https://library.un.org/fr/content/index-des-actes-0

Déclaration

Discours de remerciement a la suite de son élection â l'assemblée générale

New York, le 13 juin 2016

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire général,

 

Je vous remercie pour la sagesse dont vous avez fait preuve à la tête de l’Assemblée générale et de l’Organisation des Nations Unies ainsi que pour les critères d’excellence que vous avez établis, lesquels resteront à jamais un exemple pour nous. Je me réjouis à la perspective de travailler avec vous deux au cours des trois prochains mois, afin de préparer la soixante et onzième session.

Je tiens à remercier mon estimé collègue, Andreas Mavroyiannis, pour son équité et sa courtoisie tout au long du processus de nomination. Vous auriez été un atout pour l’Assemblée générale et l’Organisation des Nations Unies si la courte majorité en ma faveur avait penché de votre côté plutôt que du mien. Je vous souhaite beaucoup de succès dans vos entreprises futures et je vous remercie à nouveau.

J’aimerais également profiter de cette occasion pour remercier le Gouvernement fidjien d’avoir proposé ma candidature à ce poste. Ses membres ont choisi de mettre en avant l’un des leurs pour cette haute fonction, et je considère que c’est un grand honneur d’avoir été celui-là. Je tiens à remercier le Premier Ministre de mon pays, mon Ministre des affaires étrangères et son ministère, l’ensemble des ambassadeurs fidjiens de par le monde, et en particulier la Mission permanente des Fidji auprès de l’Organisation des Nations Unies, sans oublier son personnel. Vinaka vaka levu à vous tous.

J’aimerais également saisir cette occasion pour exprimer ma gratitude aux centaines de Fidjiens qui se sont enrôlés dans les Casques bleus et les Bérets bleus pour servir les missions de maintien de la paix dans le monde entier. Je les remercie tout particulièrement pour leur engagement.

Je tiens aussi à profiter de l’opportunité qui m’est offerte pour remercier mes frères et soeurs des petits États insulaires en développement du Pacifique. Cette candidature n’était pas uniquement celle des Fidji, mais celle de l’ensemble de ces petits États, et c’est la première fois dans l’histoire que l’un de leurs candidats est élu Président de l’Assemblée générale. C’est un grand moment pour les îles du Pacifique, et je vous remercie tous de votre soutien. Ces petits États insulaires sont porteurs d’un point de vue bien particulier sur les changements climatiques et les questions relatives aux océans. Vous ne vous étonnerez donc pas de m’entendre aborder ces questions au cours de la soixante et onzième session.

Certes, cette présidence a reçu le soutien des petits États insulaires en développement et du Groupe des 77, mais je tiens à vous assurer qu’elle se mettra au service de l’Assemblée dans son ensemble. Nous sommes liés, non seulement par la Charte des Nations Unies, mais aussi par le Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui nous concerne tous. Telle est la tâche qui sera la nôtre au cours de cette soixante et onzième session : mettre en oeuvre ce programme de développement durable. C’est pourquoi cette session aura pour objectif principal de fournir à ce programme toute l’impulsion nécessaire. À la fin de la soixante et onzième session, nous devrons rendre des comptes et montrer que nous avons progressé sur les 17 objectifs du programme de développement durable. Pour cela, nous allons devoir faire les choses différemment et surmonter certains obstacles structurels et intellectuels. Nous devons mettre en oeuvre ce programme, car il bénéficiera à nos enfants et à nos petits-enfants. Sans lui, leur avenir est menacé; avec lui, ils hériteront d’un espace de vie durable sur cette planète.

À titre personnel, je voudrais remercier les deux messieurs qui sont à mes côtés ce matin, à l’emplacement réservé aux Fidji. Ce sont probablement les deux diplomates les plus expérimentés des Fidji : l’ambassadeur Satya Nandan a été pendant de nombreuses années Secrétaire général de l’Autorité internationale des fonds marins, puis Secrétaire général adjoint, ici, à l’Organisation des Nations Unies. À côté de lui se trouve Ratu Epeli Nailatikau, qui était Président des Fidji jusqu’à l’année dernière. Ratu Epeli et mon père ont combattu ensemble dans les tranchées pendant la campagne des Îles Salomon, lors de la guerre du Pacifique et, depuis, nos deux familles sont indéfectiblement liées. C’est donc pour moi un grand honneur qu’il soit présent aujourd’hui à mes côtés. Ratu Epeli a débuté sa carrière, ici à l’ONU, au début des années 1970 en tant que Premier Secrétaire, puis il l’a poursuivie jusqu’à devenir Ministre des affaires étrangères des Fidji.

Ce soir, nous allons nous asseoir autour d’une table à la Mission des Fidji et boire du kava en chantant des chansons des îles du Pacifique. Vous êtes tous, du moins tous ceux qui en ont envie, cordialement invités à venir vous joindre à nous.

Ma femme, ma fille et ma soeur sont assises là-haut. Je vous remercie infiniment d’être là. En les regardant toutes trois, et pour peu que vous sachiez que tous mes petits-enfants sont des filles, vous comprendrez pourquoi je suis en faveur de la parité des sexes et soutiens l’initiative HeForShe.

En conclusion, je m’engage à servir l’Assemblée générale des Nations Unies en toutes circonstances, dans un esprit de fidélité et d’engagement en faveur du bien commun, toujours en accord avec les objectifs et les principes de la Charte des Nations Unies.

Je vous remercie.

 

 

 

 

 

L'Assemblée en un clic

Documents clés

Ressources