Conférences | Habitat

CONTEXTE

Habitat I fut la première Conférence des Nations Unies sur les établissements humains. Elle se déroula à Vancouver, au Canada, du 31 mai au 11 juin 1976 et fut le fruit des réflexions sur l’urgence d’apporter des solutions aux problèmes que les établissements humains posaient déjà dans le monde entier à cette époque. À l’issue de cette conférence, la Déclaration de Vancouver sur les établissements humains vit le jour et donna une définition de l’« habitat convenable », ainsi que des recommandations pour que chaque pays puisse y parvenir. Habitat I donna les fondations nécessaires à la naissance, en 1978, du Programme des Nations unies pour les établissements humains (PNUEH) ou ONU-Habitat.

La deuxième Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, Habitat II, eut lieu vingt ans après, du 3 au 14 juin 1996, à Istanbul en Turquie . Son objectif fut de traiter deux grands thèmes concernant toutes les nations : « un logement convenable pour tous » et « des établissements humains viables dans un monde en pleine urbanisation ». En effet, en 1996, on estimait déjà que près de la moitié de la population mondiale vivait dans les villes, que plus d'un milliard de personnes dans le monde étaient dépourvues d'un logement convenable et que plus de 100 millions étaient sans-abri. Les projections de l’époque pour 2025, étaient que plus des deux tiers des êtres humains seraient des citadins. Les préoccupations liées à ces estimations et projections étaient nombreuses : surpopulation, dégradation du milieu urbain, pollution, croissance incontrôlée, pauvreté et difficultés d'accès aux infrastructures d'hygiène. Afin de répondre à la problématique des établissements humains, des stratégies, des engagements, ainsi qu’un plan mondial d'action furent adoptés sous la forme de la Déclaration d’Istanbul sur les établissements humains et du Programme pour l’habitat.

Cinq ans après Habitat II, du 6 au 8 juin 2001, l'Assemblée générale des Nations Unies organisa une session extraordinaire consacrée à l'examen et à l'évaluation d'ensemble de l'application du Programme pour l'habitat dans le monde. Pour évaluer les progrès réalisés, les États Membres et tous ceux qui participaient au Programme pour l'habitat, y compris les autorités locales, le secteur privé et les communautés contribuèrent en fournissant les résultats obtenus au moyen d'indicateurs urbains et d'indicateurs de logement comparables.

En 2001, les Nations Unies créèrent le Forum urbain mondial pour répondre à l'urbanisation rapide et son impact sur les communautés, les villes, les économies, le changement climatique et les politiques. Organisé tous les deux ans par ONU-Habitat, le Forum est une plateforme de haut niveau, ouverte et inclusive pour relever les défis de l'urbanisation durable.

A Quito, en Equateur, se déroula Habitat III du 17 au 20 octobre 2016. Cette conférence visant à définir un « nouvel agenda urbain », avait pour objectif, selon les mots du Secrétaire général Ban Ki-moon, de « repenser la façon dont nous envisageons de gérer et de vivre dans les villes ». La conférence se déroula pour la première fois dans ce qu’on appelait « le Sud global » et ce fut, en ce sens, un symbole important, selon le concepteur de facto d’Habitat III, Joan Clos, Directeur exécutif d’ONU-Habitat. Au terme de cette conférence, le Nouveau Programme pour les villes et la Déclaration de Quito sur les villes et les établissements humains viables pour tous furent adoptés.

OBJECTIFS

Apporter des solutions aux problèmes liés aux établissements humains fut le point de départ de ce cycle de conférences. A cela vinrent s’ajouter des objectifs tels que :

  • garantir à tous un logement convenable ;
  • rendre les établissements humains plus sûrs, plus salubres, plus vivables, plus équitables, plus durables et plus productifs.

Par la suite ils furent affinés et complétés par les objectifs suivants :

  • repenser la planification, l’aménagement, le financement, le développement, l’administration et la gestion des villes et des établissements humains ;
  • éliminer la pauvreté et la faim sous toutes leurs formes et dans toutes leurs dimensions ;
  • réduire les inégalités ;
  • promouvoir une croissance économique durable, partagée et viable ;
  • instaurer l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et toutes les filles afin que la contribution essentielle qu’elles apportent au développement durable puisse être pleinement exploitée ;
  • améliorer la santé et le bien-être des populations ;
  • promouvoir la résilience
  • protéger l’environnement.

FEUILLE DE ROUTE

Les Nations Unies se mobilisent notamment grâce à ces conférences ainsi qu’à son agence ONU-Habitat afin de :

  • trouver des solutions pour fournir à tous un logement décent ;
  • aider les villes et autres établissements humains à être bien planifiés, bien gouvernés et efficaces ;
  • réfléchir à des concepts de logements et d’infrastructures adéquats ainsi qu’à un accès universel à l’emploi et aux services de base, notamment l’eau, l’énergie et l’assainissement.

Depuis 2015, l'ONU a intégré l'habitat dans sa stratégie de l'Agenda 2030 avec l'objectif de développement durable numéro 11 : « faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ».

Habitants du Bangladesh voyageant dangereusement sur le toit d'un train.

Qu'en est-il aujourd'hui ?

Le monde est de plus en plus urbanisé. Depuis 2007, plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes, et cette proportion devrait augmenter à 60 % d’ici à 2030.

L’urbanisation rapide se traduit par un nombre croissant de personnes vivant dans des taudis, ainsi que par des infrastructures et des services inadéquats et surchargés (tels que la collecte des déchets et les systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement, les routes et le transport), aggravant la pollution atmosphérique et l’expansion urbaine non planifiée. C'est pourquoi ONU-Habitat, l’organisme des Nations Unies pour le logement et le développement urbain, a établi un Plan stratégique pour la période 2020–2023, autour de quatre objectifs : la réduction de l’inégalité spatiale et de la pauvreté dans les communautés sur l’ensemble du continuum urbain-rural, un meilleur partage de la prospérité dans les villes et les régions, le renforcement de l’action climatique et l’amélioration de l’environnement urbain et la prévention et la gestion efficaces des crises urbaines.

ONU-Habitat, travaille avec les gouvernements nationaux et les administrations locales pour les aider à prévenir la récente pandémie de COVID-19, à s’y préparer, à y répondre et à s’en remettre. L’impact de la COVID-19 est fort dans les zones urbaines pauvres et densément peuplées, en particulier pour le milliard de personnes dans le monde vivant dans des établissements informels et des bidonvilles, où la surpopulation rend également difficile le respect des mesures recommandées telles que la distanciation physique et l’auto-isolement.