L'unité de protection de l'enfance et de prévention de la violence sexuelle de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) lors d’une session de sensibilisation durant la COVID-19.

Message du Secrétaire général (2021)

La violence sexuelle en temps de conflit est une cruelle tactique de guerre, de torture, de terreur et de répression.

Elle se répercute sur des générations et menace la sécurité tant humaine qu’internationale.

Dans les lieux touchés par les conflits, du fait de la pandémie de COVID-19, demander des comptes aux auteurs de violence sexuelle devient plus difficile.

Les personnes rescapées se heurtent aussi à de nouveaux obstacles, au moment de signaler les crimes et d’accéder à des services d’aide.

Même en temps de pandémie, il nous faut enquêter sur chaque cas et offrir des services essentiels.

Nous ne pouvons tolérer que ce crime, déjà sous-déclaré, passe à la trappe. Les auteurs de ces actes doivent être punis.

Au moment de se relever de la pandémie, il faut remédier aux causes profondes de la violence sexuelle et fondée sur le genre.

En cette Journée internationale pour l'élimination de la violence sexuelle en temps de conflit, attachons-nous à défendre les droits et à satisfaire les besoins de toute personne rescapée, ainsi qu’à empêcher et à faire cesser ces crimes épouvantables.

António Guterres

Nous ne pouvons tolérer que ce crime, déjà sous-déclaré, passe à la trappe. Les auteurs de ces actes doivent être punis. »

António Guterres

Message vidéo