New York

24 January 2021

Secretary-General's message on the International Day of Education [scroll down for French version]

[Watch the video on webtv.un.org]

When education is interrupted, it affects everyone – especially students, teachers and families.

Today, on the third International Day of Education, I pay tribute to their resilience in the face of a pandemic that, at its peak, forced almost every school, institute and university to close its doors.

Although this disruption has led to learning innovations, it has also dashed hopes of a brighter future among vulnerable populations. 

All of us pay the price. 

After all, education is the foundation for expanding opportunities, transforming economies, fighting intolerance, protecting our planet and achieving the Sustainable Development Goals.

As the world continues to battle the pandemic, education – as a fundamental right and a global public good – must be protected to avert a generational catastrophe.

Even before the pandemic, some 258 million children and adolescents were out of school, the majority of them girls. 

More than half of 10-year-olds in low- and middle-income countries were not learning to read a simple text.

In 2021, we must seize all opportunities to turn this situation around.

We must ensure the full replenishment of the Global Partnership for Education fund, and strengthen global education cooperation.

We must also step up our efforts to reimagine education – training teachers, bridging the digital divide and rethinking curricula to equip learners with the skills and knowledge to flourish in our rapidly changing world.

Let us commit to promote education for all — today and every day.

*****
https://s3.amazonaws.com/downloads2.unmultimedia.org/public/video/evergreen/MSG+SG+/+MSG+SG+INTL+DAY+EDUCATION+20+JAN/MSG+SG+INTL+DAY+OF+EDUCATION+20+JAN+21+FR.mp4

Lorsque l’éducation est perturbée, tout le monde est touché, en particulier les élèves, les enseignants et les familles.

Aujourd’hui, en cette troisième Journée internationale de l’éducation, je rends hommage à leur résilience face à une pandémie qui, à son paroxysme, a obligé presque toutes les écoles, tous les instituts et toutes les universités à fermer leurs portes.

Bien que cette perturbation ait abouti à des innovations en matière d’apprentissage, elle a également anéanti les espoirs d’un avenir meilleur parmi les populations vulnérables.

Nous en payons toutes et tous le prix.

Après tout, l’éducation est indispensable à l’élargissement des perspectives d’avenir, à la transformation des économies, à la lutte contre l’intolérance, à la protection de notre planète et à la réalisation des objectifs de développement durable.

À l’heure où le monde continue de lutter contre la pandémie, l’éducation – en tant que droit fondamental et bien public mondial – doit être protégée pour éviter une catastrophe générationnelle.

Avant le début de la pandémie, quelque 258 millions d’enfants et d’adolescents, dont une majorité de filles, n’étaient pas scolarisés.

Dans les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire, plus de la moitié des enfants de 10 ans n’apprenaient pas à lire un texte simple.

En 2021, nous devons saisir toutes les occasions de renverser la situation.

Nous devons assurer la reconstitution intégrale du fonds du Partenariat mondial pour l’éducation et renforcer la coopération mondiale en matière d’éducation.

Nous devons également redoubler d’efforts pour imaginer une nouvelle éducation – en formant les enseignants, en comblant le fossé numérique et en repensant les programmes d’enseignement afin de doter les apprenants des compétences et des connaissances dont ils ont besoin pour s’épanouir dans un monde en rapide évolution.

Engageons-nous à promouvoir l’éducation pour toutes et tous – aujourd’hui et chaque jour.