Mom Phoeum vit en milieu rural au Cambodge. Son père est mort lorsqu'il était jeune et sa mère souffre de maladies chroniques. L'élevage de vaches étant leur seule source de revenus, ils n'ont pas les moyens de payer les soins médicaux. Mom Phoeum s'est adressé à l'école de couture SimplyHelp qui venait de s'installer dans son village. En apprenant un métier, il peut maintenant non seulement subvenir à ses besoins, mais aussi payer les soins médicaux dont sa mère a tellement besoin.
Le Cambodge a connu de nombreuses années de conflits. Les Khmers Rouges, avec à leur tête Pol Pot, ont pris le pouvoir en 1975. Le régime a fait 1,7 million de morts. De nombreux intellectuels et de personnes instruites ont été exécutés et leur héritage culturel a été détruit. Ce pays, qui a été dévasté par le régime de Pol Pot, ne s'est jamais remis de ces années noires; c'est aujourd'hui l'un des pays les plus pauvres au monde.
En 2001, la Fondation SimplyHelp a décidé d'ouvrir un centre au Cambodge. Ses deux écoles de formation professionnelle - une école de couture et une école d'informatique - comptent plus de 4 000 élèves, dont 85 % trouvent un emploi dans les grandes entreprises, dans le secteur bancaire, dans les organisations non gouvernementales ou montent leur propre entreprise. Certains élèves poursuivent des études supérieures.
ÉCOLE DE COUTURE ITINÉRANTE - S'ATTAQUER À LA PAUVRETÉ
L'école de couture SimplyHelp a officiellement ouvert ses portes en 2002. Les élèves y ont appris non seulement un métier, mais aussi à être autonomes. L'école itinérante s'installe dans les villages pauvres, au milieu des champs de riz. Lorsqu'un village agricole est choisi comme prochaine destination, le chef du village accueille provisoirement l'école chez lui. Une enseignante de couture qualifiée vient de Phnom Penh en train deux ou trois fois par semaine pour former deux assistants qui donnent les cours les jours où elle n'est pas là. Il y a deux cours par jour, ce qui permet aux élèves d'aller à l'école soit le matin, soit l'après-midi et de travailler dans les champs l'autre partie de la journée. Les élèves suivent une formation de six mois et les cours sont gratuits. Depuis sa création, l'école s'est installée dans huit lieux différents et compte, à ce jour, 1 686 élèves diplômés.
Ce type d'éducation en milieu rural a porté ses fruits. Dans le village de Krang, par exemple, trois mois après avoir reçu leur diplôme, 10 élèves sur 80 ont monté leur petite entreprise dans leur salle à manger avec une machine à coudre et du tissu et ont tous réussi à bien gagner leur vie. Dans d'autres villages aussi, des élèves diplômés ont ouvert des ateliers qui leur apportent un revenu stable, fiable - ce qui contraste fortement avec les difficultés auxquelles sont confrontés les agriculteurs. Certains de ces ateliers sont devenus des boutiques avec des articles exposés dans les vitrines, de beaux vêtements dans les rayons et des propriétaires fiers de leur réussite.
IMPACT SOCIAL ET ÉCONOMIQUE DE L'ÉCOLE DE COUTURE
Les anciens élèves de l'école de couture qui ont monté leur propre entreprise ont engagé des apprentis et les ont formés. Ceux-ci paient le tailleur 150 dollars et peut rester avec lui jusqu'à ce qu'ils maítrisent les compétences essentielles. Lorsqu'on leur demande pourquoi ils choisissent de payer cette somme pour apprendre un métier alors qu'ils peuvent l'apprendre en étant payés dans une école gouvernementale, ils répondent « la qualité ! ».
Selon Vuthi Seng, coordonnateur de SimplyHelp Cambodge, la possession d'un diplôme change la situation sociale des femmes. « Traditionnellement, les jeunes Cambodgiennes vivant en milieu rural doivent rester à la maison », explique-t-il. « Toutefois, lorsqu'une jeune fille obtient un diplôme de l'école de couture SimplyHelp installée dans son village, ce qui prend moins de temps que les deux ou trois ans requis dans une école privée de la capitale, elle possède des compétences et peut gagner sa vie. Les relations avec son mari sont alors plus égales. Sinon, elle est peu considérée et a un pouvoir de décision très limité dans son foyer ».
En outre, non seulement ce revenu améliore la situation sociale des femmes, mais il profite également à l'ensemble de la communauté. Par exemple, tous les élèves de l'école de couture sont des agriculteurs et des éleveurs de vaches dont le revenu moyen est d'un à deux dollars par jour. Mais avec leur propre entreprise, les élèves diplômés augmentent leurs revenus de 3 à 7 dollars par jour. Ce revenu supplémentaire sert non seulement à pourvoir aux besoins de base, mais est aussi réinvesti dans leur propre entreprise et dans leur communauté.
ÉCOLE D'INFORMATIQUE -- D'IMPORTANTES POSSIBILITÉS
L'école d'informatique SimplyHelp Cambodge a également ouvert en 2002 à Phnom Penh. Offrant une formation de qualité et des coûts peu élevés, 200 à 250 élèves postulent pour les 100 places qui sont disponibles tous les trois mois. Généralement, les élèves sélectionnés sont issus de milieux modestes, orphelins ou handicapés. À l'école, ils apprennent Microsoft Word, Excel et PowerPoint. De 2002 à 2009, 2 784 élèves ont été diplômés.
L'enseignant de l'école, Sophat Phoung, est un jeune handicapé qui a vécu en milieu rural. Victime d'un accident lorsqu'il était jeune, il a perdu l'usage de sa jambe droite, ce qui a réduit considérablement ses opportunités d'emploi. En 2002, il s'est donc inscrit dans une école d'informatique et, après l'obtention de son diplôme, a travaillé bénévolement. De par son dur labeur et son dévouement, il a été engagé en 2003 comme enseignant à l'école et peut aujourd'hui non seulement subvenir à ses besoins mais aussi à ceux de sa famille.
IMPACT SOCIAL ET ÉCONOMIQUE DE L'ÉCOLE D'INFORMATIQUE
Des signes montrent que le Cambodge rattrape actuellement son retard par rapport à d'autres pays dans le domaine des technologies de l'information, comme l'atteste la demande de plus en plus fréquente des élèves de l'école pour apprendre des programmes informatiques plus spécialisés comme QuickBooks, Photoshop, Access et Peachtree.
Il est à noter que bien que le nombre de garçons soit supérieur à celui des filles, le nombre de filles a augmenté de façon constante au cours des années. Les emplois courants pour les diplômés comprennent la saisie de données pour des entreprises ou les emplois de caissiers ou de caissières dans les supermarchés. Dans les pays occidentaux, on ne se rend peut-être pas compte qu'il faut avoir des compétences en informatique pour utiliser une caisse enregistreuse. D'autres élèves sont devenus chefs d'entreprise, administrateurs ou enseignants, comme Ky Bun Heang qui est devenu directeur exécutif d'une ONG japonaise installée au Cambodge spécialisée dans le domaine de l'éducation; Chea Lida, qui est devenue responsable d'agence dans l'une des plus grandes banques cambodgiennes; ou M. Nuty, qui est devenu directeur provincial au Département du Trésor national dans la province de Rattanank Kiri.
SimplyHelp Cambodge est un modèle éducatif qui favorise le succès économique et social, mais il est certain qu'il reste encore beaucoup à faire. Qu'elles soient à petite ou à grande échelle, il est important de soutenir ces initiatives de formation professionnelle qui non seulement aident les gens à construire une vie nouvelle mais aussi à perpétuer une communauté autonome.