnels sur le terrain estiment que, pour chaque cas de viol déclaré lié à un conflit, il y en a 10 à 20 qui ne le sont pas.

 

Résolutions de l'ONU

Le 19 juin 2015, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté par consensus la résolution A/RES/69/293 proclamant le 19 juin Journée internationale pour l'élimination de la violence sexuelle en temps de conflit afin de sensibiliser à la nécessité d'y mettre un terme, de manifester de la solidarité envers les victimes et de rendre hommage à celles et ceux qui luttent en première ligne pour éliminer ces crimes.

Cette date a été choisie pour commémorer l'adoption décisive, le 19 juin 2008, de la résolution S/RES/1820(2008), dans laquelle le Conseil de sécurité a condamné l'utilisation de la violence sexuelle comme une arme de guerre pouvant faire obstacle à la consolidation de la paix.

Pour répondre aux groupes terroristes qui se servent désormais de la traite et des violences sexuelles comme arme de terreur et source de revenus, le Conseil de sécurité a adopté la résolution S/RES/2331(2016), par laquelle il engage les États Membres à prendre des mesures décisives et immédiates pour prévenir et réprimer la traite des êtres humains et les violences sexuelles, notamment dans le cadre des conflits armés. La résolution souligne que la traite d'êtres humains en temps de conflit armé et les violences sexuelles et sexistes commises en période de conflit peuvent s'inscrire parmi les objectifs stratégiques et dans l'idéologie de certains groupes terroristes. De tels actes peuvent devenir une tactique pour ceux-ci et un instrument servant à alimenter leurs coffres et à conforter leur pouvoir en facilitant l’enrôlement et la destruction de communautés.

women demonstrating

La campagne des Nations Unies contre la violence sexuelle en temps de conflit regroupe 21 entités des Nations Unies qui visent à mettre fin à la violence sexuelle durant et après un conflit armé. Initiée en 2007, elle constitue un effort concerté des Nations Unies pour améliorer la coordination et la responsabilisation, renforcer la programmation et la sensibilisation, et appuyer les efforts nationaux de prévention et d'intervention efficace pour répondre aux besoins des victimes. 

 

Pramila Patten addresses the Security Council

La Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit est la porte-parole de l’Organisation sur la question des violences sexuelles liées aux conflits. Elle préside le réseau « Campagne des Nations Unies contre la violence sexuelle en temps de conflit » et elle bénéficie du soutien de l'Équipe d'experts de l'état de droit et des questions touchant la violence sexuelle liéeaux conflits. Cette fonction est occupée par Mme Pramila Patten, de Maurice, depuis 2017. Elle a succédé à Mme Zainab Hawa Bangura et Mme Margot Wallström.

A crowd of women sitting and laughing

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.