Photo d'un plongeur en mer au milieu d'une myriade de poissons.

Message du Secrétaire général 2021

Les forêts de la planète abritent environ 80 % des espèces sauvages terrestres.

Elles contribuent à la régulation du climat et permettent d’assurer la subsistance de centaines de millions de personnes.

À l’échelle mondiale, quelque 90 % des plus démunis sont tributaires d’une façon ou d’une autre des ressources forestières, ce qui est particulièrement vrai pour les populations autochtones qui vivent dans des forêts ou à proximité.

En effet, les populations autochtones gèrent environ 28 % des terres de la planète, dont certaines des forêts les plus intactes, qui non seulement leur offrent des moyens de subsistance, mais font aussi partie de leur identité culturelle.

L’exploitation non durable des forêts nuit à ces populations et contribue à la perte de biodiversité et aux dérèglements climatiques.

Chaque année, 4,7 millions d’hectares de forêts disparaissent, soit une superficie supérieure à celle du Danemark.

Les pratiques agricoles non durables en sont l’une des principales causes.

Il en va de même pour le trafic mondial de bois d’œuvre, qui est à l’origine de jusqu’à 90 % de la déforestation tropicale dans certains pays et qui attire également les plus grands groupes criminels organisés du monde.

Le commerce illégal d’espèces animales sauvages fait quant à lui peser une autre menace en ce qu’il augmente les risques de zoonoses, comme la maladie à virus Ebola et la COVID-19.

En cette Journée mondiale de la vie sauvage, j’exhorte donc les gouvernements, les entreprises et les gens du monde entier à redoubler d’efforts pour préserver les forêts et les espèces forestières, ainsi qu’à écouter et à soutenir les populations forestières.

Nous contribuerons ainsi à la réalisation des objectifs de développement durable, au service de l’humanité, de la planète et de la prospérité.

En cette Journée mondiale de la vie sauvage, j’exhorte donc les gouvernements, les entreprises et les gens du monde entier à redoubler d’efforts pour préserver les forêts et les espèces forestières, ainsi qu’à écouter et à soutenir les populations forestières. 

Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres