Un membre du personnel de la brigade anti-drogue de la police nationale du Libéria.
Un membre de l'unité anti-drogue de la police nationale du Libéria devant une décharge municipale, à l'extérieur de la capitale Monrovia, au Libéria, où sont brûlés près de 400 kilos de marijuana et d'autres drogues saisies.
Photo :ONU / Staton Winter

Conformément à sa résolution A/RES/42/112, du 7 décembre 1987, l'Assemblée générale a décidé de célébrer la Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues le 26 juin afin de renforcer l'action et la coopération aux échelons national, régional et international dans le but de parvenir à une société affranchie de l'abus des drogues.

Soutenue chaque année par la communauté internationale, cette journée a pour objectif de renforcer la sensibilisation au grand danger que sont les drogues illicites pour notre société.

L'abus de drogues : en parler, c'est sauver des vies

Le thème de la Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues 2021 vise à combattre la désinformation et à promouvoir le partage des faits sur les drogues - des risques pour la santé et des solutions pour s'attaquer au problème mondial de la drogue, à la prévention, au traitement et aux soins fondés sur des preuves.

La campagne met en lumière des statistiques et des données clés tirées du Rapport mondial sur les drogues publié chaque année par l'ONUDC. Elle fournit ainsi des faits et des solutions pratiques au problème mondial actuel de la drogue, afin de parvenir à une vision de la santé pour tous fondée sur la science.

La pandémie de COVID-19 a permis une sensibilisation sans précédent du public à la santé, aux mesures de protection pour rester en bonne santé et, surtout, à la protection des autres. Un sentiment croissant de communauté et de solidarité mondiales continue d'émerger, tout comme la nécessité de garantir des soins de santé pour tous.

Cette Journée mondiale est l'occasion de partager les résultats des recherches, des données factuelles et des faits qui sauvent des vies, afin de continuer à puiser dans un esprit de solidarité partagé. La campagne invite chacun à jouer un rôle, en prenant fermement position contre la désinformation et les sources non fiables ; tout en s'engageant à ne partager que les véritables données scientifiques sur les drogues et à sauver des vies.

#ShareFactsonDrugs #SaveLives

Couverture du Rapport mondial sur les drogues de l'ONUDC

Rapport mondial sur les drogues

Selon le dernier Rapport mondial sur les drogues, environ 269 millions de personnes ont consommé des drogues dans le monde en 2018, soit 30% de plus qu'en 2009, tandis que plus de 35 millions de personnes souffrent de troubles liés à la consommation de drogues.

Delegate at UN

Depuis deux décennies, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) contribue à rendre le monde plus sûr contre la drogue, le crime organisé, la corruption et le terrorisme. L'ONUDC agit pour sensibiliser le public aux dangers de l'abus de drogues et renforcer l'action internationale contre la production et le trafic illicites de drogues, ainsi que la criminalité qui y est liée. Créé en 1997, l'ONUDC, dont le siège se trouve à Vienne, gère une vingtaine de bureaux extérieurs, ainsi que des bureaux de liaison à New York et à Bruxelles.

WDR cover

Le Rapport mondial sur les drogues fournit un aperçu global de l'offre et de la demande d'opiacés, de cocaïne, de cannabis, de stimulants de type amphétamine et des nouvelles substances psychoactives (NPS), ainsi que de leur impact sur la santé. Il met en évidence les différents schémas d'utilisation et les vulnérabilités de certains groupes d'âge et de sexe, et souligne l'évolution du marché mondial des médicaments. Ce rapport est présenté, chaque année à Vienne, par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

 

A crowd of women sitting and laughing

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.